Délinquance Juvénile – MAMADOU. D : « Mon frère a perdu la raison à causes des comprimés »

    0

    Mamadou est un cadre de l’administration préoccupé par l’état de santé de son jeune frère venu du Gabon. Son cadet, qui a perdu la raison, s’adonnait à la drogue. Interview.

    Les Echos : comment avez-vous su que sa maladie est la conséquence de la drogue ?

    M. D : D’abord, quand il est venu, il y a 3 ans, on n’avait rien constaté d’anormal dans sa façon de vivre ou dans son comportement. Il se proposait de faire du commerce, mais comme il n’avait pas assez d’argent, nous avons décidé qu’il s’exerce dans le transport interurbain en s’achetant un minibus de seconde main. Deux mois après, il a commencé à être nerveux et même violent dans ses propos. C’est alors que j’ai cherché à comprendre et j’ai fini par me convaincre qu’il était sous l’effet de la drogue.

    Les Echos : Et qu’avez-vous fait alors ?

    M. D :  Comme il devenait de plus en plus violent, je l’ai amené au service psychiatrique de l’hôpital du Point G où il suivait des traitements. Mais il n’était pas interné là-bas. Ainsi sa prise en charge posait problème. Il fallait le surveiller de près au moment de sa crise.

    Les Echos : Est-il toujours en colère ?

    M.D : Non. Parfois il est très lucide. Il travaille comme tout le monde.

    C’est lui- même qui conduit sa Sotrama. On m’a dit que c’est lorsqu’il il ne trouve pas des comprimés qu’il pique des crises. En ce moment il devient violent. Il a tenté par deux fois de violer des jeunes filles du quartier. Une fois en voulant porter la main sur une vendeuse, il a été copieusement battu par des jeunes.

    Aujourd’hui, je suis beaucoup plus préoccupé par sa santé car nous sommes les deux enfants de la famille, notre père est décédé depuis notre jeune âge. Alors imaginez le chagrin de notre mère…

    Les Echos : Vous savez où il trouve les comprimés ?

    M. D : Personnellement, je ne sais pas où il trouve les comprimés. Mais je sais que le milieu dans lequel il évolue est favorable à la consommation de comprimés. Mais je suis entrain de voir comment le récupérer.

    Propos recueillis par

    Idrissa Sako

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER