Conflit Syndical à L’ORTM : Les masques sont enfin tombés !

0

               Le comité syndical de l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali (ORTM) était réuni en assemblée générale hier dans la cantine dudit établissement à 10H. Cette assemblée fait suite à la levée du mot d’ordre de grève décrété les 6-7 juillet derniers. Cette assemblée était animée par le secrétaire général adjoint Kardigué Laïco Traoré qui assure l’intérim du secrétaire général décédé, il était  entouré de quelques membres du comité. Cette rencontre avec les militants a permis aux masques de tomber à l’ORTMrn

De quoi s’agit-il ?

rn

                Dans un mémoire adressé au ministère de la communication et des nouvelles technologies, le comité syndical de l’ORTM avait souligné ses points de revendications. Du coup, un préavis de grève fut déposé le 22 mai 2007 contenant 5 doléances. Il s’agit de l’indexation des primes aux salaires des travailleurs de l’ORTM ; la revue à la hausse de la prime spéciale ; l’application de la valeur indiciaire en vigueur au Mali aux contractuels de l’ORTM, le paiement des catégories B1 et B2 et enfin la relecture de l’accord d’établissement de l’ORTM.

rn

                C’est ainsi qu’une commission de conciliation fut mise en place. Elle était composée de la société civile, du gouvernement et du comité syndical de l’ORTM. Après négociations et discussions, les deux parties ont convenu sur certains points d’accord. Ainsi, de juin 2001 à juillet 2005, l’ORTM a pris en charge, sur son budget, le paiement régulier de cette prime sur autorisation du conseil d’administration en sa 3ème session extraordinaire du 24 mai 2001. Et d’août 2005 à ce jour, la prime est payée sur le budget de l’ORTM suivant la décision n° 921 MCNT-SG du 28 juillet 2005 portant allocation d’une prime de fonction spéciale au personnel de l’ORTM.

rn

                L’augmentation de la valeur indiciaire est actuellement effective pour les fonctionnaires. Quant aux contractuels, un texte est en voie de réglementation. Ce qui dépasse naturellement le seul cadre de l’ORTM. C’est ce qui a d’ailleurs été  expliqué aux membres du comité syndical qui ont  félicité la direction de l’ORTM pour ses efforts et sa bonne foi.

rn

                Un autre acquis concerne le paiement diligent des rappels pour les fonctionnaires des catégories B1 et B2.Ces rappels  seront effectués sur les salaires de juin 2007. Ce qui a été reconnu par Kardigué Laïco Traoré, l’orateur de cette assemblée générale.

rn

                 Comme on le voit, sur les cinq  points de revendications, on peut noter que les points 1 et 4 sont en cours de règlement ; le point 2 doit faire l’objet, au préalable, d’une négociation entre la direction de l’ORTM et le comité syndical qui était même d’accord pour le principe ; le point 3 n’est pas de la compétence du seul ministère de la communication et des nouvelles technologies et enfin le point 5 nécessite une concertation interne entre la direction de l’ORTM et le comité syndical.

rn

 

rn

La grève du 6 et 7 juin n’avait aucun sens !

rn

                A la surprise générale, le comité syndical décide de déposer un préavis de grève sans motif valable. D’abord, le secrétaire général Kardigué Laïco Traoré, en complicité avec Almamy Diané et un certain Mangara, chauffeur, sans informer la base et sans convoquer une assemblée générale au préalable, décident de décréter une grève les 6 et 7 juin, a-t-on appris. Motifs: ils seraient déçus du comportement de la direction suite  au  retard d’application des  accords obtenus. Or, Kardigué Laïco oublie que ce n’est pas la direction seulement qui doit s’exécuter. Le ministère de la communication et des nouvelles technologies, en concertation avec d’autres ministères, notamment le ministère des finances et celui de la Fonction publique.

rn

 

rn

Pourquoi le choix des 6 et 7 juin par le comité Syndical ?

rn

                Pour qui connaît le contexte politique actuel, surtout que le DG de l’ORM était dans le collimateur des farouches opposants à ATT, il va sans dire que  les responsables du comité syndical n’ont pas choisi cette date fortuitement. On peut se demander qu’avec la tournure prise par les évènements à Bozola, on se demande si la fronde du FDR contre Sidiki N’Fa Konaté ne serait pas piloté depuis l’ORTM. A croire que la lumière se fait sur ceux qui n’avaient pas intérêt à ce que le président sortant ne soit pas réélu. Et l’ORTM aurait eu tort de couvrir l’animation politique pré-électorale.

rn

                Curieusement encore, à la veille de l’investiture du président de la république, Amadou Toumani Touré, le 8 juin, les syndicalistes de l’ORTM se font entendre. Une manière pour eux de montrer au chef de l’Etat malien que les responsables de l’ORTM ne maîtrisent absolument rien. Donc une cabale montée plus précisément contre Sidiki Konaté, Seydou Baba Traoré, Moussa Hari Maïga, directeur de la station régionale de Kayes. Malheureusement, la grève fut avortée pour plusieurs raisons.

rn

                D’abord, les travailleurs des stations régionales de Kayes, Sikasso, Mopti, Ségou ont refusé d’aller en grève. Selon eux, aucune assemblée générale n’a été convoquée dans ce sens. D’ailleurs, c’est par des SMS à l’aide de téléphones portables et non des avis dûment signés par les responsables syndicaux que les régionaux ont été informés. En voulant décréter cette grève, le comité syndical a voulu semer la confusion en annonçant que l’ORTM va en grève. Or, la direction n’a jamais été saisie de ce sens.

rn

 

rn

Un Commandeur de l’ordre national du Mali pas comme les auteurs

rn

                Le comité syndical qui fut mis en place l’année dernière était dirigé par feu Ibrahim Traoré dit “BRI” et Kardigué Laîco Traoré fut son adjoint. Aujourd’hui, il s’est autoproclamé secrétaire général sans que les militants ne se prononcent. Or, les textes du syndicalisme sont clairs. En plus de cela, M. Traoré est admis à la  retraite et est. Selon l’article 1er des textes syndicaux ; on ne peut être responsable d’un syndicat si on n’est pas travailleur en activité. Aussi, la loi interdit à toute personne ayant été nommée commandeur de l’ordre national du Mali, d’exercer une activité syndicale.

rn

                Mais non content de se faire rappeler à l’ordre par la direction, Kargidué Laïco Traoré veut  mettre tout en oeuvre pour nuire à ses chefs, bien qu’il n’est plus en activité. Pour cela, il a posé de nouvelles revendications qui sont en vérité toutes anciennes . Il s’agit notamment de la prise par décret de la prime destinée aux travailleurs, la revue à la hausse de la prime spéciale alors que cette revendication n’avait pas été adressée de façon formelle à la direction de l’ORTM lors des conclusions des travaux effectués par la commission de conciliation de 2001. Concernant la relecture de l’accord d’établissement de l’ORTM, la direction n’a pas été saisie par le comité syndical, pourtant elle a affirmé toute sa disponibilité pour une relecture éventuelle dudit accord.

rn

 

rn

L’actuel comité syndical manque de légalité ?

rn

                 Toutes ces manigances sont dues uniquement au fait que le bureau actuel manque de légalité. En effet après les décès de son secrétaire général, Ibrahim Traroé “Bri” et de Cheick Oumar Diawara, les retraites de deux autres membres et la démission de 13 membres, Kardigué Laïco Traoré devrait aussi démissionné, car étant à la retraite. Face à cette flagrante illégalité, où est donc passé le secrétaire général du SNIPIL dont est membre le comité syndical de l’ORTM ? Le secrétaire général Mamadou Famakan Coulibaly et camarades se rendent-ils comptent que les nouveaux textes de l’UNTM ne sont pas bon?

rn

Affaire à suivre !

rn

Sadou BOCOUM

rn

Commentaires via Facebook :

PARTAGER