INTERVIEW IMAGINAIRE : Dionkounda Traoré face aux turbulences dans l’Adema

0

L’Observateur : Vous avez déjà sellé le sort de l’Adema en décidant de voter ATT à la présidentielle. Toute chose qui a fait révolter le bouillant vice président Soumeylou Boubèye Maïga qui a été suspendu du parti pour indiscipline. Président, à quelques semaines de la présidentielle, allez-vous convoquer un congrès extraordinaire pour décider du sort définitif de SBM ?

Dionkounda Traoré : Vous connaissez déjà ce problème qui n’en ai pas un pour moi et les militants convaincus du parti. Ce n’est pas la peine pour moi de convoquer un congrès extraordinaire pour cela. C’est décidé et puis voilà.

L’Observateur : Il me semble qu’indépendamment du cas SBM, ça bourdonne encore et toujours dans la ruche malgré qu’il n’ y ait plus de miel. Certains frelons et non des moindre réclament également un congrès extraordinaire dit congrès de clarification. Parce qu’ils estiment que la reine mère (direction du parti) s’agitent trop. Qu’il faille mettre un terme à ces agissements.

Dionkounda Traoré : Ceux qui estiment que la direction a fait un mauvais choix d’aller avec ATT sont libres de faire leur choix aussi. En tout cas, nous sommes suffisamment mûrs pour décider de ce qu’il faut faire.

L’Observateur : Les militants révoltés ont évoqué un certain nombre de problèmes à savoir le rangement dans les tiroirs de la direction des résolutions et orientations du 3ème congrès extraordinaire et des recommandation de la 7ème conférence nationale. Car, il parait que c’est après une simple recommandation de la 7ème conférence que vous avez décidé de na pas présenter un candidat issu des rangs du parti, mais un candidat non militant de l’Adema en violation de tous les textes du parti. Votre commentaire.

Dionkounda Traoré : Je n,’ai pas de commentaire. Pourquoi donc attendre ce moment pour faire de telles déclarations ? Je doute fort si ces déclarations sont de vrais militants de l’Adema. Tout est possible en politique et personne n’est dupe. Ce qui est sur et certain, le parti ne présentera pas de candidat à la présidentielle.

L’Observateur : Et pourtant, vous êtes candidat à la députation à Nara. Avec cette situation qui prévaut au sein du parti, comptez-vous vraiment sur les militants de Nara pour prétendre être député de l’Adema dans quelques mois ?

Dionkounda Traoré : Je laisse l’appréciation aux militants. En tout cas je suis candidat à Nara.

L’Observateur : Pensez-vous que l’Adema à ce stade peut gagner seul dans une localité sans alliance ?

Dionkounda Traoré : Ce que vous faites n’est pas le rôle d’un journaliste. Ne vous mêler pas de ce qui ne vous intéresse pas. Alliance ou pas alliance, l’Adema se présentera aux législatives à Nara.

L’Observateur : Excusez moi président si je vous ai vexé.

Dionkounda Traoré : Vous n’avez pas à vous excuser. Eviter de vous laisser manipuler par les politiques. C’est un conseil d’ami. Unissons pour construire ce pays que personne ne fera à notre place. OK !

Maïmouna DANIOKO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER