Quand le RPM se dit Offensé par un article paru dans «AURORE» : Allah ka tièn dèmè !

0

Ce Charles Blé Goudé malien qui dessert IBKrn

En voilà un qui se prend pour l’ivoirien CHARLES BLE GOUDE. Mais mal lui en prend, car pendant que le mentor de son père spirituel, M LAURENT Gbagbo se trouve confortablement assis sur le fauteuil présidentiel en Côte d’Ivoire, le sien lui, lorgne sur le même fauteuil au Mali. Au delà de cette différence fondamentale, le secrétaire Général du Mouvement de la Jeunesse RPM dessert considérablement Ibrahim Boubacar Keïta.

rn

C’est à la faveur d’un point presse que M Moussa Tembiné a tenu un discours plutôt passionné le mercredi 14 mars dernier au siège du parti dont il est secrétaire Général du Mouvement des Jeunes, le RPM.

rn

« Rien ne sera plus comme en 2002. Nous sommes prêts à donner nos vies pour donner la victoire à notre candidat. Nous allons utiliser tous les moyens, même illégaux pour installer notre candidat. Même si nous allons provoquer un autre 26 Mars 1991…. » Nous ne resterons pas les bras croisés…Nous ne manquons ni d’hommes crédibles ni de ressources morales pour défendre vaille que vaille notre victoire de 2007 » a-t-il lancé. Naturellement, de tels propos sont amers et désagréables, surtout s’ils sont tenus dans les locaux d’un parti qui aspire à gouverner. Autant dire que cette formation, à sa tête, celui-là qui dit ne jurer que par le Mali, ayant pour slogan « Dieu, le Mali et ma Conscience », cette formation disions-nous, cautionne pareille aberration. Le jeune Tembiné lui, peut encore profiter de l’erreur de jeunesse. Ce n’est pas le cas de Ibrim. Lui est inexcusable ! Il va sans dire que tous ses camarades ne seront pas prêts à le suivre sur ce terrain. On pense notamment à Soumeylou Boubèye Maïga.

rn

Un rappel historique s’impose ici: en 1992 suite à la mort du Sergent de Police Seydou Diarra, le pouvoir en place, incarné par Ibrahim Boubacar Keïta procéda à l’arrestation des principaux leaders du Collectifs des Partis Politiques d’Opposition, dont Me Mountaga Tall, Colonel Youssouf Traoré, Almamy  Sylla… L’agent de police en question a été livré au lynchage par un des responsables de ce collectif. IBK, alors premier Ministre ne toléra pas l’outrance voire l’outrage de l’opposition. Il sévit contre les présumés auteur de ce qu’il considéra comme un assassinat. Le COPPO aussi avait menacé de mettre le pays à feu et à sang, estimant que la révolution de Mars était restée inachevée. Ces leaders furent arrêtés et emprisonnés sans ménagement… Il bénéficieront plus tard d’une liberté provisoire après la retour au calme et la vie politique continua. L’histoire retiendra qu’Ibrahim Boubacar Keïta, au moment des faits, rendait des visites d’encouragement et de félicitation aux éléments du Groupement Mobile de Sécurité (GMS) pour le travail bien fait.

rn

Par des caprices dont seul le destin a le monopole, Ibrahim Boubacar Keïta se trouve aujourd’hui à la tête de jeunes qui menacent de mettre le même pays à feu et à sang, pendant que certains opposants d’hier se trouvent aux commandes du même Etat… L’histoire risque bien de se répéter.

rn

C’est encore le même Ibrahim Boubacar Keïta qui, au mois de Mai 2002, après la défaite de « Espoir 2002 » aux élections présidentielles, dira ne pas vouloir faire comme ceux-là qui ont jadis « envoyé les enfants à la mort » [l‘expression est de lui] dans le seul dessein d’accéder au pouvoir. Que penser de ce même homme qui cautionne aujourd’hui les propos va-t-en-guerre et incendiaires des jeunes à l’approche des mêmes échéances ? Voilà l’homme qui s’est toujours réclamé légaliste, Homme d’Etat et fier de l’être.  Dieu, le Mali et ma conscience !

rn

Au delà du discrédit et de la déception que provoquent ces déclarations, elles risquent  également de peser politiquement de tous leurs poids sur la conscience populaire et même sur les propres   militants et nombreux  sympathisants anonymes de Ibrahim Boubacar Keïta. Et pour cause : qu’il soit citadin, ruraux, bambara, Peulh, chrétiens, Musulmans, païens, libres penseurs, etc, les Maliens ont ceci  en commun le patriotisme et l’orgueil. Naturellement, ni Ibrim lui même, ni Amadou, ni Tiéblé, ni Souméylou, n’est plus patriote et fier que ce passant, cette femme au marigot, ce chauffeur de taxi, ce commerçant devant sa boutique, cet étudiant à l’université ou tout simplement ce badaud dans la rue. Il ne suffit pas d’être Général d’Armée, chef de parti politique ou de mouvement pour s’arroger l’exclusivité du patriotisme et de la fierté nationale. Les Maliens ne seront les otages de personne ! Les auteurs de la déclaration créent justement ce sentiment de rejet et d’antipathie chez leurs compatriotes en menaçant de s’en prendre à ceux que tous ont de plus cher en commun: le MALI. Si M Tembiné est prêt à donner sa vie pour donner la victoire à son candidat, il y en des milliers comme lui à donner les leurs pour sauver le pays. Il importe donc de faire de la politique mais d’éviter de compromettre l’essentiel.

rn

B.S. Diarra

rn

 

rn

DROIT DE REPONSE

rn

Non, ne sommes pas des marchands de morts*

rn

Bureau National de l’Union des Jeunes

rn

A Monsieur  le Directeur de Publication du Journal « AURORE »

rn

Objet : Droit de Réponse

rn

Monsieur, le Directeur de Publication

rn

Nous avons l’honneur de venir par la présente user de notre droit de réponse que nous vous demandons de publier dans les mêmes caractères conformément à la loi en vigueur dans notre pays.

rn

En effet, dans votre journal Aurore N° 1263 du 19 – 03 -2007 notre parti s’est senti offensé et sa jeunesse consternée par le soi-disant compte rendu de la conférence de presse tenue au siège de l’UJ-RPM, le mercredi 14 mars 2007 par l’article de Monsieur B.S.Diarra.

rn

Pour notre part, nous retenons seulement qu’avant nous, AURORE a eu à dénoncer les méandres du pouvoir d’ATT. « Océan Communication Talon d’Achille d’ATT » un article paru recemment  dans Aurore est un exposé édifiant de la personnalité et des actes du même ATT que votre journal défend bec et ongles aujourd’hui. Qu’est-ce qui a du se passer en si peu de temps ? Vous connaissez certainement la réponse !

rn

Ce qui vous est arrivé, rassurez-vous est arrivé à beaucoup parmi ceux-là qui, sous couvert de la presse font et défont les rois et, tournent leurs plumes dans le sens de leurs marmites. Nous vous plaignons et nous vous battrons, pour qu’arrive au Mali, où vous pourriez travailler dans la quiétude de votre esprit et de votre estomac, quelque soit votre opinion. La jeunesse RPM s’assumera contre vents et marées  dans le respect des Maliens  du Mali et de la Démocratie. La caricature  sous laquelle votre journal a décidé  de nous peindre désormais, restera une goutte d’eau dans la mer. Chose qu’elle a toujours été. Jamais un journal ne s’est aussi acharné à nous charger d’injures et d’opprobres. Nous traiter de Blé Goudé, de marchands de morts ou de têtes de turcs ne nous fait avancer ni dans la bonne voie ni dans votre profession. Alors, courage ! Car comme le dit le sage, la malédiction sans cause est ressentie comme une bénédiction.

rn

Bamako, le 21 – 03 – 2007

rn

P/ Le BN – UJ / RPM        

rn

Le Secrétaire à la Communication

rn

Mohamed Guindo

rn

*Le titre est de la rédaction

rn

 

rn

 

rn

NOTRE REACTION

rn

Nous apprécions le prétendu droit de réponse à sa juste valeur. Car il n’en est, en vérité, pas un. Il ne conteste ni ne retrace aucun passage incriminé, aucune fausse information, aucune insulte… C’est le souci de montrer notre bonne foi que nous nous faisons un devoir de le publier. Et cette même raison nous incite à républier l’article incriminé afin que les lecteurs se fassent une religion sur la question.

rn

Ce n’est nullement dans le dessein d’offenser quelqu’un que nous avions produit cet article, un commentaire, et non un compte – rendu, contrairement à ce que la correspondance prétend. En la matière, le principe voudrait que les faits soient sacrés et les commentaires libres.

rn

Notre correspondant fait allusion à la ligne rédactrice de AURORE. Nous nous faisons un plaisir de le rassurer sur ce point. Oui, AURORE, dans un passé récent, a fustigé l’attitude de «Océan Communication» une agence appartenant à la fille de ATT. Si c’était à refaire, nous le referons la conscience tranquille. Nous ne nous sommes pas limités à la fille. Nous nous sommes intéressés au père et à la mère, aux ministres du Gouvernement et en toute bonne foi chaque fois qu’il est question de sujet d’ordre public. Nous avions dénoncé des pratiques que nous avions jugées peu orthodoxes. Nous n’avons pas la prétention d’être irréprochables. Mais c’est de bonne foi et avec force conviction que nous donnons notre point de vue sur les questions d’intérêt national comme les élections à venir, les partis politiques que nous avions le privilège d’observer depuis maintenant 17 ans…Oui, 17 ans, l’âge du journal AURORE (Février 1990 – Février 2007). Le RPM a certes un passé édifiant, mais AURORE aussi.

rn

Nous nous abstenons de réagir à ce qui semble être, en vérité, une insulte quand notre correspondant parle de «ceux-là qui, sous couvert de la presse font et défont les rois et, tournent leurs plumes dans le sens de leurs marmites». Contrairement à d’autres, nous n’avons pas la prétention d’être des faiseurs de rois qui n’hésiteraient pas à mettre le pays à feu et à sang pour installer leur candidat; et nullement des gardiens du temple chargés de veiller sur la santé et la promotion d’un homme. Nous avons une conviction que nous défendons «avec bec et ongles». Preuve de notre bonne foi, nous indiquons ce passage de la lettre certainement empreinte d’une erreur de frappe : « Nous vous plaignons et nous vous battrons, pour qu’arrive au Mali, où vous pourriez travailler dans la quiétude de votre esprit et de votre estomac, quelque soit votre opinion ». Monsieur voulait certainement dire « nous NOUS battrons ». Il s’agit, en tout état de cause, d’une réaction noble que nous saluons.

rn

Dans les commentaires qui ont visiblement contrariés le RPM, nous nous inquiétons à juste raison de la tournure dangereuse que cette pré-campagne politique est entrain de prendre. Nous n’avions pas inventé les propos attribués à Monsieur Moussa Timbiné. Il s’agit d’une exploitation du compte-rendu de confrères invités à ladite conférence de presse. On constate avec amertume que le parti, dans sa correspondance, ne dément aucunement les propos attribués au conférencier. « Nous sommes prêts à donner nos vies pour donner la victoire à notre candidat. Nous allons utiliser tous les moyens, même illégaux pour installer notre candidat. Même si nous allons provoquer un autre 26 Mars 1991…».  N’est-ce pas ce qu’a dit M Timbiné ?  De tels propos ne sont-ils pas dignes de l’ivoirien Charles Blé Goudé dont on connaît l’agressivité verbale et  l’engagement auprès du Président Laurent Gbagbo ? A propos de  « caricature » nous avions plutôt fait un parallèle entre les deux personnages. M Timbiné a fait un abus de langage qui dessert considérablement IBK. Pour la gouverne de notre correspondant, nous avions eu d’autres réactions après la publication de l’article en question, émanant de personnes très proches de «Ibrim». Elles militent en faveur de IBK lequel, selon ces personnes, ne cautionnera jamais délibérement une démarche ayant pour objet de mettre en péril la stabilité et la paix sociales. Derrière la petite phrase « et après 2007 ? », se cachent visiblement bien de sous entendus. Nous avons foi en cette réaction plutôt positive. C’est dire que M Timbiné est bien seul. Mais fort heureusement, « la jeunesse RPM s’assumera contre vents et marées  dans le respect des Maliens  du Mali et de la Démocratie » précise-t-elle dans sa lettre. Là, nous sommes bien d’accord. Que tout le monde s’assume dans le respect du Mali, des Maliens et de la Démocratie ! Nous ne demandons pas mieux ! Mais par pitié, épargnons ce que nous avons en commun : le Mali. La seule chose qui nous reconforte dans la correspondance est que les jeunes en question se démarquent de la méthode Blé Goudé.

rnLa Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER