LE BUDGET D’INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE : Koulouba moins budgétivore

    0

    S’il y a un aspect qui ne passe pas inaperçu dans le budget national pour cette année, c’est sans doute la sobriété affichée par la présidence de la République. En effet, son budget est passé de 18,089 milliards en 2006 à près de 11,244 milliards en 2007.rn

    Cette réduction est due au transfert des comptes de deux structures rattachées à la Primature qui bénéficient ainsi d’une autonomie financière. Il s’agit du Haut conseil national de lutte contre le Sida (HCNLS) et du Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA) érigés en section. On se rappelle que, en 2006, le budget de Koulouba était passé de 10 milliards à 18 milliards CFA en raison du rattachement de ces deux structures à la présidence, ce qui avait fait couler beaucoup d’encre et de salive à l’époque.

    rn

    Il faut aussi souligner que les actions à réaliser cette année au niveau de la présidence portent, entre autres, sur l’équipement de ses services (matériels et mobiliers de bureau et autres équipements du palais, résidences, villas des hôtes), travaux de rénovation des services de la sécurité et des bâtiments d’astreinte. Assurer l’appui à la promotion de la presse, de la culture et la promotion des initiatives créatrices des jeunes, la construction du secrétariat général de la présidence sont également à l’ordre du jour.

    rn

    Quant à la Primature, son budget est arrêté à environ 9,053 milliards contre près de 9,150 milliards en 2006. Cette réduction constatée s’explique par la non-reconduction des inscriptions budgétaires du Comité national d’organisation du 23e Sommet Afrique-France (Cnosaf) et de la 24e Conférence régionale de la FAO pour l’Afrique. Tout comme l’érection de l’Agence de développement du Nord-Mali (Adin) en EPA, donc doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

    rn

    A ce niveau, les actions pertinentes prévues en 2007 sont, entre autres, la formulation de la Déclaration de politique générale du gouvernement, la coordination et le suivi de l’évaluation de l’action gouvernementale, la mise en œuvre du Programme de réforme du secteur coton, l’élaboration du programme d’action gouvernemental 2007-2012 et l’organisation de séminaires gouvernementaux, la mise en place de la nouvelle Ecole nationale d’administration (ENA), rattachée à la Primature.

    rn

    L’Assemblée nationale avec ses 147 députés et ses 170 agents permanents élabore et annexe son budget au budget d’Etat conformément à la loi 95-012 du 8 février 1995 portant autonomie financière de l’institution. On comprend alors aisément que le budget des élus de la nation soit en constante hausse puisqu’elle passe le plus souvent comme lettre à la poste.

    rn

    Cette année, il s’élève à environ 8,329 milliards de F CFA contre 7,626 milliards l’année dernière. Ce qui donne une augmentation de près de 704 millions de F CFA. Cette majoration s’explique par la prise en compte de l’équipement du restaurant de l’Assemblée nationale en 2007, le renforcement du parc auto à travers l’achat de 13 véhicules, la prise en charge des dépenses liées à l’assurance maladie des députés, la prise en charge des indemnités et autres dépenses de la nouvelle législature qui sera installée en 2007.

    rn

    L’augmentation opérée participerait également à l’amélioration des conditions de vie et de travail des députés, au renforcement des capacités des députés et du personnel parlementaire. En retour, la nation attend de ses élus plus de rigueur dans leur mission et surtout dans le contrôle de l’exécutif.

    rn

    Moussa Bolly

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER