25 ans de lutte pour la démocratie au Mali : Les acteurs se souviennent

Le samedi dernier, à la Pyramide du Souvenir,  sur appel de l'Alliance pour la Démocratie au Mali dans le cadre de la célébration de son 25ème anniversaire, les acteurs du mouvement démocratique se sont retrouvés pour se souvenir, se parler vrai pour se dire certaines vérités de façon civilisée mais surtout démocratique. La président de l'Association a saisit de l'occasion pour rendre un hommage vibrant à la mémoire de tous les martyrs. C'était en présence de plusieurs figures emblématiques de la lutte démocratique dont le Pr. Ali Nouhoun Diallo, Tiébilé Dramé, Me Hamidou Diabaté, Richard Toé, Iba N'Diaye, Pr Rokiatou Sanogo, Oumar Ibrahima Touré, Djiguiba Keita (PPR), etc. 

6
Ali Nouhoum Diallo
Pr. Ali Nouhoum Diallo

 

On se rappelle qu’à la veille de la 7ème session extraordinaire du conseil national de l’UDPM, des Maliens et des Maliennes avaient adressé au président de la République l’historique Lettre ouverte du 7 août 1990, pour demander l’affirmation solennelle du droit à Chaque Malien à militer au sein du parti ou organisation de son choix.

Après avoir constaté le mépris affiché par les dirigeants de l’UDPM à cette mémorable doléance, un comité de soutien se constitua. Cette lettre ouverte a donc servi de catalyseur dans le processus de prise de conscience, de réflexion et d’action concentrées et permis de savoir que le Malien était désormais résolu à dénoncer et à combattre tout ce qui jusque là, avait été douloureusement subi et craintivement tu.

Forts de ce constat et convaincus que le peuple suivra dans la sérénité la voie ainsi proposée, les auteurs de la lettre et les membres du comité de soutien au péril de leur vie, créent l’Association politique dénommée Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA), c’était le 24 octobre 1990.  Pour les organisateurs, en reversant le pouvoir   de Moussa Traoré, le 26 mars 1991, le peuple entendait mettre définitivement fin au calvaire des populations, améliorer ses conditions de vie, garantir les libertés démocratiques.

Les Maliens voulaient le  changement, bannir à jamais la dictature, le favoritisme, la soif du pouvoir et de l’argent chez les dirigeants, se débarrasser des fléaux comme la corruption, le gaspillage, le détournement des deniers publics. 25 ans après, où en est -on avec l’atteinte des objectifs nobles de l’Association ?  Pour les uns et les autres, des  progrès ont été réalisés dans plusieurs domaines, le multipartisme intégral, la liberté d’expression, d’association, etc. Mais les Maliens, dans leur écrasante majorité, se définissent à partir de l’acuité des difficultés et des préoccupations auxquelles ils sont confrontés voire confondus.

Aujourd’hui  au Mali les pratiques autoritaires, l’ostracisme interdisant aux partis politiques de l’opposition  l’accès aux médias publics, les violations des libertés individuelles et collectives, l’augmentation  du chômage, demeurent encore  le lot des populations. Toute chose qui fera dire à la présidente qu’il y avait problèmes. ”Nous devons et nous pouvons faire mieux”, a-t-elle lancée.

Pour elle, le l’association regrette de constater que l’esprit d’engagement à considérablement faibli, que l’esprit de sacrifice trouve  peu de partisans. Malgré la relative accalmie, la pression reste toujours forte. Malgré le discours rassurant des autorités, la confiance n’est toujours pas rétablie,  le drapeau malien ne flotte toujours pas à Kidal, le pays est coupé en deux.

Fort de ce constat, la présidente dira ”Nous réclamons l’organisation d’une conférence nationale pour réfléchir sur le devenir de la nation et notre désir de vivre ensemble”  avant de finir, l’Alliance par la voix de sa présidente a déploré les dérapages verbaux et les attaques personnelles du président de la République et s’oppose à toutes les tentatives de remise en cause des acquis de la démocratie dans notre pays.

 

Amadou COULIBALY

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Nous sommes très heureux que les maliens s’expriment librement grâce aux combats menés contre le régime dictatorial du général Moussa Traoré. Ce qui permet au ” le malien” de s’exprimer sans s’inquiéter.
    Je suis surtout surpris de voir ces nostalgiques du régime de GMT parlés du premier président Modibo Keita ( paix à son âme) qui a été assassiné sous le général Moussa Traoré.
    Oui nous sommes fier de dire aujourd’hui, puisque cela nous arrange, que les armements de l’armée malienne ont été laissé dans un état de délabrement par les différents pouvoirs démocratiquement élus. Nous savons tous que ces armements avaient achetés par fée Kissima Dougara (paix à son âme) ministre de la défense à l’époque. Kissima et certains vaillants hommes de troupe comme lui ont été assassinés par le général Moussa Traoré.
    J’oubliais le salaire 1 mois sur 3 mois de la majorité des fonctionnaires maliens sous le régime du général Moussa Traoré. Sans compter la coupure de courant surtout dans les quartier populaires. Pendant ce temps les vaches de certains fonctionnaires vivaient sous climatiseurs.
    Sous général Moussa Traoré, l’information n’étant pas accessible on ne pouvait pas évaluer la richesse des fonctionnaires mais souvent on se posait la question si nous vivons sous le même toit que certains d’autres eux tellement la différence de vie était notoire.

    La démocratie implique le changement de main du pouvoir. Au mali, depuis l’avènement de la démocratie le pouvoir à changer de main 3 fois. Chacun de ces régimes à eu des nouveaux hommes contrairement au régime dictatorial du général Moussa Traoré.
    Nous devons accepter l’évolution, le changement, je pense que personne n’a l’intérêt à vouloir prévaloir son passé. Aujourd’hui le Mali a besoin de sa relance économique, de la paix sur toute l’étendue de son territoire et d’une bonne gouvernance.

    • @Fankele 1.La démocratie n’implique pas forcement le “changement de main du pouvoir”puisque sans même alternance démocratique,il peut y avoir de démocratie: il suffit que les électeurs aient toujours confiance aux mêmes élus…Si notre peuple savait que ce serait du “sonsoro taara-sonsoro nana”,personne n’allait mourir pour que vous seuls vous deviendrez des “milliardaires” de circonstance alors que l’écrasante majorité de notre peuple continue à tirer le diable par la queue puisque votre baptême (dénkoundi) a été plus festif que celui des autres ou bien c’est vos aïeux à vous seuls qui ont débroussaillé (ka toutikè) le territoire-Mali?Arrêtons un peu d’être égoïstes!Certes nous n’avions pas de moyen pour “évaluer la richesse” des dignitaires de l’UDPM cela ne vous a pas empêché de diffuser des fausses rumeurs genre GMT posséderait un château en Algérie..alors qu’il n’en est rien!Et puis les vaches laitières de Sékou LY ne sont rien devants celles d’un autre Sékou DIAKITE (pour ne citer que ce dernier) milliardaire de la démocratie de son Etat, c’est ce qui fait encore MAL puisqu’on a chassé ensemble le premier du pouvoir pour que d’autres plus pires arrivent eux aussi à commettre les mêmes dégâts… 👿

  2. Professeur émérite et mieux celui là qui a laissé sa blouse pour la politique laissant des milliers de malades inconsolables. Quel crime? Et je pense aussi que c’est sous votre règne que nous avons vu des fonctionnaires maliens milliardaires. Qui est ce fonctionnaire qui a été inquiet un seul instant lorsque vous étiez à la commande.Vous avez laisser ces criminels pillés le trésor et c’est ça cette démocratie que vous avez voulu installée au Mali. Quel autre crime? Et sous votre règne aussi les ferrailles des chars de Kati et des ateliers centraux de markala démontés et vendus, laissant le pays du Grand Modibo Keita sans aucun moyen local minimum de défense. ET entant que Président de l’Assemblée à l’époque vous n’avez rien dit. Je vais encore loin en 1990 quel est ce leader du mouvement démocratique qui a succombé lors des évènements ou qui a perdu un membre de sa famille! C’est vous les opportunistes qui poussaient les enfants d’autrui dans la rue pour les donner à la mort. Il est temps aujourd’hui que la vérité soit dite à cette jeunesse. Et c’est pourquoi Oumar Mariko ne sera jamais compris dans son combat parce qu’il a pris comme de l’argent les propos des propulseurs du mouvement de 1990. Pour l’AEEM en 1990 l’objectif n’était pas la chute du régime de GMT mais plutôt pour l’amélioration des conditions des élèves et étudiants du Mali. Ces vieux loups et dinosaures ont tout simplement piégés leurs propres enfants. Ils se disent faire tout afin que Mariko n’accède jamais au pouvoir. Il faut le neutraliser à tout prix sinon il va traduire dans les faits ce qu’on lui avait dit. Moi je n’ai jamais aimé Mariko et je vais jamais l’aimer sur cette terre ( il ne pourra jamais me convaincre) mais qu’il sache qu’il a été piégé dans son combat. Après la chute de GMT tous les leaders du mouvement démocratique se sont présentés à l’élection présidentielle de 1992 exceptés feux Karembé et Baba Touré que leurs âmes reposent en paix!Amen!
    Un criminel n’a pas de leçon de morale à donner en démocratie. Il est encore temps de venir à la table et de demander pardon au peuple malien en compagnie de Alpha Oumar si et seulement vous êtes conscients de tous les maux que vous avez causé au peuple malien durant votre règne! Si je dis vous il s’agit aussi de tous ceux qui ont gouverné ce pays avec vous ( Soumi, IBK, BOUBEYE, M . KASSA et tout leur clan).
    Abraham Lincolh disait: on peut tromper une partie du peuple tout le temps, tout le peuple une partie du temps, mais jamais tout le peuple tout le temps……

    • @le malien .MERCI!Espérons que votre réaction soit lue et comprise par un grand nombre de lecteurs de Maliweb!Vous avez tout écrit ici, il n’y a plus rien à ajouter…. 😉

  3. @Amadou COULIBALY.Certes l’avènement de la démocratie avec son corollaire de multipartisme intégral a été demandé par notre peuple mais l’écrasante majeure partie de ce même peuple n’a jamais goûté au fruit de celui-ci.Certes le nombre de “milliardaires de la démocratie” a augmenté de façon exponentielle mais aussi, le nombre de citoyens pauvres a 2 fois plus accru.Avant l’enseignement était gratuit pour tout le monde.Aujourd’hui seuls les fils de riches ont droit à cette nécessité devenue un luxe!Avant l’on pouvait avoir un terrain à titre d’habitation avec les 10 colas donnés aux propriétaires coutumiers de Bamako.Aujourd’hui certains lots à Bamako sont plus chers que le lot en Ile de France!Avant les praticiens de nos grands hôpitaux soignaient tous les patients sur place.Aujourd’hui ils te donnent rendez-vous à leurs cliniques privées pour des soins payants…Conclusion: seuls quelques maliens ont profité de l’avènement de la démocratie sinon les “pauvres” sont aujourd’hui devenus encore plus pauvres et plus nombreux encore que sous le régime Etat-UDPM. 😥 😥 😥

Comments are closed.