Coronavirus : Une nouvelle étude scientifique est-elle en train de réhabiliter l’hydroxychloroquine ?

2

Nouveau rebondissement dans le débat sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre le Covid ? Une étude réalisée en Chine et publiée le 3 juillet dans la célèbre revue scientifique The Lancet,prouverait que le taux de Covid 19 serait plus faible chez des patients prenant de l’ hydroxycholoroquine. « Un rétropédalage du Lancet » comme l’affirme le site europe-israël.org dont la publication a été partagée par des milliers de personnes sur les réseaux sociaux.

 

🔺Chine, 03 Juillet : Étude sur 15000 patients .
“Nous avons constaté que le taux de COVID-19 symptomatique était plus faible chez les patients prenant de l’hydroxychloroquine que chez les patients prenant d’autres ARMM” #Raoult #hydroxychloroquine https://t.co/Xuow2bvBJn

— Biobiobiobio (@biobiobiobior) July 4, 2020

Il faut dire que la revue scientifique avait fait polémique le 22 mai dernier en faisant paraître une étude très critique sur la chloroquine, le célèbre traitement mise au point par le professeur Raoult. Des chercheurs avaient clairement mis en cause son efficacité dans la lutte contre le Covid.

Une étude très décriée avait mis en cause l’hydroxychloroquine

Cette étude, réalisée aux États-Unis, s’appuyait sur l’analyse des données de 96.032 patients hospitalisés dans 671 hôpitaux pour Covid-19 entre décembre et avril 2020. Prise très au sérieux, la publication avait conduit plusieurs pays, dont la France, à stopper un temps les essais cliniques de la chloroquine sur le coronavirus.

Mais très vite, de nombreux chercheurs ont mis en doute la fiabilité de cette étude basée sur une méthodologie discutable. Des critiques qui ont poussé The Lancet à finalement retirer l’étude faute de données précises.

Si les essais cliniques ont repris, l’efficacité du traitement contre le Covid fait encore débat. Alors, la nouvelle étude publiée le 3 juillet par The Lancet serait-elle en train de réhabiliter totalement l’hydroxychloroquine ?

FAKE OFF

Si l’étude publiée par The Lancet est bien réelle, elle ne dit en aucun cas que les patients soignés à l’hydroxychloroquine guérissent du Covid. L’article scientifique est bien plus complexe que ça. Infectiologue au CHU d’Angers, le professeur Vincent Dubee, qui a lancé une étude sur la chloroquine, a accepté de décrypter cette nouvelle publication pour 20 Minutes. Avec une précision importante : le travail fourni n’a été effectué que sur des personnes qui souffrent déjà à la base de maladies bien spécifiques.

« C’est une étude rétrospective effectuée dans la province de Hubei, là où l’épidémie du Covid a débuté. Comme partout dans le monde, il y a là-bas des gens qui souffrent de maladies rhumatismales. Il y a plusieurs sortes de traitement pour ce genre de maladie comme les corticoïdes ou l’hydroxychloroquine. Les chercheurs ont suivi 6.000 personnes qui sont touchées par ce genre de maladies et leur ont demandé si elles avaient attrapé le Covid », explique le professeur.

Des différences significatives liées aussi à l’âge

Une comparaison a donc été faite entre ceux qui avaient eu le coronavirus et les autres. Et les différences sont significatives. « Les chercheurs ont constaté que les gens traités pour leurs rhumatismes sous hydroxychloroquine avaient moins de risques d’attraper le Covid que celles qui prenaient d’autres médicaments pour ce genre de maladie », poursuit Vincent Dubee.

De là à dire que l’hydroxychloroquine permet d’éviter le Covid, il y a un pas que ne franchit pas l’infectiologue. « Il y a une différence de traitement en fonction de l’âge. Par exemple, l’hydroxychloroquine n’est pas un traitement pour les personnes âgées qui souffrent de maladies rhumatismales. Or, c’est justement cette population-là qui a le plus de risques d’attraper le Covid. En plus, les corticoïdes qu’on donne plutôt aux personnes âgées pour soigner ce type de maladie confèrent sans doute un risque supplémentaire d’attraper le coronavirus », conclut Vincent Dubee qui précise que l’étude « ne tire d’ailleurs aucune conclusion sur l’efficacité préventive du médicament ». En clair, le remède miracle contre le Covid n’est toujours pas arrivé.

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA

    L’ ARNAQUE MULTISÉCULAIRE DES “SCIENCES” DU VIVANT, PROPAGÉES DE FORCE PAR L’ HOMME BLANC, MONTRENT LEUR FACE CACHÉE: LE MENSONGE MERCANTIL VIL.

    DÉSORMAIS, TOUTES CES PSEUDO-SCIENCES DE L’ HOMME BLANC TOURNENT Á L’ INGÉNIERIE SOCIALE RIDICULE .

  2. due to few deceitful personnel in scientific community early results they give us are suspect. That is a contributing cause why so many young people ( under age of 45) especially in United States seek to become infected with Covid 19 thereafter drink plenty of fluids plus intake whatever make them frequently urinate to overcome sickness plus forever be immune.
    This is cost efficient preference . In addition they increase chlorine in drinking water to maximum safe amount . More this work more young people world wide use this method. Personally I believe it would be best if world simultaneously infected everyone then thereafter use foregoing method. With little or no chance of those having been infected being reinfected it is a reasonable choice if coordination needs may be fulfilled.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here