Rencontres de la photographie de Bamako : Les mésaventures d’immigrés fixées par les images

    0

    Sur l’initiative de l’organisation internationale, ‘’Médecin du monde’’, l’Association malienne des expulsés  (AME) et l’association des refoulés d’Afrique centrale au Mali, se tient présentement au Carrefour des jeunes de Bamako une exposition photos sur la mésaventure des migrants sans papiers. Sous le thème : «  Exil, exit ? ». Cette cérémonie a été lancée par Eric Mondjanagni, coordinateur du programme mission des médecins du monde au Mali, en présence de plusieurs invités dont des éminents photographes comme Olivier Jobard.

    Pas pour décourager les jeunes désireux  à aller à l’immigration mais plutôt à les  requinquer face aux conditions de vie pénibles  des différents pays d’accueil. Et cette exposition se tient dans  le cadre de la 9e  édition de la Biennale africaine de la photographie, qui se déroulera du 1er novembre 2011 au 1er janvier 2012 à travers divers endroits de la ville des 3 caïmans, sous le thème : « pour un monde durable », les éminents photographes et d’autres artistes  du monde se sont donnés rendez-vous à Bamako, la capitale malienne pour exprimer leur talent et faire découvrir leur génie créateur au grand public. D’où une occasion  toute faite  pour l’AME et ses partenaires comme ‘’Médecin du monde’’ de faire connaître le vécu  des immigrés à travers la photo.

    Cette expo présente plus d’une cinquantaine de photographies  qui retracent  les rudes conditions de vie et de santé de nos compatriotes exclus, traumatisés, violés, solitaire et souvent humiliés par les agents de sécurités européens.  Selon les organisateurs, ce  projet est motivé par les résultats de la seconde enquête de l’observatoire européen de l’accès aux soins des migrants. Et ce sur la base des données photographiques et témoignages que médecins du monde fait cette exposition.

     

    L’objectif de cette exposition est d’inciter nos leaders toutes catégories confondues à agir face à ce phénomène inhumain,  qui n’honore pas l’image du peuple d’Afrique  et d’ailleurs. Pour plus de confirmation, les gens sont invités à aller voir de visu ces images humiliantes, exposées au carrefour des jeunes jusqu’en janvier prochain.   

     

    Aliou Badara Diarra

    Commentaires via Facebook :