Nomination illégale à l’Education Nationale : Mamadou Lamine de nouveau devant la Cour Suprême

0

Il convient de rappeler à nouveau qu’en janvier 2003, par le truchement d’une mascarade de concours, Mamadou lamine Traoré a dégagé 62 directeurs de cap sur un total de 70 en fonction. La suite n’ échappe à personne les anciens DCAP se sont regroupés au sein d un collectif appelé Collectif des Anciens DCAP.C’était pour ces Anciens DCAP une façon de prouver au Ministre de l Education Nationale qu’au Mali les temps sont révolus ou tout le monde doit se taire même a raison. De son coté pour prouver à la face des Maliens qu’il peut impunément fouler au pied la loi, Mamadou lamine a procédé à des nominations en violation de l’article 60 de la loi d’Orientation qu’il a mis en application en organisant le fameux concours des DCAP. C’est alors qu’il fut trainé devant la Cour Suprême par le Collectif des Anciens DCAP.
rn

On rappelle que par deux fois il a perdu le procès devant ledit Collectif. Ainsi, la Cour Suprême l’a rappelé à l’ordre et l’a mis en demeure de poursuivre le processus qu’il a lui-même enclenché. Comme pour dire qu’il excelle dans les eaux troubles, Mala a procédé à un vaste mouvement au niveau des DCAP en fonction bien après l’ouverture des classes. En effet 50% d’entre eux viennent d’être mutés et cela après le démarrage effectif des cours dans les écoles. A regarder de près dans ces mutations, l’on ne peut s’empêcher de dire que ce n’est pas pour bien servir l’école Malienne. Cela est d’autant exact qu’elles provoquent à coup sûr des désordres dans les Directions des Centres d’Animation Pédagogique. Mais la seule certitude c’est qu’il n’obtiendra pas le moindre changement de comportement des DCAP qui seraient à ses yeux indélicats ; car vue les conditions de leur recrutement, ils sont certains que le Ministre ne peut pas les relever de leur fonction.           

rn

Si Mamadou Lamine Traoré avait pour gage de servir réellement l’école malienne, il devrait tout simplement procéder au relèvement des D.CAP défaillants, qui ont fait preuve de carence dans leur fonction.

rn

Pire que les mutations de 50% des D.CAP en fonction qui , pour le moins , vont desservir l’Ecole Malienne, il faut noter que le Ministre a commis son énième maladresse en nommant un nouveau D.CAP en remplacement du D.CAP de Kati admis à la retraite. Cette nomination paraît à nos yeux illégale dans la mesure où les postes des D.CAP sont à pourvoir par voie de concours.

rn

Le remplaçant, il faut le rappeler, a été puisé de la liste d’attente du fameux concours des D.CAP organisé en janvier 2003. Des juristes contactés par nos soins ont affirmé que juridiquement cette liste d’attente devient caduque dès lors que tous les admis au concours ont rejoint leurs postes sans exclusive. Par voie de conséquence s’il y a un nouveau poste à pourvoir il doit absolument être soumis à concours ou alors on décide de violer délibérément la loi. A notre niveau nous avons l’intime conviction que le Ministre  le sait très bien. Ce que l’on pourrait penser c’est qu’il compte sur l’inaction des Maliens et sûrement aussi sur ces relations au sommet de l’Etat et peut être même sur ses relations privilégiés avec le Président de la République qui ne voit aucune faute avec ce Ministre.

rn

 Tous les Anciens Directeurs de C A P contactés par nos soins nous ont affirmé que leur Association est prête à attaquer de nouveau cette autre violation de la loi d’Orientation en son article 60, violation flagrante commise par le même Ministre de la l’Education.

rn

C’est ainsi qu’ils nous ont affirmé qu’une plainte serait déjà déposée devant la Cour Suprême. Le Collectif se dit déterminé à ne jamais laisser Mamadou Lamine TRAORE violer impunément la loi qui lui à servi de prétexte pour dégager 62 D CAP sur 70 alors en fonction. Comme pour dire que les Maliens ont suffisamment comprit Mamadou Lamine TRAORE. En tout cas, les différents concours (concours des D CAP, des Directeurs d’IFM, et des Proviseurs des lycées publics) se sont tenus dans des conditions, on ne peut plus, douteuses.

rn

Par ailleurs, nous rappelons que Mme ONGOIBA est encore maintenue Inspecteur par le Ministre contre l’arrêt de la Cour Suprême qui a déclaré la nomination de celle là illégale depuis le 15 Septembre 2005. Comme pour dire que tout réussi à ce Ministre.

rn

Nous estimons que les honorables Magistrats se montreront une fois de plus à la hauteur des attentes de notre peuple laborieux.

rn

 

rn

N’Tji Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER