Rapports de force à l’assemblée nationale :rnEntre une minorité marginalisée, et une majorité écrasante

0

L’assemblée nationale a servi de cadre samedi dernier à la conférence débat de la radio kledu, et dont le thème était «Assemblée nationale mission et fonctionnement ». Pour sa 48 édition, le club de presse de la radio Kledu n’a pas lésiné sur les moyens pour aller à la découverte de la deuxième plus grande institution du pays. Au présidium, on notait la présidence du président de l’assemblée nationale, Dioncouda Traoré, qui avait à ses côtes, outre Assarid Imbarkawane, Oumar Diawara du Cnid représentant la jeunesse, mais aussi l’honorable Oumar Mariko, représentant de l’opposition parlementaire. Etaient également présent l’ancien député Aly Nouhoum Diallo, l’ex- ministre, Zeni Moulaye et son collègue, le professeur Keïta.

rn

rn

« A l’Assemblée nationale indique Assarid Imbarkawane on s’efforce de respecter la configuration. Le travail est fait de telle sorte que la représentativité des forces politiques du parlement puisse être reconnue et préservée. »

rn

rn

Un raisonnement que l’honorable Oumar Mariko ne pas partagé. Le problème dans notre pays dira t-il, est le droit à la minorité. Pour le député de Kolondieba, les minorités sont marginalisées. De son avis, du régime de l’ex dictateur Moussa Traoré à l’alternance démocratique, il n’y a pas eu une véritable reconversion des mentalités en ce qui concerne le jeu de l’opposition. En clair, soutient- il le régime de Moussa Traoré a été transposé dans la démocratie. Les opposants sont considérés comme des adversaires de la nation a-t-il déploré Il est à noter que la présente législature est de loin différente de celle que dirigeait le patron des tisserands IBK. Cela en bien de points. Pour cause, les clivages traditionnels du consensus ont véritablement et de façon nette sauté. Le parlement est partagé entre une majorité présidentielle et l’opposition représentée par les partis Sadi et Parena. Autre fait marquant de la présente législature, c’est la grande marée des indépendants qui totalisent 23 élus. Sur les 147 députés sortants, 27 ont pu sauver leur siège. Le poste de commission de contrôle de l’assemblée qui a été confié à l’opposition pour veiller sur le fonctionnement du parlement.

rn

rn

L’assemblée nationale, c’est aussi 8 groupes parlementaires, 8 vice- présidents, 2 questeurs, pour ne citer que ceux-là. 

rn

Abdoualye  Diarra  

Commentaires via Facebook :

PARTAGER