Mme La Ministre de la Santé, son Epoux et le RPM : Enfin, ils sont partis…

0

C’est un secret de polichinelle : la ministre de la Santé, Mme Maïga Zenab Mint Youba, et son époux, Yéhia Issa Maiga, jusqu’ici premier adjoint au maire du District, en réalité  premier vice-président du Conseil du District, ont officiellement notifié leur départ du RPM. Par ce fait, les époux Maïga ont en réalité confirmé une information qui n’a que trop longtemps circulé sous les manteaux. Quelle conséquence politique peut-on en tirer ? Où pourront-ils désormais atterrir les époux.

   C’est désormais officiel, la ministre de la Santé, Mme Maïga Zenaiba Mint Youba, présentement secrétaire chargée à  la  promotion de la femme et de l’Enfant BEN-IF-RPM et son époux de premier adjoint au marie du District, le très médiatique Yahia I Maïga, au temps où il servait à un projet américain de lutte contre le Sida., sont désormais démissionnaires de leur parti. Les deux désormais ex-responsables du parti des Tisserands, qui ont officiellement saisi les instances du Parti de leur décision de quitter le navire, n’ont à ce jour rien avancé comme motif de cette démission. Leurs lettres de démission, libellées presque dans des termes identiques, ont été adressées tous les deux au secrétaire général du parti. C’était, en effet, le 17 novembre dernier.

Pas de surprise

A la réception, au quartier général des Tisserands, tel qu’il nous est parvenu, aucun  commentaire  n’a été enregistré à la suite de cette démission qui, en réalité, n’a surpris personne dans le milieu. En fait, dans l’entourage de ce parti, à en croire les sources, la démission des époux Maïga étaient attendue depuis belle lurette . Et pour cause, les deux désormais ex-responsables du RPM, tous proches parmi les proches du président IBK, dans un passé encore récent, avaient pris leur distance vis-à-vis de leur parti.

Voilà près de deux ans, rapportent certains militants de ce parti, que ces deux responsables n’avaient aucune implication réelle dans la vie du RPM. Récemment encore, lors de la dernière conférence nationale du Parti, Mme la Ministre de la santé, bien que présente sur les lieux de ce rendez-vous politique qui se déroulait à  l’ex-palais des congrès, où elle s’était rendue dans le cadre d’une activité officielle, n’avait pas daigné participer à la cérémonie d’ouverture de cette conférence nationale de son désormais ex-parti politique. Quant à son époux, selon toujours les mêmes sources proches du RPM, il s’était réfugié derrière les prétextes de la maladie pour justifier son absence   à cet important rendez-vous politique du parti des Tisserands.

Longue retraite

En tout était de cause, qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre des époux, les militants et les responsables du RPM ne se faisaient aucune allusion quant à leur intention véritable en raison du fait que les deux, depuis très longtemps, vivaient en marge du parti, ne prenant aucune part active aux activités ni à la vie du  Parti.

En revanche, ce qui paraît surprenant dans cette affaire, c’est bien, le sort des deux époux dans leur structure respective après qu’ils ont matérialisé leur démission au sein du  parti : le fauteuil de ministre de la Santé pour l’épouse et celui du premier vice-président du conseil du District pour l’époux qui détiennent la plénitude de ces postes grâce à leur appartenance politique. C’est parce qu’elle est attitrée responsable du R PM que Mme Maïga Zenaïb  Mint Youba est entrée dans le gouvernement Pinochet. Elle même, selon toute vraisemblance, n’a jamais fait mystère de cela. A preuve, à son entrée au gouvernement, le président du RPM, IBK, pour ne pas gérer des questions d’ordre disciplinaire liées au statut du nouveau ministre de la Santé par rapport à son collègue du gouvernement, également responsable du Parti mais supérieur politique hiérarchique, avait expressément demandé au président ATT de revoir la copie de l’ordre de préséance gouvernementale, s’agissant de la nouvelle ministre de la Santé qui venait de prendre la  place d’un autre cadre du parti dans la précédente équipe. C’est ainsi que l’ordre de préséance a été légèrement modifié au profit de l’actuel ministre de l’Environnement  en la personne de Nancouma Kéïta idem pour l’époux Maïga qui a conservé le fauteuil du premier vice-président du conseil du district en raison du soutien de son parti, lequel a d’ailleurs négocié et obtenu ce challenge au profit de son candidat au prix de longs pourparlers politiques avec d’autres forces politique du pays.

Aucun motif avoué

A l’évidence, une fois ayant quitté le parti, comme il est stipulé dans leurs lettres de démission, les époux Maïga vont-ils devoir également quitter leurs postes respectifs ? C’est là le fond de cette question qui engendre elle-même toute la morale politique de cette nouvelle transhumance politique qui fera également date dans le pays. Si ce n’est ce point, personne ne s’occupera de savoir où vont atterrir les époux MAIGA après leur démission du RPM du fait que cela est désormais sans objet. Les projecteurs politiques sont désormais  braqués sur  le PDG de la CMDT, Ousmane Amion Guindo, pour formaliser son retrait du RPM après avoir  publiquement affirmé soutenir ATT en lieu et place du candidat de son propre parti qui n’a point caché sa détermination à prendre part à toutes les élections, y compris surtout la présidentielle ;

Comme les époux Maïga, lui aussi doit son fauteuil de PDG au parti du Tisserand à l’œuvre. Comme quoi la démocratie alimentaire aidant, la transhumance politique a des beaux jours devant elle au Mali

Par Sekouba SAMAKE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER