Crime ou suicide en face du ministère du Tourisme et de l’Artisanat ?

    0

    Coumba Konaré a été retrouvée dans la rue, à même le sol, en signe de croix par ses voisins. S’est-elle donnée gratuitement la mort ? Comment es-telle morte ? Qui l’a tué ? Et pourquoi ?

     

    Dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 juillet 2010, au milieu de la nuit, Coumba Konaré tomba du balcon du 2e étage d’un immeuble infesté de putes sous le magistère d’un vieux maquereau jamais à la retraite, justement situé dans la rue 424, porte 107, tout juste en face du ministère du Tourisme et de l’Artisanat. Cette nuit-là, elle baignait dans une mare de sang après que son crâne soit fracassé après sa chute.

     

    Dans ce quartier nébuleux d’Hamdallaye ACI 2000, certains témoins, ayant requis l’anonymat, affirment mordicus que Coumba Konaré s’est suicidée. D’autres témoins, toujours sous le couvert de l’anonymat, atteste qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Il s’agirait, selon eux, d’un crime.

     

    Mystère et boule de gomme ! Que non ! Bien que les limiers du commissariat du 5e Arrondissement ne soient pas parvenus à déterminer la cause de la mort certaine de l’étudiante Coumba Konaré.

     

    Apres avoir reçu l’information, les redoutables limiers du 5e Arrondissement, sous la houlette du perspicace commissaire stagiaire, Abdourahamane Alassane, effectuèrent une descente sur le lieu du drame pour constater les faits. Sur place, ils trouvèrent une fille âgée de 22 ans. Elle s’appelait Coumba Konaré, domiciliée à Kati. Elle vivait chez sa cousine Alima Baradji venue de la France pour passer ensemble du bon temps, histoire de retrouvailles en cette période de vacances.

     

    Aucune religion révélée au monde ne tolère le suicide à fortiori le crime. En majorité musulmane, notre beau pays bascule depuis un certain temps, en ville comme en campagne, au crime ou au suicide. Hier, c’était le fils d’un richissime de Ségou, à peine âgé 29 ans, qui s’était suicidé.

     

    Aujourd’hui, c’est le cas de Coumba Konaré qui brûle les lèvres à Hamdallaye ACI 2000. Demain, à qui le tour ?

     

    Les infatigables enquêteurs du 5e Arrondissement mènent l’enquête.

    MST et STK

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER