Lettre ouverte à la presse malienne et aux candidat(e)s aux présidentielles de 2007

0

Lettre ouverte à la presse malienne et aux candidat(e)s aux présidentielles de 2007

Monsieurs, Mes dames,

Vous qui avez besoin de la confiance du peuple malien,
Vous qui avez toujours écouté des programmes hypocrites de nos candidats,
Vous qui avez toujours fermé les yeux sur la souffrance du peuple malien,
Vous qui avez des prérogatives de rechercher et de dire la vérité,

Le peuple malien a besoin de quelqu’un qui fait de la politique une recherche de solution aux problèmes de la société.
Le peuple malien souffre, une souffrance qui le rend esclave de ses administrateurs.

Etes-vous un nouvel Ennemi du peuple ?

Si non, je souhaiterais connaître vos critiques, vos propositions sur la gestion laxiste des lois, codes, décrets et de toute l’administration de notre Mali.  Comment pouvez vous accepter que des médecins assassins (les faux administrateurs) continuent à faire souffrir vos frères et sœurs ?

Pensez vous que la politique de logements sociaux qui a tendance aujourd’hui à se résumer à une sélection des dossiers des proches et de camarades de parti politique est une solution au problème de l’habitat au Mali ou une solution à la pauvreté du
citoyen ?

Je dis non, et je fais ma propre proposition :

– Révision des critères d’être membre de la commission de gestion des logements sociaux
– Légalité et transparence dans l’octroi des parcelles à usage d’habitation dans nos communes urbaines, car les lots sont toujours donnés à ceux qui n’en ont besoin que pour construire et mettre en location et sans payer de taxes sur le revenu foncier.
– Adopter et exécuter une loi sur les taxes sur le revenu foncier et les frais de location, car un chef de centre des impôts m’a avoué qu’il n’est pas possible de gérer ce problème.

Je vous révèle que 2% des propriétaires de maisons à louer font une déclaration.

Mes dames et Monsieurs, le pire est à la circulation routière. Là, l’agent de régulation de la circulation qui est aux carrefours de circulation et de sécurité se croit à un poste de contrôle. Au lieu de régulateur, il est douanier, agent des impôts, sans aucun versement dans les caisses de l’état.

Il n’y a que des injustices, du sabotage du code de la route objet du décret N° 99-134/P-RM du 26 mai 1999 (Conditions de l’usage des voies ouvertes à la circulation publique et de la mise en circulation des véhicules), du non respect de
la résolution des Etats généraux sur la sécurité, des abus, de l’incitation à l’incivisme et plus grave l’imposition d’un retard à tous les usagers de la route.

Cela est un frein au développement du pays car tous les services privés et publiques et même les commerces s’ouvrent à la même heure. Des agents salariés se font injustement et impunément leurs poches.
Sans une recherche de solution à ces quelques points qui font souffrir vos propres parents, je crains que vos candidatures et vos professions ne restent pour tous les maliens qu’une énorme erreur.

Veuillez recevoir Mes dames et Monsieurs les candidats et hommes de presse l’expression de ma sincère inquiétude.

Bamako le 11/02/2007

BAFOTIGUI DIALLO
Ancien Député à L’assemblée nationale du Mali
BP : 7020 Bamako Mali Tel : (00223)6716100

Commentaires via Facebook :

PARTAGER