ATT à PARIS : Ce que l’ORTM ne peut dire ou montrer

    0

    Le 17 février, le président a poursuivi sa campagne électorale à Paris. Ce fut une soirée mémorable pour lui, car les militants du RPM, du Parena, de Convergence-2007 et de l’ADJ ont réussi une forte mobilisation. A l’initiative du RPM, des milliers de copies de la déclaration (ci-contre) ont été distribuées dans les foyers, dans la salle et autour de la salle. La Coordination des sans-papiers et autres associations anti-immigration choisie ont crié toute la soirée leur haine de la politique du général.rn

    Dans la salle et autour de la salle, la colère était partout. L’ambassadeur Mohamed Salia Sokona a lu son message sous les cris de la salle ; quant à l’allocution du consul général, elle a été purement et simplement supprimée pour éviter une émeute. Dans sa première intervention (non prévue), le président a répondu directement à notre déclaration et aux cris de haine des associations.

    rn

    Dans sa 2e intervention, il a égrené les projets réalisés et ceux en cours tout en mettant un accent sur le cercle de Yélimané dont le député Gassama de l’URD défend la cause. Cet élu est aujourd’hui un élément important pour convaincre les Sarakolés qui sont très nombreux. Il a d’ailleurs subi des revers importants dans certains foyers.

    rn

    En bref, la visite du général a été un véritable chemin de croix pour son équipe. Sorti par une porte dérobée, le général devra son salut aux agents de la sécurité que la foule a violemment bousculés. Il a nié toute complicité avec Sarkozy et critiqué les hommes politiques. Quant aux partis politiques, il ne leur doit rien, a-t-il dit.

    rn

    Le FDR partis se retrouvera très prochainement à l’initiative du RPM pour constituer une équipe de travail.

    rn

    (correspondance particulière)

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER