Droit de réponse : Les arabes et les berbères dans l''histoire du Mali

0

En réaction à un articule intitulé Un gouvernement inquiétant, paru dans un journal de la place le Mercredi 8 Octobre 2007 sous la plume de Monsieur Doumbi Fakoly, je me permets d’exprimer ma réaction à cette attaque gratuite sans raison, à cette expression de haine injustifiée et de dénigrement contre les arabes et les touaregs tout particulièrement la personne de Monsieur Mohamed el Moctar, ministre de la culture et président de la Coordination de la Communauté des Arabes du Mali (CCAM).
rn
rnEtant un arabe du Mali je me sens touché par les propos de Monsieur Fakoly et à ce titre je considère ma réaction comme un droit de réponse à cette personne. Il ne s’agit que d’un droit de réponse pour eclairer le lecteur sur l’apport de la communauté arabe à la culture du Mali et la place qu’ils occupent dans ce grand pays multiracial.

rn

Au Mali, nul ne peut mettre en doute notre maturité politique et notre engagement en faveur des nobles idéaux de démocratie, le sens de l’intérêt général, la défense des valeurs fondamentales des libertés individuelles et collectives, de justice, et du respect des lois et des valeurs de la République.

rn

Dans une démocratie réelle, la liberté d’expression et de presse occupe une place de choix. Mais cette activité est régie par des règles qui s”appliquent à tous les médias et à tous les journalistes. Le journaliste obéit à des règles déontologiques. Le journaliste confirmé se doit de respecter un principe d”objectivité. Il doit s’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement.

rn

La première loyauté du journaliste s”exerce envers les citoyens, tous les citoyens car le journalisme est d”abord une discipline. L”éthique du journaliste repose sur la recherche et l’analyse de la bonne information, sur un devoir de révélation qui s”exerce dans un contexte bénéfique à la presse, à la science, à la culture, au public.

rn

Le journaliste doit pouvoir  publier une information de qualité, faire preuve d”équité, et considérer tous les citoyens à égalité comme ils le sont devant la loi, et, surtout, ne pas user de méthodes déloyales.

rn

Le bon sens étant la chose la mieux partagée au monde, j’estime devoir attirer l’attention du lecteur sur la gravité des propos contenus dans cet article.

rn

Monsieur Doumbi Fakoly dans sa haine affichée de l’arabe et du touareg malien n’a pas pu supporter la nomination de Monsieur Mohamed El Moctar au poste de ministre de la culture au sein du nouveau gouvernement de Modibo Sidibé. Un poste à sa mesure lui-même étant, lui aussi un homme de culture.

rn

Seulement, je voudrais demander à Monsieur Fakoly ce qu’il reproche à notre compatriote ? Rien, sauf qu’il est malien et arabe du Nord et qu’il « ne connaîtrait » pas grand’chose à la culture du Mandé, selon Fakoly lui même.

rn

Monsieur Doumbi Fakoly fait l’amalgame entre « l’analyse objective basée sur des observations et arguments solides » et « les errements diffamatoires » d’un homme vexé et frustré.

rn

Jean Cocteau disait je cite :"Beaucoup d”hommes naissent aveugles, et ils ne s”en aperçoivent que le jour où une bonne vérité leur crève les yeux." Alors Doumbi Fakoly apprenez ceci à vos dépens. La parole est certes, votre pouvoir, votre affaire et votre secret. Seulement vos glorieux ancêtres savaient ménager les populations du Mandé. Ils ne diffamaient point, ne médisaient point et ne dénigraient point. Ils étaient guerriers conquérants, respectés et craints par la société à cause de leurs pouvoirs et le pouvoir du feu.

rn

Monsieur Fakoly, votre torchon est l’un des multiples ingrédients de la haine et du rejet de vos compatriotes du Nord que vous ne cessez d’alimenter. Vous n’arrivez pas à vous faire à l’idée que le Mali est un pays de noirs et de blancs. Vous ne pouvez pas accepter une vérité historique. Les arabes et les touaregs sont maliens et le resteront. Les arabes n’iront pas en rébellion et continueront à servir leur pays en étant ministre ou simples citoyens, ne vous en déplaise !

rn

Vous parlez de terrorisme, et vous mettez tous les nordistes blancs dans le même panier. Personne au Mali qu’il soit du Sud ou du Nord n’acceptera de cautionner la guerre, la déstabilisation du Pays ou sa partition par des individus ou groupe d’individus. Nous n’accepterons pas les mines dans notre Sahara, ni les actes de contrebande. Nous ne cautionnerons aucune action de violence chez nous ou ailleurs. Autant nous ne tolèrerons pas non plus que tous les touaregs soient traités de terroristes. S’il suffit de braquer un véhicule ou s’il suffit de vendre ou d’acheter une arme pour devenir terroriste, alors le sud est truffé de terroristes. Pourquoi alors ne pas évoquer les vols de véhicules au Sud, les arrestations de bandits de grands chemins à Bamako, Sikasso, Ségou et ailleurs ? Pourquoi n’évoquez vous pas les saisies d’armes lourdes, automatiques et même de mortiers opérés par les services de douanes aux frontières sud du Pays. Que dites vous des agressions quasi quotidiennes, des actes criminels dans les villages sudistes ?

rn

Vous enflammez les esprits, Monsieur Fakoly. Vous montez des maliens contre des maliens. Vous ne croyez point en Dieu. Vous n’êtes pas musulman ni chrétien. Si vous connaissiez un peu l’histoire de notre pays le Mali comme vous le prétendez, vous saurez qu’elle est intimement liée à la culture et la présence arabo islamique. Ou alors vous cherchez à occulter l’histoire. Savez-vous monsieur Fakoly que l’empire du Manding dont vous êtes si fier a toujours entretenu et respecté les cadis et autres juges arabes, qu’il a adoptés il y a près de neuf siècles.

rn

Savez vous que l’histoire de notre pays a été écrite par des historiens arabes. Ils auraient pu la dénaturer et la façonner à leur goût. Quel chercheur et historien ne consulte pas aujourd’hui, les documents historiques écrits et laissés par les historiens arabes. Pensez vous que le Mali aurait pu se contenter de la seule tradition orale véhiculée par les griots s’il n y avait pas de traces écrites de la main d’historiens arabes.

rn

Savez vous Fakoly que les arabes ont contribué à l’expansion et à la propagation du savoir et de la religion, des arts, du commerce et de la culture des empires du Ghana, du Mali, des royaumes bambara, peul et songhoye. Savez-vous que l’islam, le commerce et l’écriture que les arabes ont apportés à l’empire du Ghana ont été pour cette civilisation originale un puissant moyen de progrès, de développement, d’épanouissement et d’ouverture sur le monde. Ces différents apports arabes ont donné naissance, par leur fusion avec la culture autochtone, à une civilisation appelée la civilisation soudanaise. Celle là même qui va se développer de façon endogène, et s’imposer dans toute la région sahélo saharienne, et la boucle du Niger.

rn

Monsieur Fakoly, avez-vous entendu parler de Ibn Hauqal Al Békri Ibn Khaldoun, Abdallah Ibn Yassine, de Ibn Batouta, Abu-Isack-es Saheli l’architecte de la Mosquée de Tombouctou, de Abderrahmane es-Saadi, de Ibn Fadhl Allah Al Umari, de Ibn Amir Hadjib, de Al- Hassan Ben Muhammad al- Zayyati Al- Wazzam, le savant Al- Chérif Ahmed al Saqili et Ali Ben Abdallah pour ne citer que ceux là ? Ils sont tous historiens arabes, érudits, savants et architectes ayant marqué l’histoire du Mali. Ce n’est pas une invention. C’est une vérité que vous ne pouvez étouffer.

rn

Pour votre information, les arabes vivaient au Manding, et bien avant le Manding vivaient au Ghana auquel ils donnèrent ce nom (pays de l’or ou pays des richesses). Ils bénéficiaient de la protection et de l’amitié de l’empereur Kayan Maghan Cissé et de tous les rois du Mali. Les villes de Oualata, Tichit, Araouane, Tombouctou étaient rattachées aux différents royaumes de la région. Les arabes sont les premiers à avoir écrit l’histoire et la vie dans ses moindres détails des populations du Ghana, du Mali, de l’empire songhoye. De commerçants, historiens et chercheurs, ils devinrent cadis, juges, architectes, universitaires, bibliothécaires dans cette contrée qu’ils habitent depuis le VIIIème siècle. Ce ne sera pas Monsieur Bakari Kamian qui me contredira, ou Madame Adame Bâ Konaré ou Massa Makan Diabaté. Les documents historiques sont là pour le prouver.

rn

Que serait alors le Mali dans sa richesse et sa diversité culturelle sans la culture arabo berbère ?

rn

Fakoly les traditions ou les valeurs socio culturelles du Mali ne se limitent pas seulement à la confrérie des chasseurs, des komotigi, des somonos, des bozos, des Grands Maîtres et des Grandes Maîtresses de la Parole ?

rn

Pensez vous réellement à moins que vous ne soyez complètement aveuglé par votre haine de l”arabe et du touareg que la richesse culturelle du Mali se limiterait à la Charte du Mandé, aux légendes de Mali-Sadio, du Maribayassa, de ruisseaux et autres instruments tels que le balafon, la kora, le Ngoni, etc ?

rn

Si vous estimez que les minorités arabes et touarègues du Mali viennent d’ailleurs et ne méritent pas de siéger au Gouvernement, dans ce cas pourquoi des africains-américains siègeraient au sein du Gouvernement américain ? Ils sont arrivés aux Amériques seulement avec la traite négrière au XVIIème siècle. Pourquoi des arabes et africains issus de l’immigration travaillent au sein de l’administration et se retrouvent même au gouvernement français ? Ils ne sont français que depuis quelques dizaines d’années et que font les blancs dans le gouvernement sud-africain ?

rn

Pensez vous que tout le Nord Mali (les 2/3 de sa superficie) et sa population seront effacés de la carte du Mali à cause de vos croyances animistes qui n’engagent que votre seule personne ? Vous rappelez-vous les rapports qu”entretient le Roi Kankou Moussa puis son frère Mansa Souleymane avec les érudits arabes et le monde musulman ? Connaissez vous l’histoire de la dynastie des Askia, leurs rapports avec les érudits musulmans, la période florissante de la culture arabo islamique qui a connu sa plus grande diffusion tout particulièrement sous le roi Askia Mohamed Ibn Abi Bakr et son fils Askia Dawud. Avez-vous lu les écrits de Ahmed Baba, de son maître Mohamed Bagayokho al wangari, du Cherif Seyouti, de Ahmed Boularaf ? Non ? Ils sont du Nord, soit arabes, soit apparentés aux Arabes. Plus près de nous vous rappelez-vous l’histoire de cheikh Hamahoullah de Nioro ?
rn
rnVoulez vous ignorer l’histoire religieuse et conquérante des Kountas du Mali, Cheikh Sid Ahmed el Bekkaye, Cheikh Sidi Amar Kounta, des Berabiches, des Tajakants, des érudits de la cité sainte d’Araoune, les descendants de Cheikh Sid Ahmed AGADDA, les descendants de Cheikh Zeini de Bouje Beha, et des fiers arabes du Telemsi ( de Lerneb à Tabankort) . Ils étaient au Mali depuis plusieurs siècles et y vivent encore. Ils ne sont pas Bozos, Somono, Dogons, Mianka Donso. Ils ne dansent pas au rythme du djandjon comme vous, mais ils sont maliens. Leur histoire au Mali n’est pas orale. Elle repose dans les précieux manuscrits de Tombouctou, des bibliothèques d’Espagne, d’Egypte, de Rabat et Dakar, et au musée de l’homme à Paris.

rn

Vous Connaissez parfaitement l’histoire des grands seigneurs du Désert: Akil, Firhoun Alinssar, Ingonna, Doua Doua, Kaocen, Attaher Al Ansari, Moussa Ag Amastane. Vous êtes historien ou alors, je vous conseille de  consulter les livres et vous serez édifié.

rn

Connaissez vous enfin l’histoire des Arma (Arouma nom attribué par les arabes aux italiens et espagnols) et Larbou (El arabou c”est-à-dire les arabes) descendants de nobles marocains et guerriers d’Andalousie. Allez-vous effacer tout ce pan de l’histoire de notre Pays d’un revers de main ? Comment pouvez vous clamer l’unité du Mali et renier une partie de sa population. Vous tenez au Nord du Mali et vous rejetez sa population blanche. Quel paradoxe !

rn

Savez vous enfin Monsieur Fakoly que les arabes n’ont violé aucun accord depuis la dernière intégration de leurs éléments en Juin 1996, et qu’ils n’ont plus tenté aucune action contre le Pays depuis cette date ? Pour votre information, le taux le plus élevé de métissage et de brassage culturel aujourd’hui se trouve en milieu arabe du Mali plus qu’ailleurs, et la communauté arabe est l’une des mieux intégrées au Mali. Ils se rencontrent dans toutes les régions du Mali où ils s’adonnent à leurs activités soit de commerce ou servent leurs pays dans l’administration ou sous le drapeau, même si la region de Sikasso est la moins habitée par cette grande communauté.

rn

Si vous êtes écrivain, alors vous n’avez rien compris à votre noble mission. Vous allumez le feu partout par vos provocations et vos errements. Des jeunes lisent votre article, des gens qui ne connaissent pas grand-chose à l’histoire et vous croiront. Ceci est dangereux. Vous ne supportez pas la présence des touaregs et des arabes au Mali. Malheureusement, vous ne pouvez pas détourner le cours de l’histoire. Ces deux communautés ont vécu et vivront au Mali jusqu’à la fin des temps. C’est comme ça. Ils ne vivront plus en citoyens de seconde zone dans leur propre pays comme par le passé. Ce temps est révolu. C’est fini. Alors je vous conseille de vous résigner à les supporter et les voir tous les jours pour le peu de temps qu’il vous reste encore à vivre.

rn

Vos réflexions à l’endroit des arabes et des touaregs sont de la plus vilaine méchanceté. C’est vous qui êtes le raciste, Monsieur Fakoly, le vrai et vous l’afficher clairement.

rn

Dans votre obsession de grandeur, vous prétendez que Bilal Ibnou Rabi-a (que Dieu le tout puissant l’agrée) un fidèle compagnon du Prophète Mahomet, un combattant de la foi et le premier muezzin de l’Islam, serait lui le prophète. Vous maintenez que l’origine des religions révélées serait africaine. 

rn

Monsieur Doumbi Fakoly, la richesse culturelle et les valeurs de l’homme noir illuminent déjà le monde comme l’a dit Jean Paul Sartre « […] Aujourd”hui ces hommes noirs nous regardent et notre regard rentre dans nos yeux; des torches noires, à leur tour, éclairent le monde et nos têtes blanches ne sont plus que de petits lampions balancés par le vent. […] Ces valeurs négro-africaines nourrissent la mémoire collective. Elles constituent une source inépuisable de connaissances, d’inspiration. Les noirs d’Afrique et du monde n’ont que faire de votre publicité. Vous ne ferez jamais mieux que Léon Gontran Damas, Aimé Césaire, Senghor, Cheikh Anta Diop, Martin Luther King, Nelson Mandela, Amadou Hampaté Bâ  et j’en passe. Votre souci n’est pas de vanter les mérites de la négritude. Votre souci réel est de vous bâtir une réputation, et comme Salman Rushdie, vous n’avez rien trouvé de mieux que de vous acharner sur la religion de 90 % de maliens. Vous obtiendrez ainsi le soutien médiatique de l’Occident dressé contre l’Islam.

rn

Mohamed el Moctar, lui, est un arabe malien, doté d’une personnalité à toute épreuve et nanti d’une formation solide aussi bien au Mali qu’ailleurs. Il ne représente pas les arabes au Gouvernement comme Aghatame ag Alhassane ne représente point les touaregs au sein du gouvernement. Ils sont des cadres maliens originaires du Nord, compétents ayant fait leurs preuves et retenu l’attention des autorités. Leur nomination comme celle de leurs frères noirs du Nord prouve encore une fois qu’au Mali les minorités ne sont pas marginalisées ou piétinées comme vous le souhaitez si fort.

rn

Revenons à l’information. J’écris moi aussi, très fréquemment, et je publie mais moi, je respecte une certaine éthique, car je cultive le respect de l’écriture et du public dont je suis un proche. Plaise à Dieu que dans mes écrits, je n’injurie personne, et des déviances professionnelles du genre de ce torchon, Dieu m’en préserve. Un journaliste un écrivain ou autre historien qui, au lieu d’informer sainement et justement, s’acharne sur un individu, un citoyen, un compatriote, simplement à cause de la couleur de sa peau, pour ce qu’il est, et qui il est, en voici une pratique qui n’honore ni la presse malienne, ni la démocratie malienne, ni le peuple malien. 

rn

Amicalement !

rn

 

rn

Mohamed Ould Sidi Mohamed

rn

Chercheur et consultant en développement communautaire et Ingénierie sociale

rn

Nouakchott – Mauritanie
rn
Mail : jekaniya[email protected]   
rnTél : 00 222 622 31 36

Commentaires via Facebook :