Changement climatique en Afrique :Le Giec prévoit « l’apocalypse » en 2020

0

Les prévisions du Groupe intergouvernemental des experts en évolutions climatiques (Giec) ne sont guère rassurantes. Selon les projections du Giec, vers l’an 2020, 75 à 250 millions de personnes en Afrique seront exposées à un stress hydrique accru en raison des changements climatiques.

Le colloque international sur les changements climatiques qui s’est tenu à Dakar au mois de juillet 2010 a été un grand moment de vulgarisation des résultats des organisations travaillant sur l’évolution climatique.
D’après les experts en évolution climatique, l’Afrique sera le continent le plus affecté par les changements climatiques. Et les prévisions font froid au dos.

D’après le Giec, sur la base des prédictions des experts, « vers l’an 2020, 75 à 250 millions de personnes seront exposées à un stress hydrique accru en raison des changements climatiques. Couplé à une demande en augmentation, le mal aura des incidences néfastes sur les moyens d’existence et aggravera les problèmes d’accès à l’eau. Dans de nombreux pays et régions d’Afrique, on s’attend, d’après toujours les experts, à ce que la production agricole et l’accès à la nourriture soient sérieusement compromis par la variabilité et l’évolution du climat. Les zones propices à l’agriculture, la durée des saisons de végétation, le rendement de l’agriculture pluviale et le potentiel de production pourraient certainement diminuer, particulièrement en marge des zones semi-arides et arides.

Les prévisions alarmistes des changements climatiques n’épargnent pas la santé des populations. « Les expositions liées aux changements affecteront probablement la santé des millions de personnes et, en particulier, celles qui ont une faible capacité d’adaptation », prévoient les experts. Pis, « A l’horizon 2080, la population à risque par rapport au paludisme pourrait augmenter de 80 millions. A cela, il faudrait augmenter les risques plus élevés d’augmentation de la malnutrition, d’épidémies de méningites et de dengue. En Afrique, la plupart des régions ont connu, entre la fin des décennies 60 et les décennies 70, une sécheresse sévère.
De fortes variations interannuelles se sont superposées à ce signal décennal. Malgré les incertitudes sur les projections futures du climat régional, de nombreuses régions africaines devraient continuer à faire face à la sécheresse et aux inondations, conséquence d’une plus grande vulnérabilité des pluies.

Moussa E. Touré, juriste de l’environnement et de la santé, Tél :76383729, Email : [email protected]

Commentaires via Facebook :