Vol de Portables : Oumar Bathily dans les filets de l’Epervier du Mandé

0

           C’est sous la supervision du Contrôleur Général Moussa Sissoko – Commissaire de Police chargé du 3ème Arrondissement – que l’équipe de l’Inspecteur Principal Papa Mambi Kéïta a mis la main sur Oumar Bathily voleur de portables téléphoniques.  C’était le 04 avril 2007à Djélibougou.rn

            Depuis deux mois environ, le Chef de la Brigade de Recherches du 3ème Arrondissement – l’Inspecteur Principal Papa Mambi Kéïta – et ses hommes étaient à la recherche de ce voleur. Il faut signaler que Oumar Bathily, âgé de 28 ans, de nationalité Sierre Léonaise, est un ancien passionnaire de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako communément appelée lycée de Bamako Coura, courant 2006,.

rn

            Après la plainte de la victime pour le vol de son appareil , le recoupage des informations et l’enquête savamment menée ont conduit l’Inspecteur Principal Papa M Kéita – que la presse malienne appelle affectueusement l’Epervier du Mandé-  et ses hommes à faire une descente chez Oumar Bathily. Il était a été cueilli le 4 avril à Djélibougou et conduit au Commissariat du 3ème Arrondissement pour les besoins de l’enquêté. Au moment de son arrestation, il était en possession d’un appareil téléphonique Orange pour cabine et deux puces Orange.

rn

            Interrogé par la police, Oumar Bathily a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Sans se rappeler de la date, il dit avoir reçu nuitamment la visite de Boubacar Yanogué. Ce dernier avait par devers lui un appareil téléphonique de cabine et un appareil portable de marque L-6 qu’il se proposait de vendre. Oumar Bathily a accepté de payer le téléphone à 25 000 FCFA. A en croire Bathily, Boubacar a désisté et lui a ensuite demandé de garder le téléphone pour lui- Bathily- jusqu’au matin.

rn

            Toujours aux dires de Bathily, aux environs de 4 heures du matin, quand il a voulu mettre le téléphone sous tension, il a constaté la disparition de son ordinateur portable. Sur ce, il déclare être sorti immédiatement pour chercher Boubacar en vain. Ce dernier l’ayant quitté vers 2 heures du matin.

rn

            Ces déclarations ont d’ailleurs renforcé l’Epervier du Mandé dans son enquête. Après avoir introduit un à un les deux puces, l’Epervier du Mandé a vu un message qui en dit long sur la contradiction entretenue par Bathily. En effet, ledit message est ainsi libellé :  « Chéri, tu me mank beaucoup. Je t’m de tout cœur », envoyé au numéro 636 01 17.

rn

            L’Epervier et ses hommes savent bien que Oumar Bathily est illettré, par conséquent ne pourrait être le destinateur du message. Pour en avoir le cœur net, ils ont contacté le numéro qui a permis finalement de retrouver la victime.

rn

            Une fois à la police, la fille a reconnu son portable Motorola L6. Il faut rappeler qu’elle a perdu aussi un autre téléphone de marque Samsung X-680 et de l’agent.

rn

            La fille est rentrée à la maison avec son téléphone L6 et sa puce. Par contre, Boubacar Yanogué reste introuvable. Quant à Oumar BATHILY, il a été mis à la disposition du Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de la Commune II du District de Bamako, aux fins de droit.

rn

            La fausse note dans cette histoire – qui a été décriée – reste le manque de collaboration franche et sincère de la Société Orange avec la police. La police a tout fait pour pouvoir identifier l’auteur de la cabine Orange saisie. Aucun nom ne lui a été fourni par la société Orange.

rn

            Dans tous les cas, l’Epervier du Mandé et ses hommes mèneront bien leurs missions quelle que soit la situation. Bravo aux Cobras, à l’Epervier et au Vautour. Ils sont la fierté de la police malienne.

rn

 

rn

Ahmadou MAIGA

rn

 

rn

PAPA MAMBI KEITA : Un brillant parcours  

rn

            Il est Inspecteur Principal, Chef de la Brigade Recherche (BR) du Commissariat de 3ème Arrondissement de Bamako. L’issu de la promotion 1992 de la police nationale. Sous officier pendant une dizaine d’années. Il s’agit de Papa Mambi Kéïta (PMK), surnommé l’Epervier du Mandé par la presse malienne. Après la sortie de la promotion 1992 -1994, Papa Mambi Kéïta et ses promotionnaires ont été envoyés au Nord du pays pour défendre le territoire national, lors de la rébellion. Pendant presque une année, ils ont servi le septentrion malien. Avril1995, il a été muté au 6ème Arrondissement de Bamako dans la section Brigade de Recherches (BR). Quelques mois seulement, soit en septembre 1996, il se retrouve au Commissariat du 3ème Arrondissement toujours dans la section BR, sous l’autorité de l’Inspecteur Principal Adama Baradji, qui était chef BR à l’époque et tous les deux coiffés par le Commissaire Principal Boubacar Diouf. Nous signalons que le Contrôleur Général Boubacar Diouf est présentement Directeur Régional de la police et Baradji qui était Commissaire adjoint au 11ème Arrondissement, est revenu au 3è, occupant le même poste.   

rn

            PMK reste au 3ème arrondissement jusqu’en 2000. Après,  il fait un bref passage entre 2000 et 2002 à l’Interpol dans la BR et l’Aéroport International de Bamako Sénou. C’est de l’aéroport qu’il a passé brillement le concours des Inspecteurs, en 2002. Avant cette formation, il a fait aussi un passage éclair de 7 mois au Commissariat de 9ème Arrondissement, comme adjoint au chef BR.  Après la formation, 2003-2004, avec ses galons d’Inspecteur PMK fait ses valises pour le 3ème Arrondissement en septembre 2004, comme adjoint à l’Inspecteur Divisionnaire Moussa  Diarra.

rn

            Depuis mai 2006, l’Inspecteur PMK est confirmé au poste du chef BR du 3ème Arrondissement. Notre Inspecteur Principal est marié et père de 4 enfants. Vu le parcours de l’Inspecteur principal PMK, la presse malienne ne pouvait trouver meilleur surnom que le l’Epervier du Mandé.

rn            La qualité de son travail a été reconnue par tout le monde. Au nom de tout le Mali, l’Epervier du Mandé a été décoré par les plus hautes autorités du pays le 28 septembre 2006. L’Inspecteur PMK et ses hommes ont été décorés de la  médaille de mérite nationale, étoile d’argent avec effigie abeille.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER