FESPACO 2011 : La réalisation du téléfilm « Les concessions » lancée au Burkina Faso

0

Ouaga 2000, dans une villa située à quelques mètres des magasins de la Présidence du Faso, artistes comédiens, techniciens et administrateurs du cinéma, venus du Mali, du Burkina Faso et dans une moindre mesure du Niger et du Togo, se sont donnés rendez-vous, le 2 mars 2011, pour participer au premier coup de clap du tournage de 8 épisodes de la série télévisée « Les concessions ». Initiative du Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM), les concessions est une saga de 52 épisodes de 26 mn, imaginée par un collectif d’auteurs du Mali, Burkina Faso, Niger et du Togo. Le scénario du film a été écrit par Idi Nouhou, Oumar Wiguizié Sinenta, Mahamadou Tindano, Ingrid Agbo et Sitou Ayité,  sous l’encadrement de Bernard Skira du CIFAP.

L’action se passe principalement à Bamako, Ouagadougou, Niamey et Lomé. Après le premier coup de clap suivi de l’enregistrement de  29 épisodes sur les 39 qui doivent être réalisés au Mali, la 22ème édition du FESPACO a été mis à profit pour lancer le démarrage de tournage des 8 épisodes à réaliser en deux semaines au Burkina Faso, en attendant la phase de réalisation des trois épisodes du Niger et les deux épisodes du Togo. Moussa Ouane, Directeur général du CNCM, a rappelé que cette initiative malienne à pour but de répondre au souci fondamental de donner la chance aux jeunes d’embrasser les métiers de cinéma. Et, il dira que cette initiative a été voulue comme un moyen de raffermissement des liens de collaboration entre un certain nombre de professionnels de la sous région.

A rappeler que le film sera produit au Mali par Moussa Ouane en sa qualité de Directeur général du CNCM, au Burkina par Gervais Kwéné, producteur et administrateur de « Artistes production » et au Togo par « Grâce universal production ». Au nom de « Artistes production », Gervais Kwéné, a invité les autorités à suivre cette initiative du CNCM.

Pour sa part, le professeur Elikia Mbokolo, a indiqué qu’après toutes les grandes gloires du cinéma africain, la grande question que tous se posaient c’est de savoir ce qui est fait en faveur de la jeunesse pour qu’elle embrasse ce secteur si nécessaire pour le développement du continent. « Je suis content de voir tous les jeunes qui sont-là », a-t-il déclaré. Avant de les inviter à avoir le courage de monteur sur les épaules des anciens pour voir plus loin et pour aller plus loin. « Votre initiative me rassure qu’au delà des discours politiques qu’il y a des initiatives qui poussent à l’intégration en Afrique », a-t-il conclu.

Assane Koné

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER