Laurent Gbagbo invite les Ivoiriens à tirer les leçons de la guerre

0

APA – Abidjan (Côte d’Ivoire) Le chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo a invité mardi ses compatriotes à tirer les leçons de la guerre qui a frappé la Côte d’Ivoire depuis le 19 septembre 2002, lors d’une rencontre avec le peuple Akouè (ethnie baoulé du centre), a constaté APA sur place.

« Il faut tirer les leçons de la guerre. J’invite les Ivoiriens à se regrouper, à se donner la main pour bâtir la Côte d’Ivoire. La paix est là. Rendez la dynamique », a demandé Laurent Gbagbo

« Aujourd’hui, un baoulé, un bété, un gouro, un senoufo, un malinké, où est la différence ? » s’est interrogé Laurent Gbagbo qui a insisté sur le caractère cosmopolite de la Côte d’Ivoire.

Selon le chef de l’Etat ivoirien, toutes les soixante ethnies que compte la Côte d’Ivoire, connu comme le premier producteur mondial du cacao sont les mêmes.

« Il faut qu’on se souvienne toujours que nous sommes les mêmes. Et c’est ça que nous devrons encourager. Nous devrons encourager ce qui nous rapproche. S’il y a un problème, il faut aller demander à celui qui l’a crée. Il va s’expliquer », a encore ajouté M. Gbagbo

Pour lui, le peuple Akoué (Baoulé, (ethnie de Félix Houphouet Boigny ) qui a donné le premier président de la République ne doit pas avoir un certain comportement.

« On est des Ivoiriens. Quand on va voter, il n’y a pas le bulletin d’un baoulé à part, le bulletin d’un bété à part et le bulletin d’un senoufo à part. Moi j’ai été élu président de la République mais en Côte d’Ivoire nous sommes nombreux. Les voix d’une seule ethnie ne peuvent pas élire quelqu’un président de la République », a-t-il précisé.

« Si ce pays se casse, c’est nous tous qui sommes perdus. Si ce pays se casse, c’est l’Afrique de l’Ouest qui est perdue », a prévenu le pésident Gbagbo, exhortant les populations à plus de retenue.

Le peuple Akoué des villages et des sous-préfectures de Yamoussoukro est venu dire tout son soutien à Laurent Gbagbo pour ses initiatives en faveur de la paix, notamment le dialogue direct.

« Nous les Akoué sommes venus ce jour vous rendre l’hommage qui vous sied et vous exprimer de vive voix notre soutien à tous les actes de développement que vous entreprendrez dans notre circonscription et toute initiative qu’il vous plaira de prendre à l’instar du dialogue direct », a déclaré Nanan Koffi Elysé, porte parole du peuple Akoué.

La Côte d’Ivoire, secouée par une crise militaro politique de plus de quatre ans tente de renouer avec la paix après la signature de l’accord politique de Ouagadougou le 4 mars par Laurent et Guillaume Soro, le leader de l’ex rébellion nommé Premier ministre.

Cet accord, parrainé par le facilitateur et président en exercice de la CEDEAO, Blaise Compaoré, prévoit l’organisation de l’élection présidentielle dans dix mois après la mise en œuvre des chantiers du désarmement, de l’identification et du redéploiement de l’administration.

LS/of/APA
24-04-2007

Commentaires via Facebook :

PARTAGER