Candidature de l’Adéma à la présidentielle de 2012 : Dioncounda veut mettre KO les pro-Modibo Sidibé au sein du parti

0

En martelant, lors de  la conférence de presse qu’il a animée le samedi 13 novembre, à la Maison de la presse de Bamako, que "Modibo Sidibé ne peut pas être le candidat de l’Adema car il n’est pas militant du parti", le président du Comité Exécutif de l’Adema-PASJ, Dioncounda Traoré, n’a-t-il pas parlé un peu trop vite ?  En effet,  pourra-t-il empêcher les partisans du Premier ministre, au nombre desquels des barons très influents, de présenter la candidature de ce dernier à la conférence d’investiture du parti prévue en mai 2011 ? Si ce n’est pas encore la guerre, une de plus au sein de la Ruche, on n’en est pas loin dans la mesure où les deux camps ont déjà commencé à fourbir leurs armes.

C’est un Dioncounda Traoré serein, voire très offensif qui est apparu, ce samedi 13 novembre 2010, devant un parterre de journalistes de la presse nationale et internationale. C’est dire qu’il est, désormais, prêt à croiser le fer avec n’importe quel candidat voulant se mettre sur sa route dans la perspective de l’investiture du candidat de l’Adema-PASJ à la présidentielle de 2012. C’est vrai que beaucoup de militants également avaient  fait le déplacement afin d’être témoins de l’importante déclaration que le président de l’Adema a livrée ce jour, devenue désormais mémorable. Si, au présidium, le principal animateur de cette conférence de presse a pu se faire entourer par la présidente du Mouvement des Femmes, Madame Konté Fatoumata Doumbia,et du président du Mouvement des Jeunes, Lazare Tembely, il n’a, par contre, pas réussi à faire venir les barons de la Ruche et, principalement, les ministres Adema du gouvernement de Modibo Sidibé qui ont tous trouvé des alibis pour ne pas se trouver à côté du président de leur parti.  Afin, certainement, d’éviter que leur présence ne soit assimilée à un soutien réel ou tacite à la candidature de Dioncounda Traoré à la présidentielle de 2012. Ce qui peut, en cette période de rumeurs persistantes de remaniement ministériel, se retourner contre ces ministres ayant, in fine, opté pour l’école buissonnière.

En effet, le sujet est si délicat que les ministres Adema et les cadres de la Ruche, tous "redevables" au président de la République pour leurs postes,  ont préféré s’abriter derrière des missions improvisées pour "rater " cette conférence de presse à classer désormais dans les annales de la Ruche.

Maintenant, il est donc clair, comme l’eau de roche, que Dioncounda Traoré est partant pour enfiler le maillot de la Ruche à la présidentielle de 2012.

Contrairement à ses habitudes, l’homme qui préside aux destinées de la Ruche depuis dix ans ne s’est point gêné pour afficher ses ambitions d’aller à la conquête de Koulouba : "Le président de l’Adema peut être un très bon candidat, un excellent candidat pour l’Adema. Mais il y a aussi beaucoup d’autres bons candidats. Au niveau du Comité Exécutif, le candidat sera désigné le 26 mars 2011 et la conférence d’investiture se tiendra le 25 mai 2011 " a déclaré Dioncounda Traoré. Et la salle d’applaudir. Dioncounda venait donc de déclarer qu’il est candidat à la candidature de l’Adema pour briguer le fauteuil présidentiel en 2012.

Dioncounda après ATT ?

Et Modibo Sidibé ? Qu’en est-il de son éventuelle candidature ? Dans la mesure où des rumeurs distillées, par-ci et par-là, lui prêtent l’ambition de chercher à être le candidat de l’Adema afin que cela lui ouvre un boulevard pour Koulouba en 2012. Vrai ou faux ?

En tout cas, au sein de la direction du parti, plusieurs barons sont en train de s’activer dans ce sens. Parmi ceux-ci, sont cités régulièrement les ministres Adema, Sékou Diakité, Ibrahima N’Diaye et Tiémoko Sangaré, vice-présidents du parti et le maire du District, Adama Sangaré. Ils seraient tous dans une logique différente de celle du président Dioncounda Traoré. En effet, ce dernier est partisan déclaré d’une candidature à l’interne, alors que ceux qui sont liés, directement ou indirectement à l’Exécutif, œuvrent, au contraire,  pour une candidature à l’externe en pensant prioritairement à Modibo Sidibé. D’ailleurs, lors de la conférence de presse de Dioncounda Traoré, on pouvait lire sur des T-shirts portés par un groupe de militants, mystérieusement, restés en dehors de la salle : "La Commune III a son candidat". Il ne s’agit là ni plus ni moins que de Modibo Sidibé qui est ressortissant de cette commune et dont  Adama Sangaré, maire du District et Secrétaire général de l’Adema de cette commune et le maire de ladite commune (exclu de l’Adema depuis l’histoire de l’AMM) veulent initier la candidature.

En faisant cette sortie médiatique, et cela au moment où le paysage politique baigne dans un calme plat, le président de l’Adema a assurément marqué un  point face à des adversaires qui ne vont pas tarder, eux aussi, à sortir du bois. Et à lui rendre la tâche quasi-mpossible dans sa volonté de faire en sorte que l’Adema "soit un parti fort, cohérent et discipliné…et que tous soient derrière son candidat à la présidentielle de 2012 ".

L’absence remarquée des ministres, qui sont aussi membres du Comité Exécutif du parti, et du Secrétaire général du parti, Dr. Marimantia Diarra, que le président de la République a mis à la tête du Conseil d’administration du MCA (Millenium Challenge Account) et de la Banque commerciale du Sahel (BCS), est un indice fort que la rébellion au sein de la Ruche est en train de se préparer. Pour le moment dans l’ombre, mais de manière rigoureuse. On a vu ce scenario lors de la présidentielle de 2002 lorsqu’une partie du directoire a soutenu la candidature d’ATT contre celle du candidat officiel du parti, Soumaïla Cissé. Sera-t-il réédité en 2012 au profit de Modibo Sidibé adoubé par le même ATT?

Certains disent déjà que la tête de Dioncounda Traoré, qui devrait être «le candidat naturel» de l’ADEMA eu égard aux responsabilités qui sont les siennes au sein du parti et de l’Etat, est déjà mise à prix. Au propre comme au figuré.

Mamadou FOFANA

 

Commentaires via Facebook :