Côte d''Ivoire: 10.000 personnes à une manifestation de soutien à Banny

0

YAMOUSSOUKRO (AFP) – samedi 24 mars 2007 – 21h08 – Quelque dix mille personnes ont manifesté samedi à Yamoussoukro (centre) leur soutien à Charles Konan Banny pour son "maintien au poste de Premier ministre" de Côte d”Ivoire.
Venus en majorité des localités environnantes, les participants dont une centaine de chefs traditionnels, ont convergé vers la "place Jean Paul II" de la capitale politique ivoirienne pour y tenir un meeting auquel M. Banny, pourtant présent dans la ville dont il est originaire, n”a pas participé.

"Il nous faut tous nous mobiliser derrière notre frère Charles Konan Banny pour que le poste de Premier ministre ne nous échappe pas", a déclaré Lambert Kouamé, porte-parole du roi des baoulés (ethnie de M. Banny: Ndlr), Nanan Anougblé III.

Le président ivoirien Laurent Gbagbo et le chef de la rébellion des Forces nouvelles (FN) Guillaume Soro, qui contrôlent chacun une moitié de la Côte d”Ivoire depuis septembre 2002, ont signé début mars un accord de paix à Ouagadougou.

Cet accord, qui prévoit notamment la formation d”un nouveau gouvernement cinq semaines après sa signature, a relancé les spéculations sur un possible prochain remplacement de M. Banny par M. Soro.

"Tout le peuple baoulé doit se mobiliser afin d”empêcher que la coalition Front populaire ivoirien (FPI, parti présidentiel) et la rébellion monopolisent le pouvoir", a poursuivi M. Kouamé sous des applaudissements.

"Il ne faut pas ramener le problème de la Côte d”Ivoire à une question de Premier ministre", a renchéri Désiré Tanoé, chef de Bassam (sud), soulignant qu”en "remplaçant Banny, on ne change rien".

Le 16 mars, les partisans de M. Banny avaient salué l”accord inter-ivoirien de paix, se déclarant toutefois opposés à la formation d”un nouveau gouvernement qu”ils considèrent comme une "perte de temps".

"Pas question de changer l”actuel gouvernement, mais au contraire il faut l”encourager à aller plus vite, sinon ce serait une perte de temps", avait déclaré le président du mouvement Confiance-paix et développement (Copad, pro-Banny), Arthur Aloco.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER