AGO Kokou, secrétaire général de l’AJTCD : «La famille Gnassingbé a pris le Togo en otage»

0

Le pouvoir de Faure Gnassingbé est de plus en plus contesté au Togo. Nombreuses sont les associations qui se sont assigné cette mission. L”Association de la jeunesse togolaise pour le changement démocratique figure en tête de liste. Elle a organisé une conférence de presse le 13 janvier dernier pour dénoncer l”Accord Global de Ouaga que les dirigeants togolais ont paraphé en août 2006, ainsi que les supplices que la famille Eyadéma est en train d”infliger au peuple togolais. Suite à cette conférence de presse, le gouvernement a contraint le secrétaire général de l”AJTCD, Aga Kokou, à quitter son pays.rn

"Le Roi est mort, vive le Roi". Cette citation qui traduit la continuité du pouvoir illustre bien la passation du pouvoir entre Gnassigbé Eyadéma et son fils Faure.  En effet, à la faveur d”un coup d”Etat qui a coûté la vie au président Sylvanus Olympio, le père de l”indépendance, Gnassigbé Eyadéma est arrivé au pouvoir en 1963. Il a dirigé le pays d”une main de fer jusqu”en 2004, date de son décès. Au cours de son règne, le peuple togolais a été persécuté et opprimé. Les assassinats politiques étaient monnaie courante. Le cas de Tavio Amorin, en 1993, en est un exemple éloquent. Le peuple a tenté plusieurs fois de se libérer du joug du régime Eyadéma. Elèves, étudiants et travailleurs sont descendus plusieurs fois dans les rues pour dénoncer les exactions du pouvoir et réclamer de meilleures conditions de vie. Ils ont toujours été réprimés impitoyablement par l”armée. Le nombre des victimes, morts et blessés est incommensurable.

rn

La révolution d”octobre 1990 est restée gravée dans la mémoire de beaucoup de Togolais. Toutes les tentatives pour faire partir le président Eyadéma se sont révélées vaines. Finalement, c”est après une longue maladie que Gnassigbé Eyadéma rendra l”âme. L”espoir du peuple, qui pensait enfin retrouver le chemin de la démocratie, fut brisé par l”armée nationale qui a investi, en ses lieu et place, Faure, l’un des fils du défunt. Ce coup d”Etat politique fut dénoncé par le peuple qui est descendu, encore, dans les rues sans hésitation. Après une élection présidentielle fortement contestée, Faure Eyadéma sera proclamé vainqueur. Depuis, la dynastie Gnassigbé continue son petit bonhomme de chemin. La démocratie bananière du Togo continue à profiter aux proches d’Eyadéma ,au détriment du peuple qui croupit dans la misère.

rn

A en croire Aga Kokou, exceptés les militaires, dont les salaires tombent régulièrement, les fonctionnaires peuvent passer trois mois sans toucher un franc. Pendant ce temps, les fils Eyadéma vivent en pachas. Selon Aga Kokou, Toyi Gnassigbé, un simple militaire, mort en 1992 lors de l”attaque de la Primature possédait, à lui seul, quinze maisons à Lomé. Emmanuel Gnassigbé, âgé de 32 ans, mécanicien de son état, a aujourd”hui neuf maisons dont une à six étages. A en croire M. Kokou, il n”a jamais exercé son métier. Quand à Kpatcha Gnassigbé, ministre de la Défense, Ernest Gnassigbé et Faure Gnassigbé, il est superflu de tenter d”énumérer leurs biens.

rn

Pour avoir dénoncé cet état de fait lors d”une conférence de presse, le 13 janvier 2007, devant le représentant de l”ambassade des Etats Unis et certains hommes politiques, Aga Kokou a été la cible de la gendarmerie nationale. Du 29 janvier au 27 février 2007, il a reçu quatre convocations. Devant les menaces grandissantes qui planaient sur lui, Aga Kokou a quitté le Togo dans la nuit du 28 février. Sa première destination fut le Ghana, et il est arrivé au Mali le 29 mars 2007. Il tente d”informer l”opinion malienne et internationale sur la situation politique au Togo. En tout cas, il semble qu”il est temps que les choses changent dans ce pays où la démocratie n”est que de façade. Aucune liberté n”est respectée, même pas le droit de vote. Cette situation a été révélée par le tri-hebdo togolais "Liberté", qui a publié dans son N°181 du 19 mars 2007, les menaces que Natchaba, ancien Président de l’Assemblée Nationale et les siens ont proférées à l”endroit des populations deMango. En outre, un commando en mission a criblé de balles Koffi Mathieu Kegbé, un dirigeant politique.

rn

ABDOUL KARIM KONé

rn

rn

Commentaires via Facebook :

PARTAGER