Après les Aveux de Culpabilité de DIONCOUNDA : ATT couvre-t-il des sangsues Adéma de l’Etat du Mali ?

0

« Si nous n’avions pas soutenu ATT, nous aurions eu l’Administration, la Justice, la Sécurité d’Etat sur le dos », a affirmé dimanche le président de l’Adéma/PASJ à la conférence de section en Commune IV. Dans un pays organisé, le procureur de la République du lieu de résidence de Dioncounda Traoré devrait ouvrir une information judiciaire parce que de tels aveux sont des aveux de culpabilité. Entre ATT et ses « partisans » du CE est-ce la loi de l’Omerta ?rn

Après la signature de la plate-forme de l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) par 14 partis politiques, dont l’Adéma, visant la réélection d’ATT en 2007, le comité exécutif de l’ancien parti majoritaire a entrepris des tournées auprès des sections pour expliquer le sens du choix ainsi opéré.

rn

Hormis les quelques responsables qui ont la parole sur les antennes de la télévision pour réaffirmer le soutien de l’Adéma à ATT, les rencontres se sont très mal déroulées dans l’ensemble. Et devant l’incompréhension des militants, tous les arguments sont bons, y compris les plus inavouables.

rn

Parmi les chefs de délégations se trouvait le président Dioncounda Traoré. Partout où il est passé, notamment en Commune IV, lui et sa délégation ont été proprement malmenés. Le dimanche en Commune IV, où il réside, la journée a été longue pour lui. Disant tout et son contraire, il a fini par lâcher les mots qui tuent : « Si l’Adéma n’avait pas décidé de soutenir ATT, d’autres partis allaient le faire à notre place et nous aurions l’Administration, la Justice et la Sécurité d’Etat sur notre dos ». Ce à quoi un militant a répondu : « chers militants, Dioncounda a tué l’Adéma, préparez-vous pour son enterrement ».

rn

Les propos de Dioncounda Traoré, rapportés hier par notre confrère de L’Indépendant, appellent différents commentaires. Le premier se rapporte au soutien au président ATT. Dioncounda déclare que si l’Adéma ne l’avait pas soutenu, d’autres partis l’auraient fait à sa place. Alors qu’est-ce qui empêche l’Adéma de tenir sa place et toute sa place en tant que parti politique et en tant que parti ayant géré le pays pendant dix ans ? La difficulté que connaît le parti vis-à-vis de ses militants trouve sa principale source à ce niveau.

rn

Conspiration contre le peuple ?

rn

Pourquoi renoncer à présenter un candidat et pourquoi souhaiter l’exclusivité dans les rapports avec ATT ? A ces deux questions, Dioncounda lui-même apporte un début de réponse. En effet, on peut interpréter ses propos comme ceux de quelqu’un victime de chantage ou au pire des cas d’un délinquant à la recherche d’une protection ou d’une impunité. Nous nous inclinons à pencher pour la seconde variante c’est-à-dire que Dioncounda Traoré présente les cadres de l’Adéma comme des délinquants en col blanc qui ont pillé le pays et sont sous la menace de poursuites judiciaires, de harcèlements administratifs et policiers.

rn

Ce raisonnement n’est à l’avantage ni du parti, dont le président est Dioncounda, ni d’ATT. Parce que, involontairement, le président de l’Adéma présente ATT comme le protecteur de prédateurs de la République. Et les militants de l’Adéma pourraient comprendre la vraie motivation du soutien de certains membres de la direction de leur parti. C’est qu’ils auraient des casseroles dont ils chercheraient à étouffer le bruit.

rn

En tout état de cause, quand on regarde dans le lot de ceux pour qui le soutien à ATT est une question de vie et de mort, on y remarque certains qui ont eu à exercer de lourdes responsabilités dans le pays, au nom de l’Adéma. Que ce soit au niveau des départements ministériels ou au niveau des directions générales ou nationales, ou au niveau des mairies, ils ont eu la main à la pâte avec des projets comme le PGRN.

rn

Maintenant une chose est de sortir des affaires les mains sales et une autre est d’engager toute une communauté de militants pour se couvrir. Dans un pays organisé, le procureur de la République du lieu de résidence de Dioncounda Traoré, président de l’Adéma/PASJ, devrait ouvrir une information judiciaire parce que de tels aveux sont des aveux de culpabilité.

rn

Le Vérificateur général aussi devrait s’intéresser au parcours et aux dossiers de ceux-là qui recherchent la couverture et la protection d’ATT. Les Maliens sont édifiés et chaque jour apporte son lot d’épanchement. Ce ne serait donc pas pour le confort de la démocratie qu’ils soutiennent ATT mais à cause d’une gestion par trop suspecte.

rn

La rédaction

rn

 

rn

TEXTES A L’ADEMA : Dioncounda Traoré tire à côté

rn

Les explications fournies par le président de l’Adéma au cours d’une AG samedi, en Commune I, au sujet de la suspension de certains militants n’ont pas convaincu plus d’un.

rn

Plus les jours passent, plus des militants Adéma/PASJ commencent à comprendre que le CE veut les mener en bateau, en leur imposant son point de vue. Rien que pour rester dans les grâces du chef de l’Etat.

rn

Le week-end dernier a été singulièrement agité dans le district par des assemblées générales d’information organisées par la Ruche. Avec en tête, le président du parti, Dioncounda Traoré en Commune I, pour dit-on, expliquer les motivations réelles de la suspension de certains camarades de la formation et le pourquoi de son soutien électoral au président de la République en fin de mandat.

rn

Au lieu de garder le profil bas face à la situation qui prévaut au sein du parti en attendant certainement sa résolution, le président du parti s’est évertué à dire dans des propos incohérents, jugés d’ailleurs fallacieux par des militants mécontents, que la suspension des camarades découle du non-respect des textes du parti. Et qu’en aucune manière, elle ne serait assimilable à une exclusion, mais plutôt à une mesure visant à faire revenir la discipline.

rn

Mais ce que Dioncounda n’a pas dit, c’est que la signature d’une alliance par le parti ne peut être décidée que par la conférence nationale. Or, aujourd’hui c’est un secret de polichinelle, l’Adéma est membre à part entière de l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) qui a décidé de soutenir ATT en 2007.

rn

N’est-ce pas là une première violation des statuts et du règlement intérieur du parti ? Pourtant, sur la question, Dioncounda Traoré est resté dans les cordes. « Les réponses du président ne sont pas satisfaisantes. Il a fait une fuite en avant. Dans les textes du parti, aucune alliance ne doit avoir lieu sans l’autorisation de la conférence. C’est une violation des textes », s’est indigné un militant de la section Adéma de la Commune I.

rn

De même, apprend t-on dans le milieu des mécontents, la transformation du soutien politique en soutien électoral du parti à ATT devait être décidée par un congrès après modification des textes du parti, qui ne prévoient pas jusque-là de voter pour un candidat indépendant.

rn

Toutes choses que le CE n’a pas fait. Ce faisant, il est autorisé d’affirmer que le CE a outrepassé ses prérogatives. Et Dioncounda, qui a justifié la suspension des camarades par le non-respect des textes, doit normalement faire l’objet de mesures disciplinaires.

rnMohamed Daou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER