Guinée : La Patience et la tolérance du peuple sont excédées

0

Incontestablement, la Guinée est l’un des pays les plus gorgés de grandes richesses minières et naturelles. Paradoxalement, le peuple guinéen est au
dernier rang des plus pauvres du continent africain. En Guinée, les dirigeants nagent dans l’opulence. Les populations pataugent dans l’indigence. Pendant de nombreuses décennies le peuple guinéen a gardé la patience et accepté la tolérance dans de telle situation de paupérisation.

Mais, aujourd’hui 10 février 2007 le peuple de guinée a décidé de s’assumer face à l’arrogance, l’incompétence et la violence meurtrière du général président Lansana Conté et son gouvernement. Ainsi, sans attendre des syndicalistes le mot d’ordre de reprise de grève illimitée prévue pour le lundi, les populations, dans leur inébranlable volonté de changement de régime, ont spontanément détruit des symboles du pouvoir dans plusieurs régions.

Précisément à Kankan, 2eme capitale de la Guinée, selon les renseignements que j’ai obtenus des manifestants, le gouverneur Ibrahima Sory Diallo, le préfet Fodé Soumah Bangoura et madame la Maire Fatoumata Maty ont fui pour échapper au lynchage. Un militaire qui a tiré et blessé gravement 4 manifestants a été battu, aspergé d’essence et brûlé par la foule en colère. Dans cette ville de Kankan abandonnée par ses représentants, le Gouvernorat, la Préfecture, la Mairie, le Poste de police du quartier Sogbè et le Buffet hôtel de la gare ont été complètement saccagés.

Responsables des syndicats, de la société civile et des partis politiques pour parachever votre noble œuvre de libération du peuple guinéen en respectant sa volonté, vous devez faire une seule revendication légitime: La démission pur et simple du général président Lansana Conté et de son gouvernement. Car le temps de la nomination d’un « premier ministre » est à jamais dépassé. Tout comme votre peuple est excédé dans sa patience et sa tolérance.

Lancine Diawara
Ecrivain à Montréal, Canada


Des vols internationaux en direction de Conakry, notamment Air France et FN Brussel annulés

En raison de la situation quasi insurrectionnelle engendrée par le décret incendiaire du chef de l”Etat qui continue d”embraser le pays, Guinéenews© a appris, de source proche de l”aéroport international de Conakry Gbessia que tous les vols de compagnies étrangères programmés pour aujourd”hui, notamment Air France et FN Brussel sont tous annulés. Et ce, jusqu”à nouvel ordre.

Avec cette décision d”annulation des vols qui vient de tomber, l”isolement du pays tend à devenir effectif. Déjà mise en quarantaine par ses principaux partenaires économiques à cause de la nature fasciste et sanguinaire du pouvoir de Lansana Conté, la Guinée n”est pour le moment relier au reste du monde que par les téléphones et l”Internet, la circulation et les mouvements des personnes et leurs biens étant placés sous très haute surveillance.

Source: guineenews.org

La rencontre des syndicats annulée ce samedi, l’Agence de la SGBG de Matam saccagée !

La rencontre des syndicats qui était prévue en principe ce samedi matin à la Bourse de Travail n’a finalement pas eu lieu. Raison évoquée selon les sources syndicales, les manifestations hostiles au régime d’une foule déchaînée depuis ce matin à en découdre avec le pouvoir agonissant de Conakry ont empêché les syndicalistes habitant en haute banlieue de regagner le centre ville. Car les manifestants ont barricadé la plupart des grandes artères de Conakry, en érigeant des blocs et autres troncs d’arbres sur la route, rendant les déplacements quasiment impossibles.

Paradoxalement à ça, les manifestants se sont attaqués à l’Agence Madina de la Société Générales des Banques (SGBG) sis au Carrefour Constantin. L’Agence a été saccagée. Et l’argent qui se trouvait dans le guichet automatique fut emporté par des loubards.

D’autre part, la Radio France Internationale (RFI) opérant en modulation de fréquence en Guinée a été bloquée

En somme, de source non officielle la seule journée de ce samedi fait état de 9 morts au total, des blessés graves et d’importants dégâts matériels.

Aux dernières nouvelles, nos reporters ont constaté une accalmie à Conakry, bien que la circulation reste moins fluide. On nous informe par ailleurs qu’au moment où nous publions cette dépêche, aucun militaire n’est visible sur la route. Par contre, les manifestants continuent de rançonner les gens en haute banlieue de Conakry.

Source: guineenews.org

Commentaires via Facebook :

PARTAGER