Retour aux Sources de la Diaspora des DIARRA : Pour découvrir l’identité culturelle

    0

    Après le festival sur le Niger, tenu à Ségou, cette ville historique s’aprête à abriter la visite des Diarra de la diaspora du 23 au 28 de ce mois. Cette information a été livrée aux journalistes au cours d’une conférence de presse par M. Diarra Moussa, ancien député élu à Ségou le vendredi dernier, au siège de l’ASSEP.

    Une initiative prônée depuis mars 2006 par les Diarra d’Afrique de l’Ouest notamment du Bénin, Ghana, Nigéria, Togo et Tchad deviendra plus fort et plus vivant à partir du 23 février prochain. Cette visite a pour objet de découvrir l’origine des Diarra, de découvrir l’identité culturelle des Diarra, de créer des relations d’échanges économiques, touristiques et culturelles, d’insuffler un nouveau dynamisme à l’association des Diarra ressortissants de Djougou (ADRD).

    Pour la circonstance, le conférencier, M. Diara Moussa n’a pas hésité de faire l’historique des Diarra dans une grande forêt (Zougou en Dendi) devenue Djougou avec la colonisation, des Diarra du Bénin ont gardé depuis des siècles qu’ils sont venus de Ségou (Mali). Fiers et braves guerriers, dira-t-il, ils ont mis fin aux razzias des esclavagistes et Djermas. Ensuite, dira M. Diarra, ils ont mis les quelques rares populations de cette forêt et de ses environs sous leur protection et sous leur autorité.

    C’est pourquoi, ils fondèrent ainsi le royaume de Djougou il y a de cela cinq siècles environs. A en croire M. Diarra, il est prévu plus de mille participants dont environ 500 visiteurs plus les résidants. Pour la cause, dira t-il, la visite des sites historiques et touristiques sont prévue. Il y aura également des manifestations folkloriques et touristiques, des conférences-débats sur l’origine des Diarra et la thématique de la migration ancienne au Mali et en Afrique de l’Ouest sera animée par le Dr Mamadou Fanta Simaga, le Pr Bakari Kamian, l’écrivain Ismaïla Samba Traoré et l’association N’KO.

    Pour la circonstance, dira t-il, des veillées culturelles (contes et légendes) et forum d’échanges sur des projets économiques, sociaux et culturels seront aussi organisés.

    Premier du genre, le coût prévisionnel de ce grand évènement s’éleve à 31 millions de nos francs.

    Mariétou KONATE

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER