Affaire de Coeur à BAMAKO : Déposé au profit d’un autre homme, le cocu parvient à retrouver ses 475.000FCFA

    0

                Combien d’hommes ont été plumés comme des pigeons à rôtir et ensuite cocus par des femmes intelligentes et manœuvrières? A.D. est bien de ceux-là car il a été littéralement dépouillé par M. S. à la veille de la dernière fête de tabaski. Mais ironie du sort, notre homme tombe sur sa copine dans un restaurant et se fait justice publiquement.rn

                L’affaire se déroule au quartier de Hamdallaye où A.D. semblait vivre un parfait amour avec M.S. Les deux tourtereaux en vrais Roméo et Juliette, ont passé tant de bons moments et la fille qui ne refusait aucun câlin à son copain, finit par l’avoir dans sa nasse.

    rn

                A quelques jours de la dernière fête de tabaski, A.D. mit la main à la poche pour allouer un pécule de 175.000 FCFA à sa dulcinée, question de payer les habits nécessaires à la soirée du jour de fête. Comme si cela ne suffisait pas, A.D. qui semblait vraiment envoûté par la belle et douce M.S. cassa encore sa tire-lire : 100.000 FCFA pour les tresses et 100.000 FCFA pour payer des chaussures. En plus, la fille demanda 100.000 FCFA pour chacune de ses petites sœurs.

    rn

                A la veille de la fête, A.D. ne prit même pas le temps de causer avec sa propre épouse restée à la maison, pressé qu’il était de rejoindre sa douce moitié qui l’attendait pour une soirée de rêve. Mais ô surprise ! Point de M.S. jusqu’à minuit. Dès 19 heures, la fille est sortie de chez elle sans donner signe de vie. En plus, son téléphone ne répond pas. Après plus d’une dizaine d’appels directement partis sur le répondeur, A.D. se résigne à rester posté, dans sa voiture, près du portail de la famille de M.S. pour espérer retrouver celle qui l’aveugle d’un moment à l’autre.

    rn

                Vers 1 h du matin, la sœur de M.S. demanda à A.D. de déposer son ami à elle à bord de sa voiture. Question de tuer le temps en attendant que sa sœur apparaisse.

    rn

                Notre pigeon s’exécuta et prit la direction du quartier Hippodrome. Arrivé à hauteur d’un célèbre restaurant-pâtisserie, il se décida à aller enfin payer des gâteaux pour ses enfants qui attendent à la maison, ce n’est pas trop tôt.

    rn

                Comme on le dit, il n’ y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas. A.D. tombe sur M.S. en train de déguster du bon poulet et en galante compagnie. Si on pouvait vous faire voir A.D. planté raide comme un poteau. Il a même provoqué un embouteillage en bloquant le passage. Devait-il faire un scandale ? Devait-il tout simplement retourner sur ses pas et rentrer chez lui ? Finalement, il partit demander conseils à l’ami de la sœur de M.S. resté dans la voiture. La réponse de ce dernier était sans équivoque :  «Je savais qu’elle n’était pas sérieuse, mais je ne pouvais te le dire. Ce n’était pas mon problème. De temps en temps elle appelait discrètement sa sœur, c’est-à-dire ma copine pour lui demander si tu étais encore là-bas et elles se moquaient de toi en rigolant à haute voix. Elle ne vaut pas un scandale, mais je vais t’accompagner lui demander des comptes ou au besoin toi et son gars vous vous parlez en hommes dans le calme ».

    rn

                Aussitôt dit, aussitôt fait ! Lorsque A.D. apparut, M.S. qui semblait habituée à de pareilles scènes est restée indifférente. Son compagnon, hélé par le cocu répondit en ces termes : « Tous les hommes sont des frères et nous ne ferons pas un scandale à cause d’une femme surtout que celle-ci n’en vaut pas la peine. Moi je fais tout ce que je veux avec elle sans lui donner le moindre sou. La preuve, c’est elle qui a payé tout ce que je porte de la tête aux pieds. Ok, je m’en vais, réglez votre problème à deux ».

    rn

                D’un geste de désespoir, A.D. se saisit du sac de la fille et y trouva plusieurs liasses de billets de 10.000 FCFA. Plus d’un million de nos francs. A.D. comprit alors à qui elle a affaire : une professionnelle dans l’art de dépouiller les hommes. Sans se faire prier, il plongea sa main dans le sac pour se servir. Question de récupérer ses sous, c’est-à-dire ses 475.000 FCFA, avant de disparaître sans mot dire.

    rn

                Ce qui a surtout étonné l’assistance, la fille est restée de marbre pendant tout ce temps. Quelques minutes après, poussant un long soupir, M.S. se leva pour aller régler la note à la caisse avant de se diriger vers la sortie. Curieusement, beaucoup d’hommes qui étaient présents ce jour-là ont voulu l’intercepter pour lui parler. Que pouvaient-ils bien lui dire ?

    rnDiakaridia YOSSI

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER