Mali : la COVID-19 et le coup d’État militaire chutent le PIB de 2%, selon un rapport de la Banque Mondiale .

4

Alors que le Mali s’apprête à voter une nouvelle loi de finances, un rapport publié par la Banque Mondiale en Août 2021 sur l’impact de la COVID-19 et du coup d’Etat militaire  sur l’économie malienne fait état de la contraction de 2% en 2020 du Produit Intérieur Brut. 

Ce rapport de l’institution de Breton Wood intitulé “Note sur la situation de l’Economie du Mali : Protéger les personnes vulnérables le temps de la reprise’’ ressort les effets néfastes de la COVID-19 et putsch de 2020 sur l’économie malienne. « Les effets combinés de la pandémie de la COVID-19 et de la crise sociopolitique ont entrainé une récession de l’économie malienne et une accélération de la dette publique en 2020 », a introduit ce document de la Banque mondiale, qui souligne que les mesures prises par les autorités pour contenir la propagation de la COVID-19 n’ont pas empêché un ralentissement de l’économie.

Une réalité qui se manifeste visiblement sur le quotidien du Mali  avec la chute des revenus et la flambée des produits de premières nécessités. Le rapport indique qu’après avoir enregistré une croissance moyenne de 5.1 % entre 2013 et 2019, le PIB réel s’est contracté de 2 % en 2020.  Cette régression, selon la BM, a été engendré par la campagne agricole qui  s’est soldée par une baisse de production cotonnière de 79 % en 2020, en raison de la chute des cours mondiaux et de désaccords sur les subventions aux intrants accordées aux producteurs.

« La dette publique  à 44,1 % du PIB » 

Poursuivant que les investissements publics non prioritaires ont été réduits pour faire face aux dépenses liées à la crise sanitaire et au désengagement des bailleurs de fonds après le coup d’État militaire. S’y ajoute  à la consommation privée qui, selon le rapport,  a diminué sous l’effet de la baisse des envois de fonds et de la réaction des ménages face au risque sanitaire et aux mesures de confinement. « Les leviers de la croissance économique au Mali ont été fortement affectés par la COVID-19. Les coups de frein portés à l’activité économique mondiale et aux échanges internationaux ont été directement ressenti par les ménages maliens, qui ont vu leur situation se détériorer du jour au lendemain », souligne Xun Yan, économiste à la Banque mondiale, auteure du rapport. Et Eliakim Kakpo, économiste à la Banque mondiale et co-auteur du rapport  de renchérir  que la crise sanitaire a ainsi provoqué une augmentation du nombre de pauvres de près de 900 000 personnes.

L’institution de Breton Wood relève, par ailleurs, qu’a fait chuter  l’activité économique et le ralentissement des échanges internationaux ont mécaniquement fait chuter les recettes fiscales. « Le financement du plan d’urgence de riposte contre la COVID-19 (2,3 % du PIB) a creusé le déficit budgétaire qui s’est établi à 5,5 % du PIB en 2020. La dette publique s’est accrue pour atteindre 44,1 % du PIB », peut-on lire dans le rapport.

La pandémie de COVID-19 et les coups d’Etats militaires ont durement touché les  entreprises de taille moyenne  qui, selon le rapport,  ont enregistré des fermetures et les réductions permanentes de la main-d’œuvre.

Sur le plan social,  la perte de revenus des ménages a restreint l’accès à l’éducation des enfants en âge de scolarisation favorisant les risques d’abandon de  l’école  pour les familles à faibles revenus  et  d’accroître  le taux mariage et grossesses précoces  des filles en âge de scolarisation.

 Les réformes nécessaires

Ainsi, pour atténuer les effets de la crise économique,  le document de la Banque mondiale a  recommandé l’adoption des stratégies d’apprentissage à distance plus efficaces et la prévision d’une période de rattrapage rapide lorsque les enfants retournent à l’école.  Alors que  le pays est confronté à l’une des pires crises éducatives avec son corolaire de la grève des enfants, le rapport préconise un système éducatif plus performant et plus équitable. Lequel,  à travers,  la mise en œuvre d’un enseignement de rattrapage et de programmes d’apprentissage accéléré, et la révision des calendriers académique et des examens pour permettre une plus grande continuité scolaire,  notamment dans les zones les plus pauvres ou touchées par les conflits.

Egalement le rapport demande aux autorités maliennes d’orienter les politiques d’appui au secteur privé vers l’amélioration des infrastructures et du climat des affaires. En bref, la Banque mondiale demande au gouvernement de trouver un équilibre entre les dépenses de sécurité, les dépenses sociales, et celles liées à l’investissement, tout en maintenant la viabilité budgétaire. Ce qui, selon le rapport, ne pourra se réaliser sans la poursuite des réformes de la gestion des finances publiques visant à améliorer l’efficacité des dépenses sociales.

 Synthèse de Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. LES MENSONGIERS ET LES ADOREURS DE MENSONGES, VOILA! ALLEZ-Y! EUX ILS TROUVENT TOUJOURS DES CHIFFRES ET DES MOTS ET NOMS POUR TOUT ET SUR TOUT, MEME S IL FAUT VOLER, VIOLENTER, VIOLER L INTEGRITEE DES AUTRES!

    🙂 LE MENSONGE COMME RELIGION, LES RELIGIONS DES MENTEURS 🙂

  2. Ah Bon ? Il y a un PIB au Mali ?
    d’où viennent les chiffres étant donné que toutes les statistiques sont farfelues.
    Un pays qui n’a aucune idée de sa population, du taux d’alphabétisation, du nombre d’enseignant et encore moins d’élèves, du pourcentage de la population ayant accès à l’électricité et à l’eau potable, comment ce pays peut donner un chiffre correct de PIB ?
    Tous les chiffres fournis aux différentes institutions sont bidons et sort directement de l’imagination de mauvais fonctionnaires préoccupés par la corruption du matin au soir.
    Pourquoi se mentir ? Plus de 40% du territoire est sans administration. Des enfants naissent et grandissent sans un simple document d’identité. Sans parler des morts.
    Un gros pays qui donne l’impression d’être abandonné.
    Le premier militaire qui se lève un matin avec un peu plus de culot que les autres prend le pouvoir et se déclare président de la République bananière. Un militaire remplace un civil roi Ubu fainéant inutile et le mouvement continu. Le dernier s’appelait IBK, une catastrophe qui a plongé le pays dans un abîme sans fond. Et le dernier militaire, un jeune colonel qui s’est retrouvé au sommet de l’Etat du jour au lendemain sans avoir la moindre notion élémentaire d’un début de commencement des bases fondamentales de gestion d’un pays.
    Nous en sommes à la cinquième sans que des mesures soient prises pour éradiquer le phénomène.
    L’ignorance des conséquences de ces successions de gouvernements fantaisistes fait applaudir les attardés.
    Quand ce pays, qui est aussi le mien et que j’aime malgré tout, disais-je donc, quand ce pays donne un chiffre, on a plutôt envie de rire à défaut de pleurer.

    • GRAND MERCI SANKE!

      CES GENS A LA BANQUE MONDIALE ET DANS TOUTES LES ORGANISATIONS DITES INTERNATIONALES, SONT DES MENTEURS ET DES GENS ANIMES PAR LE MENSONGE ABRAHAMIQUE RELIGIEUSEMENT INCULQUE ET IMPOSE AU MONDE DES ‘LETTRES ET LARBINS’

      S ILS POUVAIENT NOUS INDIQUER COMMENT ILS CALCULENT LE PIB DU MALIEN, ET COMMENT ILS CALCULENT LES 🙂 -2% 🙂

  3. During this period of Malian, African plus world economic let down it is important that we make subtle changes in Malians economic infrastructure needed to provide timely gains plus that those gains are maintained. During this period we must not hold to old men plus uneducated men way of thinking on how agriculture should be established plus maintained. We must at progressive pace begin startup costly transformation to ” grow houses” farming. Global warming will bring havoc to conventional farming much like now being experienced in Madagascar due to four years of drought. Our survival plus quality of life we live us dependent on it especially with us being primarily agrarian people. Grow house farming consist of farming crops in enclosed area constructed of steel frame plus plexiglass siding. With Mali weather being as it is this should increase growing season, reduce work load plus provide time for adult education. Grow house farming reduce water plus fertilizer use. It is essential to our survival to have greater adult education unto all including those held captive as” slaves” education level is at minimum of world class high school degree plus all possess some vocation expertise with farming being one. This will be determining factor on where or how our resources should be spent with intent of saving all Negroids worthy of being saved plus fulfillment of education criteria being proof person is of high worthiness of being saved.
    Whether chiefs like it or not we must reconfigure or/ plus relocated many rural communities to secure areas where they may upgrade living conditions plus possess modern conveniences in living such as electricity, in house water, electric cooking stoves etc. This will be done by masses of rural living with or without their chiefs thus chiefs must embrace program or step aside or sadly get rolled over but they will not stop us. We are tired of incompetent leadership that produce stupid idea after stupid idea with all getting stupid results. There is better way plus we will use it even if it necessary to change leaders of chiefs plus corrupt assholes of political. Duty those of political class are to perform are not complicated but process they set for performing those duties are beyond good common sense plus heavily reliant on corrupt officials perception of what determines designated essential condition exist. A process designed by political class of shitty assholes Muslims plus Christians to facilitate their corruption with impunity. A mind that is sick equal to their corrupt with impunity actions would proclaim we would be better off if they all were dead however, in being civilized we promote immediate establishment of laws that immediately take their power once it is shown there is likelihood they have partaken in corrupt actions. Power may be restored if they proof different. Law should be enforced by agency bound by law but free of presidential oversight or influence or contact beyond court room.
    We are sick of sorry ass niggers too stupid to earn their way that by corruption with impunity steal better living from common Malians. I have had ten times more respect for illicit drug dealers as oppose to Malians political class. I am heavy heavily against illicit drug dealing. I find it in multifacet way very very destructive of humans. Political class is even more destructive even worse they set criteria for what is destructive.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

    PS
    Here in Detroit,Michigan ( USA) this is Labor Day ( worker day) holiday weekend. I seldom if ever celebrate American holidays however, this should mark I believe I am at most under four weeks from being on African soil. Will stop by Mali embassy in United States before leaving. Please have great four weeks

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here