Espaces publics : Le Cicb démolit après le sommet Afrique-France 2017

1

De sources proches du ministère en charge de la Culture, le Centre international de conférence de Bamako, ex-Palais des congrès, sera bientôt démoli pour être reconstruit. Mais avant cela, le Cicb sera fermé pour 6 mois pour des rasions d’innovation, car il doit accueillir les travaux du sommet Afrique-France en 2017. Nos sources affirment que la démolition et la reconstruction du Cicb s’expliquent par le fait que le bâtiment est vieux et ne répond plus aux normes internationales. Mais aussi pour augmenter les capacités d’accueil de ce joyau architectural, construit dans les années 1990. Aujourd’hui, il compte plusieurs salles dont la plus grande n’a qu’une capacité d’accueil de 1000 places. Une chose est sûre, c’est que la fermeture de cette structure renverrait plusieurs dizaines d’agents au chômage, car la majorité des travailleurs du Cicb sont des contractuels et ne vivent que des prestations qu’ils offrent pendant les cérémonies que le Centre accueille. S’y ajoutent tous les autres étalagistes et gardiens qui se nourrissent grâce aux activités qu’il abrite. A suivre.

 

Panique dans les rangs des spéculateurs fonciers

Le justicier Bathily et Oumar Mariko «pactisent»

L’horizon s’assombrit pour les spéculateurs fonciers au Mali, car en plus du ministre Mohamed Aly Bathily qui les combat tous les jours, l’honorable Mariko, lui aussi très engagé dans la lutte contre la spéculation, a décidé de joindre ses efforts à ceux du gouvernement. L’on se rappelle que récemment, Bathily a réussi à joindre à sa cause les députés du cercle de Kati. Cercle le plus controversé en termes de spéculation foncière. Maintenant, c’est Oumar Mariko qui entre dans la danse avec un grand meeting populaire, comme il les aime, à Markagoungo. Si ces deux poids se donnent la main, il y a de quoi espérer la fin de la spéculation foncière au Mali.    A suivre.

 

Incivisme sonore et routier lors des célébrations

L’Imamat du Mali menace de boycotter les mariages et baptêmes fautifs

Comme chaque année depuis sa création en 2004, l’Imamat (l’association des Imams) de Baco-djicoroni effectue ces jours-ci sa tournée dans les 26 mosquées que compte la zone. Et ce dans le but de renforcer les liens entre les fidèles au-delà des différents courants au sein de la communauté. Après les prêches, les guides religieux ont fait un tour d’horizon sur les rôles, acquis et perspectives de l’Imamat. C’est sur ce dernier point qu’ils ont, parmi bien d’autres     mesures, annoncé qu’ils allaient désormais boycotter tout mariage ou baptême au cours duquel l’on passerait la nuit à jouer de la musique en causant du tort à ses voisins. Ou encore lorsque le cortège de mariage est mené par des motards dénués de civisme routier à cause de leurs courses folles qui mettent en danger la vie des autres usagers. Dans chacun de ces cas, l’imam refusera purement et simplement d’officier la cérémonie. Une manière, espèrent-ils, d’agir sur certains maux de notre société. Après quoi, ils ont invité les fidèles à une cérémonie d’adoration et de louange à la grande mosquée dans la matinée de ce samedi 16 avril en faveur du retour total de la paix dans notre pays.

 

Présidence de la république du mali

IBK opéré avec succès dans un hôpital à Paris

L’information a été donnée hier, en fin de soirée, par la Présidence de la République. Selon le communiqué de la Présidence, le chef de l’Etat, en séjour médical en France,  a été opéré, dans un hôpital à Paris, de l’adénome de la parathyroïde, ce mardi 12 avril 2016.  L’adénome de la parathyroïde, précise le communiqué, est une tumeur bénigne des glandes parathyroïdes dont le traitement fait l’objet d’une routine médicale bien maîtrisée. Si l’on en croit la Présidence, la convalescence se passe normalement. Il importe de rappeler qu’Ibrahim Boubacar Keïta séjourne hors du Mali depuis plus d’une semaine. Nous lui souhaitons prompt rétablissement.

 

Accident tragique à Koutiala

Un camion semi-remorque écrase une charrette et son occupant

Triste spectacle qui ait été donné de voir ce matin du 6 avril 2016 entre 7 heure et 9 heure  sur la route nationale 13 dans le ses  de San. Un camion semi-remorque qui allait dans le sens du centre-ville de Koutiala a commis l’irréparable lorsqu’il est arrivé au niveau d’une charrette à traction animale.  C’était juste à hauteur du Centre de formation professionnelle Malick Sidibé de la ville. Sous le poids de la charge qu’il transportait, la semi-remorque dans sa manœuvre a vu sa carrosserie se détacher du tracteur et tomber vers terre. Malheureusement, avant de toucher terre, la carrosserie s’est renversée sur la charrette qui la jouxtait du côté de la chute. L’infortuné occupant, qui était un agent de la Cmdt de la localité, et sa charrette ont été écrasés par les nombreuses tonnes de la carrosserie et son contenu. Ce qui, comme il faut s’y attendre, lui coûta la vie sur le champ. Le commissariat de la ville de Koutiala, qui a fait le constat, a ouvert une enquête. Il faut encore le dire, les accidents sont le plus souvent dus à des erreurs humaines. Il faut prendre soin de notre matériel pour éviter d’endeuiller des familles de manière si tragiques.

A.K

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.