Budget 2007 : un déficit de plus de 91 milliards de FCFA

    0

    Les élus de la nation ont adopté tard dans la nuit du jeudi 28 décembre le projet de budget 2007. Celui-ci est évalué en termes de ressources à 885 319 695 000 francs CFA. Les charges sont estimées à 976 601 604 000 FCFA. D”où un déficit de 91 281 909 000 de FCFA. Ce budget est caractérisé par une augmentation de 5,30% par rapport à 2006. Cette augmentation est justifiée par l”accroissement attendu des recettes du budget général (5,30) et des budgets annexes et des comptes et fonds spéciaux(5,29).

    En effet, les ressources de la rubrique cessions de sols et sous-sols sont évaluées à 4, 8 milliards de FCFA contre 4,5 milliards en 2006, celles des biens meubles à 0,5 milliard en 2007 contre 0,3 en 2006. Quant aux recettes fiscales, elles se chiffrent à 534,482 milliards de FCFA contre 487,523 milliards de FCFA en 2006. Les recettes non fiscales sont estimées à 39,568 milliards de FCFA en 2007 contre 40,033 FCFA en 2006. L”augmentation des ressources repose également sur l”intensification de la lutte contre la fraude ; le suivi accru du secteur minier(dividendes et taxes ad valorem) ; la montée du prix de l”or ; la suppression de certaines mesures administratives surtout concernant les paiements des dividendes et de la taxe ad valorem ; la mise en œuvre de la taxation sur les locations verbales ; les effets positifs de certaines reformes en cours du code général des impôts(l”instauration du régime simplifié d”imposition) ; le renforcement des contrôles sur les marchandises importées par conteneurs ; la création récente du guichet-unique pour une meilleure maîtrise du dédouanement des véhicules ; la création d”un bureau principal des douanes à Kati…

    Une réduction du BSI

    Le budget spécial d”investissement s”élève à 8,651milliards de FCFA contre 24,211 milliards de nos francs soit une baisse de 64,3%. Elle s”explique par la fin des travaux du projet belge de Yanfolila et de Kita, la restauration de l”hôpital du point G, l”aménagement de l”hôpital de Kati, l”aménagement de l”hôpital Gabriel Touré, l”aménagement du Centre national d”odontostomatologie etc.

    La dotation au niveau du BSI permettra la prise en charge des dépenses relatives à la construction de nouveaux services dans les hôpitaux : hôpital de Kati (service d”odontostomatologie, réhabilitation du bloc opératoire, imagerie et drainage des eaux) hôpital du point G (extension de la cardiologie urgences et chirurgies) ; hôpital Gabriel Touré (construction du bloc technique) IOTA (construction d”une direction et du bureau d”entrée) Centre national de lutte contre la maladie (construction de nouveaux bureaux et salle de formation).Le BSI servira également à la construction de quatre CSCOM dans la région de Mopti, autant dans celle de Gao, deux dans la région de Kayes, un dans la région de Tombouctou. Il sera construit aussi grâce à ce fonds d”investissement un institut de cancérologie à Bamako et une maternité à Djenné. D”autres constructions, clôtures, aménagement des cours et dallage sont programmés au niveau de plusieurs services de Bamako et des régions du pays.

    ATT : dégraisse son budget

    Le budget de la présidence a baissé de 18.089 milliards en 2006 à 11.244.452 milliards en 2007. Cette réduction est due au transfert des comptes de deux structures rattachées à la primature qui bénéficient ainsi d”une autonomie financière. Il s”agit du Haut Conseil National de Lutte contre le Sida (HCNLS) et du Commissariat à la Sécurité Alimentaire(CSA) tous deux érigés en section.

    En 2006, le budget de la présidence avait passé de 10 milliards de nos francs à 18 milliards en raison du rattachement de ces désormais deux sections à la présidence. Cela a paru énorme aux yeux du président ATT. C”est pourquoi, il a préféré dégraisser son budget en accordant l”autonomie financière au HCNLS et au CSA.

    En outre, les actions pertinentes à réaliser cette année au niveau de la présidence portent sur l”équipement des services de la présidence (matériels et mobiliers de bureau et autres équipements du palais, résidences, villas des hôtes) ; travaux de rénovation des services de la sécurité et des bâtiments d”astreinte ; prise en charge des dépenses en communication ; et acquisition de matériel VSAT pour réaliser des conférences vidéo ; assurer l”appui à la promotion de la presse, de la culture et la promotion des initiatives créatrices des jeunes ; construction du secrétariat général de la présidence, informatisation des services de la présidence ; achat d”engins à deux roues pour les chauffeurs et les plantons.

    Quant à la primature, son budget est arrêté à 9.053. 259 milliards contre 9. 149. 552. 000 milliards en 2006. Cette réduction constatée s”explique par la non reconduction des inscriptions budgétaires du Comité National d”Organisation du 23 éme sommet Afrique – France et de la 24 eme Conférence Régionale de la FAO pour l”Afrique. S”y ajoute l”érection de l”Agence de Développement du Nord-Mali (ADN) en EPA doté de la personnalité morale et de l”autonomie financière.

    Les actions pertinentes prévues en 2007 sont entre autres la formulation de la Déclaration de Politique Générale du gouvernement, la coordination et le suivi de l”évaluation de l”action gouvernementale, la mise en œuvre du programme de reforme du secteur coton, l”élaboration du programme d”action gouvernemental 2007-2012 et l”organisation de séminaires gouvernementaux, la mise en place de la nouvelle Ecole Nationale d”Administration(ENA) rattachée à la primature.

    L”Assemblée nationale avec ses 147 députés et ses 170 agents permanents élabore et annexe son budget au budget d”Etat conformément à la loi 95-012 du 08 février 1995 portant autonomie financière de l”institution. C”est pourquoi le budget des élus de la nation a passé comme une lettre à la poste.
    Il s”élève à 8,329.716.000FCFA contre 7.626.271.000 FCFA en 2006 soit une augmentation de 703.445.000 FCFA. Cette majoration s”explique par la prise en compte de l”équipement du restaurant de l”Assemblée nationale en 2007, le renforcement du parc auto par l”achat de 13 véhicules en 2007, la prise en charge des dépenses liées à l”assurance maladie des députés, la prise en charge des indemnités et autres dépenses de la nouvelle législature qui sera installée en 2007. L”augmentation opérée participe également à l”amélioration des conditions de vie et de travail des députés, au renforcement des capacités des députés et du personnel parlementaire.

    Chahana TAKIOU

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER