UN DEPUTE DE KIDAL CONTRE UN JOURNAL ALGERIEN : Des femmes du Nord se constituent « témoins »

0

Les femmes des associations de développement du Nord ont décidé de se joindre au député de Kidal pour démentir les « accusations » du journal algérien Ech-Chourouk selon lesquelles Kadhafi déstabilise le Sahara. Elles ont décidé hier de se constituer témoins lors du procès contre le dit journal.

A l’instar des députés du Nord, les femmes des associations Tahanint, Tarti N’tchetma et des femmes élèvent une véhémente protestation contre les accusations du journal algérien Ech-Chourouk contre le Frère Guide de la Révolution libyenne Mouammar El Kadhafi. En effet, dans une de ses parutions, ce journal accusait le Frère Guide de « créer l’insécurité sur les frontières algériennes, de diviser les Touaregs et de les appeler à adhérer son projet du Grand Sahara allant du Sénégal en passant par la Tunisie et l’Algérie ».

La présidente nationale de Tahanint et présidente de la coordination des femmes du Nord, Hadiza Walett Waickfa, a qualifié le journal Ech-Chourouk de virus nuisible. C’était hier au cours d’une rencontre qui a regroupé les responsables d’associations féminines du Nord. « La vision de Kadhafi n’est pas de créer l’insécurité et la division chez ses voisins. Kadhafi met tout en œuvre pour assembler les peuples africains à travers des projets de développement qu’il finance ».

Mme Hadiza, qui a participé à la rencontre des femmes du Nord avec Kadhafi en Libye, est revenue sur les points forts de l’entretien du Frère Guide. « Kadhafi, homme de paix, nous a fait part de son souci de voir les peuples africains aller vers la paix, seul garant du développement. Comment un tel grand homme plein de sagesse et de piété peut-il vouloir le feu chez ses voisins ? », s’interroge-t-elle.

Kadhafi, a-t-elle poursuivi, a sensibilisé les participants sur la nécessité d’établir la paix et la sécurité dans le Grand Sahara et en Afrique. Il nous a invités à unir nos forces pour lutter contre la circulation anarchique des armes, la fraude sous toutes ses formes notamment contre l’introduction des stupéfiants et le trafic d’être humain, l’intégrisme islamique. Il nous a par ailleurs invités à aider notre gouvernement dans le cadre de la paix et la stabilité au Sahara et en Afrique.

« Nous pensons en notre âme et conscience que les allégations du journal relèvent purement et simplement de l’intoxication et de la désinformation dont le Frère Guide a toujours fait l’objet de la part des personnes malveillantes qui ne sont guidées par aucun intérêt des populations et qui servent souvent de faire valoir à d’autres », a tranché la présidente de Tartit N’Tchetma Fadimata Walett Oumar.

Pour elle, Mouammar Kadhafi est un exemple, il est convaincu que sans la paix, l’on ne peut rien faire. « C’est pour cela que nous les femmes œuvrons pour la paix. Les hommes font leur bêtise et les conséquences tombent sur nous et nos enfants. Kadhafi se préoccupe plus de notre paix et de notre développement. C’est pourquoi il est tombé lorsqu’il a appris les événements du Nord », a-t-elle témoigné.

C’est fort de tous ces constats que la coordination des femmes du Nord, qui s’apprête à organiser en janvier un forum sur la paix au Nord, décide de se constituer témoin lors du procès intenté par le député de Kidal contre Ech-Chouk pour laver l’affront.

Sidiki Y. Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER