Le procès sur la mort du président Modibo Kéïta renvoyé hier au 30 novembre 2010 : La défense réclame la comparution de l'ancien président Moussa Traoré

    0

    Le procès pour diffamation opposant les héritiers de feu Dr Faran Samaké à Amadou Seydou Traoré dit Amadou Djicoroni suite à l’accusation par  ce dernier, par voie de presse, du Dr Faran Samaké d’avoir assassiné par empoisonnement Modibo Kéïta, qui s’était ouvert le mardi 2 novembre 2010 au tribunal correctionnel de la CIII, a été renvoyé au 30 novembre prochain. Cela, après que le tribunal eut demandé à la partie plaignante de s’acquitter  de la consignation d’un million de FCFA. Cependant, les avocats de la défense ont souhaité que, pour la manifestation de la vérité, un tel procès ne doive  pas se dérouler sans la comparution de l’ancien président Moussa Traoré. En sa qualité de chef de l’Etat et président du Comité militaire de libération  nationale (CMLN) qui régentait le pays à l’époque. La défense est convaincue qu’il est en mesure d’édifier l’opinion sur les circonstances précises de la mort de Modibo Kéïta.

    L’ancien dictateur déchu, qui avait deux fois été condamné à mort pour crime de sang puis pour crime économique après les événements de mars 1991 est celui sur qui tous les yeux sont rivés compte tenu de la position centrale qu’il occupait au moment des faits pour nous dire de quoi  le  premier président du Mali est mort.

     

    Modibo Kéïta a-t-il été assasiné par injection par feu Dr Faran Samaké ou est-il décédé suite à un œdème aigu comme cela avait été officiellement annoncé en son temps ?

     

    Une question que la défense de Amadou Djicoroni se pose et sur laquelle elle aimerait être édifiée. C’est toute une armée d’avocats qui ont été commis pour la circonstance afin de défendre le doyen Amadou Djicoroni, un des fidèles compagnons de Modibo Kéita. Ils se nomment Maitres : Harouna Touré, Mariam Diawara, Mohamed Ali Bathily, Alassane Diop, Yacouba Konaré, Mamadou Traoré, Bréhima Kanté, Tiéoulé Mamadou Diarra. Ils auront en face l’unique avocat commis par la famille de Dr Faran Samaké en  la personne de Me Mamadou Bouaré.

    L’audience de ce mardi 2 novembre, dont l’ouverture était prévue pour 9 heures, a finalement commencé après une heure de retard dans une salle archicomble du tribunal correctionnel de la Commune III en présence d’une foule immense composée de simples citoyens, d’acteurs du mouvement démocratique désireux de connaitre la vérité sur ce épisode récent mais horrible de l’histoire de notre pays. Des associations de jeunesse comme le Club du bicentenaire du Venezuela, l’Association pour la mémoire de Modibo Kéita, les anciens de l’UNEEM et la jeunesse Ahmed Sékou Touré étaient aussi de la partie. D’éminentes  personnalités politiques, à l’image du président du Parena, Tiébilé Dramé, Dr Oumar Mariko du parti Sadi, Bakary Koniba Traoré du RPM et Ali Nouhoum Diallo de l’Adema, étaient venues manifester leur soutien moral à  Amadou Djicoroni. Ils avaient en face d’eux la famille de feu Dr Faran Samaké représentée par les enfants Mme Fanta et Ahmadou Samaké. Qui étaient accompagnés de l’ex-Contrôleur d’Etat et ancien ministre de Moussa Traoré, Tiécoro Diakité, non moins président de l’Association des ressortissants de Bougouni dont est originaire le docteur Faran Samaké.

     

    Après l’ouverture des travaux, le président de la Cour, Karamoko Diakité, a fixé le montant de la consignation à un million de FCFA payable par les héritiers de Faran Samaké avant de renvoyer les deux parties à l’audience  du 30 novembre pour les débats contradictoires. L’affaire dont il est question remonte au 8 juillet dernier lors d’une conférence-débats à Nara, lorsque le doyen Amadou Seydou Traoré avait accusé feu Faran Samaké d’avoir assassiné Modibo Kéita par empoisonnement.

     

    Une information qui fut relayée par des organes de presse de la place. Les héritiers de Faran Samaké ont porté plainte, le 5 octobre 2010, contre Amadou Seydou Traoré pour diffamation, devant le tribunal de première instance de la Commune III.

     

    L’ancien ministre Tiécoro Diakité nous a accordé un entretien en qualité de  proche à la fois de la famille de Modibo Kéita et de Faran Samaké. "Quand les enfants de feu Faran Samaké ont appris qu’Amadou Seydou Traoré accusait, par voie de presse, leur père d’avoir assassiné Modibo Kéïta, ils  m’ont demandé de lui parler pour qu’il arrête ses accusations. C’est dans ce cadre que j’avais rencontré mon ami Amadou. Il m’a dit qu’il a des preuves de ce qu’il avançait. La famille de Faran, frustrée par une telle déclaration, a décidé d’aller au bout pour connaitre vraiment la vérité. Nous voulons préciser que ce n’est pas une question politique. Nous voulons que la vérité soit dite sur cette affaire et que chacun ait le cœur net et la conscience tranquille".

     

    Approché par nos soins, l’avocat des héritiers de Faran Samaké a décidé d’aller jusqu’au bout et exige qu’on apporte toutes les preuves, si preuves il y’en a, qui incriminent  Faran Samaké dans la mort de Modibo Kéïta.       

                 Abdoulaye DIARRA

     

     

    Commentaires via Facebook :