Interview exclusive avec Me Baber Gano, SG du RPM .″Soumaila Cissé a fait une mauvaise lecture de l’entretien d’IBK à J. A″ : .″Me Tall fait une fausse interprétation de l’article 34 de la constitution″

19

Dans un entretien exclusif qu’il nous a accordé, le secrétaire général du RPM, Me BABER Gano, ministre de l’Intégration africaine, remet les pendules en l’heure, en invitant le leader de l’opposition, Soumaïla Cissé, à la retenue. Avant de demander à Me Tall d’éviter une interprétation erronée de la Constitution. Pour Me Baber Gano, le RPM demeure la première force politique du pays.

22 Septembre : Me Baber Gano, nous avons suivi la semaine passée la réaction disproportionnée, insultante pour certains de Soumaïla Cissé, suite à l’interview accordée par le président IBK à notre confrère parisien, Jeune Afrique. Quelle lecture faites-vous de cette dégradation du climat politique entre IBK et son challenger ?

Me Baber Gano : Je pense très honnêtement que l’entretien du président dans Jeune Afrique a été altéré par l’URD. En effet, IBK n’a nullement rabaissé Soumaïla Cissé, comme le prétendent certains de sa formation politique. La bouderie dont parle le président, dans une expression digeste, sans avoir la prétention de donner de leçons à qui que ce soit, est l’état d’un homme fâché. On l’a compris autrement, hélas !

Je pense qu’IBK a fait beaucoup d’efforts de réconciliation avec Soumi. Il continuera à le faire, s’il en faut. Cependant, dans le contexte actuel, son agenda ne peut pas se limiter à une seule personne, en l’occurrence Soumaïla Cissé. IBK a le devoir de rassembler tous les fils et filles du Mali. En tout cas, ceux qui répondront à son appel travailleront avec nous pour faire avancer le Mali et ne pas se focaliser sur des différends personnels, politiques ou même politiciens.

C’est pourquoi, dans le cadre de la décrispation politique et de l’apaisement du climat social, le président a pris son téléphone pour appeler Soumaïla Cissé, avant de le recevoir plusieurs fois pour échanger avec lui sur les préoccupations de la nation. Cette démarche a concerné d’autres acteurs sociopolitiques. La suite est connue de tous.

IBK est dans une démarche de rassemblement, d’unité d’actions pour relever les défis actuels. C’est ainsi qu’il a nommé un triumvirat pour conduire le Dialogue politique inclusif.

Donc, j’invite l’URD à faire la bonne lecture de l’interview d’IBK dans Jeune Afrique et à ne pas verser dans les invectives qui rabaissent le débat politique. J’appelle l’honorable Soumaïla Cissé a plus de retenue.

IBK a vraiment raison de dire qu’il n’y a pas de crise postélectorale au Mali parce qu’il a été confirmé par la Cour constitutionnelle, par l’Union Européenne et l’ensemble des observateurs nationaux et internationaux. Les élections présidentielles au Mali se sont bien déroulées. IBK est un président démocratiquement bien élu.

22 Septembre : Vous avez tantôt parlé du Dialogue politique inclusif. Selon le Pr Issa N’Diaye, il est mort-né, qu’en dites-vous ?

Me Baber Gano : C’est un grand intellectuel, un homme respectable, mais je ne partage pas son point de vue. Je pense que la nécessité du dialogue s’impose aux maliens, afin que nous puissions relever les défis actuels. Je salue l’initiative et la nomination du triumvirat, composé de personnalités connues et respectées au Mali pour leurs multiples qualités.

Le Dialogue politique inclusif ne peut pas être mort-né parce qu’il s’agira de faire l’inventaire des problèmes auxquels notre pays est confronté avec l’ensemble des acteurs et de proposer des solutions avec un chronogramme et un plan d’actions de mise en œuvre. Voilà que c’est bien clair. Donc, ce dialogue inclusif ne peut pas être mort-né, à moins que des ambitions inavouées pour certains ne se cachent derrière.

22 Septembre : Pour la première fois, nous avons vu le président IBK participer à l’anniversaire de son parti, le 30 juin dernier. Selon Me Mountaga Tall, c’est une violation de l’article 34 de la Constitution. Partagez-vous ce point de vue ?

Me Baber Gano : J’ai beaucoup de respect pour Me Mountaga Tall. Celui-ci fait une mauvaise interprétation de l’article 34 de la Loi fondamentale. Il stipule que «  la fonction présidentielle est incompatible avec toutes autres fonctions politiques. D’abord, je voudrais faire observer au président du CNID que la venue d’IBK à une cérémonie commémorative d’anniversaire d’un parti, fut-il le parti présidentiel n’est pas un acte d’exercice d’une fonction politique. Ensuite, IBK y était à titre privé, en toute solidarité, pour communier  avec ses amis du parti. IBK a une vie privée différente de la fonction présidentielle. Avec son humanisme soudanien, ses sentiments humains reconnus, IBK participe à tout moment aux mariages, aux décès, aux baptêmes, aux cérémonies religieuses… C’est dans ce cadre qu’il a participé à la fête des 18 ans du RPM. Quoi de plus normal ? Me Tall est dans la confusion.

L’anniversaire du RPM n’est pas un congrès pour confier des responsabilités à IBK. Si Me Tall veut se montrer en sentinelle de la Constitution ou en étalon de celle-là, il a vraiment raté le coche. En un mot, IBK n’a pas violé l’article 34 de la Constitution.

22 Septembre : Vous avez fêté votre 18ème anniversaire, que pèse aujourd’hui le RPM ?

Me Baber Gano : Il a le même kilogramme qu’en 2013. Le RPM pèse lourd : c’est un parti qui compte 64 députés élus en 2013, 2852 conseillers nationaux, des conseillers régionaux, des cadres et militants sur l’ensemble du territoire national, de Kayes à Kidal. C’est une formation politique bien implantée, qui demeure la première force politique du pays, jouit d’une très grande popularité et légitimité auprès des maliens.

22 Septembre : Pourtant, on ne voit pas cette force soutenir l’action gouvernementale. Qu’est ce qui se passe ?

Me Baber Gano : C’est vous qui le dites, c’est un mauvais jugement qu’on nous fait, sinon le parti est aveuglement fidèle, dévoué pour la cause d’IBK, indissociable de celle du Mali.

22 Septembre : La cause d’IBK est-elle différente de celle du gouvernement ?

Me Baber Gano : Que non ! Que non ! Que non ! Le gouvernement tire sa légitimité d’IBK. Toutes les actions gouvernementales émanent de l’inspiration d’IBK et sont soutenues par lui, et bien sûr par le RPM.

22 Septembre : Le soutien par le RPM des actions gouvernementales n’est-il visiblement pas sincère ?

Me Baber Gano : Sauf pour ceux qui ne veulent pas voir. Nous sommes présents au gouvernement, à l’Assemblée nationale, dans les Institutions et d’une manière générale dans toutes les structures de la gouvernance politique. Nous sommes la véritable force de l’action gouvernementale. Le parti y participe. C’est notre majorité qui fait passer les lois à l’Assemblée nationale et participe à leur mise en œuvre.

Entretien réalisé

par El Hadj Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

19 COMMENTAIRES

  1. comment ce fait- il que les intellectuels de ce pays se permettent d’avoir la langue de bois . monsieur baber à peut-être oublié les propos tenus lors du 18ème anniversaire du parti.qu’il revoit juste la vidéo ,il saurât si l’article 34 de la constitution à été violé ou pas .

  2. “Me Baber Gano : ……………….Si Me Tall veut se montrer en sentinelle de la Constitution ou en étalon de celle-là, il a vraiment raté le coche. En un mot, IBK n’a pas violé l’article 34 de la Constitution.”
    MOUTAGA TALL, AVOCAT, HOMME POLITIQUE, ETRE HUMAIN A EXISTE AVANT QU’UN POLTRON COMME TOI NE SOIT….

  3. “Me Baber Gano : C’est un grand intellectuel, un homme respectable, mais je ne partage pas son point de vue. Je pense que la nécessité du dialogue s’impose aux maliens,…” NON LA NECESSITE DU DIALOGUE S’EST IMPOSEE A IBK. SINON IL VA ETRE EMPORTE PAR UN COUP D’ETAT.. JE LUI DONNE AU PLUS 2 ANS….

  4. Interview exclusive avec Me Baber Gano, SG du RPM .″Soumaila Cissé a fait une mauvaise lecture de l’entretien d’IBK à J. A″ : .″Me Tall fait une fausse interprétation de l’article 34 de la constitution″
    DE QUOI SE MELE CE VOLEUR? AILLEURS QU’AU MALI CE PSEUDO AVOCAT SERAIT DWJA DERRIERE LES BARREAUX….

  5. Il serait bon ,puisque IBK, c’est le Mali,Il incarne le Mali,qu’il se prete aux questions
    des journalistes pour apporter la preuve qu’il est 100% loyal a la Constitution du Pays.
    Ce compte rendu regulier fait partie integrante de la Democratie ,surtout au moment de la mobilisation du people Malien pour sauvegarder la Nation telle qu’elle existe depuis sa creation.La politique Democratique ne doit paS ETRE UN JEU DE CACHE-CACHE.Les grandes orientations ,les politiques a mettre en place doivent etre expliquees au Peuple.Il n’ya pas de domaines politiques caches .Quand les objectifs ont ete definis ,la demarche,la procedure
    visant a realiser ces objectifs ,c’est l’affaire du gouvernement. Ce que je dis ici est aussi vrai
    en ce qui concerne les Ministres du gouvernement.Ce Me Baber Gano est Ministre de l’Integration Economique,,pas de communication .Quelle est sa strategie d’integration economique en ce qui concerne le Mali.Une zone de libre echange vient d’entrer en operation,est-ce vraiment la priorite pour un pays enclave comme le Mali.Ou est la logique de creer une zone de libre echange pour un Continent qui exporte principalement des produits primaires,qui est extraverti et qui commerce principalement avec les pays industrialises.Si les grandes entites sont lentes a se mettre en place ,POURQUOI NE PAS REVIVRE DAVANTAGE L’omvs ET SONGER COMMENT RENFORCER les relations politiques,economiques et militaires les pays du Sahel?

  6. Monsieur le Ministre,
    AU lieu de reflehir sur la stratégie à mettre en place pour qu’on profite de la ZLEC, vous vous attelez dans des debats politiques unitiles.

  7. Ce qui reste certain, cet homme ne peut pas faire l’avocat du diable en transformant le mensonge en vérité et c’est ce qui rend difficile la résolution des problèmes maliens. Il faut quelques soient les circonstances se comporter en responsable compte tenu de l’actuelle traversée de désert de notre très cher pays. Cet homme se compte comme un griot qui ment pour construire et cela est accepté par notre société d’aujourd’hui, mais attention car le mensonge à l’échelle de la nation détruit des valeurs et ne construit pas à long terme et dans le cas du Mali d’aujourd’hui c’est le mensonge qui nous a conduit ici dans un trou noir et pour en sortir personne ne peut envisager le bonheur, le malheur est d’ailleurs plus envisageable dans la situation actuelle.

  8. …..”En tout cas, ceux qui répondront à son appel travailleront avec nous pour faire avancer le Mali…” malheureusement, jusque là, il n’a fait appel qu’à des gens qui ne font que voler, piller ,tuer et enterrer le mali!
    Je ne me mêlerais à une bataille de bécosses!

  9. Me GANO: “Je pense qu’ IBK a fait beaucoup d’efforts de réconciliation..” a sa manier … or cela ne traduit pas forcement la manière.

  10. Et ton dossier du pole economique ? la justice t’attend pour te mettre au gnouf avec plus de 300 millions que tu as detourné à l’Office du Niger ! ce gano est un ecervelé

  11. Aux portes de la prison, le voleur BABER GANO donne des cours de français et de droit aux maliens. Non, le gars est fort et CHAHANA ELHADJ pense tromper Dieu !!!!!!!

  12. Quand on est en politique sans conviction, pour faire des affaires, défendre des intérêts personnels, on est capable de supporter toutes les humiliations pour défendre le maître du jour.
    La fête de l’anniversaire d’un parti politique est un acte politique destiné aux renforcements des acquis de ce parti.
    Y participer, c’est y contribuer.
    Y contribuer, c’est être partisan.
    Etre partisan, c’est sortir de son rôle de président de la république.
    L’opportunisme qui caractérise les éléments de l’ADEMA PASJ qui ont été formatés par IBK pendant ses six ans de présidence de ce parti ne permet pas d’avoir le courage de défendre la constitution face à celui qui donne à manger.
    Le RPM, c’est l’ADEMA PASJ d’IBK qui a terni le bilan et l’image de la présidence D’ALPHA OUMAR KONARE ,est entrain de le faire pour le Mali.
    Nier la crise politique post électorale est tellement grave que ça vient du président de la république.
    IBK et son premier ministre confiscateur ont essayé de montrer qu’il y a eu bel et bien une élection sincère et transparente en dénigrant régulièrement leurs adversaires contestataires pour finir par les appeler.
    Cet appel téléphonique obligé d’IBK à son ennemi intime de toujours est le constat que le pays etait bloqué, non pas que SOUMAILA CISSE n’a pas reconnu le président élu, mais que la population, en majorité suffisante, ne s’y reconnait plus à IBRAHIM BOUBACAR KEITA.
    ON A VOULU SE SERVIR DE CETTE MAJORITÉ FICTIVE,NON RÉELLE, POUR NEUTRALISER L’ OPPOSITION
    On a voulu imiter ALPHA OUMAR KONARE en 1997 qui avait une majorité réelle malgré le refus de ses opposants de participer aux différentes élections.
    N’EST PAS ALPHA OUMAR KONARE QUI VEUT CAR LUI AVAIT UNE CONNEXION RÉELLE AVEC LE PEUPLE.
    AOK a toujours utilisé le verbe pour convaincre la population, l’a utilisé pour installer l’ADEMA PASJ sur toute l’étendue du territoire.
    C’est IBK président de l’ADEMA PASJ à partir de 1994 qui commence à attirer les militants par les deniers publics dénaturant ce parti.
    C’EST POURQUOI ÇA N’A PAS ÉTÉ DIFFICILE À SES ADVERSAIRES POLITIQUES DE L’ÉJECTER DE LA PRÉSIDENCE DU PARTI.
    La même méthode a été utilisée en 2018 pour se faire élire sans réellement avoir de connexion avec la population car très decue du premier quinquennat.
    L’ABSCENCE DE CETTE CONNEXION EXPLIQUE LA CRISE POST ÉLECTORALE FAISANT QUE LE PAYS ÉTAIT BLOQUÉ.
    Ça n’a rien à voir avec SOUMAILA CISSE.
    La victoire du chef de fil de l’opposition s’explique par une majorité de vote contre IBK, non pour SOUMAILA CISSE
    La bouderie de ce dernier n’aurait servi à rien, si IBK avait une connexion reelle avec la population.
    La connexion, c’est se conformer aux souhaits du peuple.
    IBK s’est conformé à ceux des bourgeois délinquants de ce pays.
    La différence avec AOK,c’est que ce dernier a nommé un certain IBK pour mettre fin aux désordres qui inquiétaient la population avant qu’il ne brûle cette crédibilité acquise aux contactes des délinquants UDPMISTES venus grossir les rangs de l’ADEMA PASJ sous sa présidence.
    IBK manque tellement de connexion avec la population qu’il est obligé de courir derrière les religieux.
    Ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’a fait.
    S’il s’exprime ainsi, c’est qu’il pense que son régime est sauvé à cause de sa réconciliation avec les religieux.
    Il va être surpris en constatant la révolte du peuple contre sa présidence chaotique et tous ceux qui ont accepté de collaborer avec lui y compris les religieux.
    La réconciliation doit être faite avec le peuple en se conformant à ses souhaits.
    SOUMAILA CISSE et tous les acteurs politiques de la place, par stratégie politique, s’alignent du côté du peuple.
    La crise post électorale n’est pas encore finie,mais s’est plutôt calmée à cause de l’attitude des hommes politiques et des leaders des associations qui lui inspirent confiance.
    Quand ces derniers décideront de lui faire recourir, IBK comprendra qu’il a été mal élu.
    Il a intérêt à collaborer avec ces leaders réellement crédibles aux yeux de la population, s’il veut sauver son pouvoir.
    Ce n’est pas les éléments du RPM et les leaders religieux qui vont sauver son régime, mais sa capacité à exécuter les souhaits du peuple.
    OSER LUTTER, C’EST OSER VAINCRE !
    La lutte continue.

  13. Yana Takoula et Baber Gabon, deux sommités qui comprennent mieux la langue française que 90% de la population. Plus cons que ces deux là, tu meurs.

  14. Article 118: "Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire. "

    L’avocat du diable,il veut discuter l’evidence.Quelle misere !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here