Communiqué du conseil des ministres du vendredi, 07 juin 2019

4

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session extraordinaire, le vendredi, 07 juin 2019 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil  a adopté un projet de texte et entendu une communication.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

Sur le rapport du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le Conseil des Ministres a adopté un projet de loi organique portant prorogation du mandat des députés à l’Assemblée Nationale.

Le mandat des députés, qui a expiré le 31 décembre 2018, a été prorogé jusqu’au 30 juin 2019 par la Loi organique n°2018-067 du 06 décembre 2018 conformément à l’avis de la Cour Constitutionnelle du 12 octobre 2018.

La prorogation était motivée par « le caractère de force majeure des difficultés entravant le respect scrupuleux des dispositions constitutionnelles et législatives et la nécessité d’assurer  le fonctionnement régulier de l’Assemblée nationale ».

L’évaluation de la situation politique et sécuritaire du pays révèle la persistance des difficultés et contraintes qui ne permettent pas la tenue d’élections législatives régulières et transparentes.

Dans ce contexte et conformément à l’Accord Politique de Gouvernance, le projet de loi organique adopté, proroge jusqu’au 02 mai 2020 le mandat des députés de la Vème législature afin de réunir les conditions optimales à la bonne organisation des élections.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS

Le Premier ministre a informé le Conseil des Ministres de la désignation, par le Président de la République, des personnalités chargées de conduire le processus du dialogue politique inclusif. Il s’agit des  personnalités ci-après :

– Professeur Baba Akhib HAIDARA, Médiateur de la République ;

– Monsieur Ousmane Issoufi MAIGA, ancien Premier ministre ;

– Madame Aminata Dramane TRAORE, ancien ministre.

Ces personnalités ont été désignées après une large consultation de la classe politique, des légitimités traditionnelles et de la société civile.

Un Comité d’organisation sera mis en place pour assurer la préparation matérielle et scientifique du dialogue politique.

Ce Comité sera présidé par l’Ambassadeur Cheick Sidi DIARRA, ancien Conseiller spécial pour l’Afrique du Secrétaire général des Nations Unies.

Bamako, le 07 juin 2019

Le Secrétaire général du Gouvernement,

Madame SANOGO Aminata MALLE

Officier de l’Ordre national

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. (L’évaluation de la situation politique et sécuritaire du pays révèle la persistance des difficultés et contraintes qui ne permettent pas la tenue d’élections législatives régulières et transparentes). On peut tromper une partie du peuple tout le temps , tout peuple une partie du temps mais pas tout le peuple tout le temps.
    Continuer à violer la Constitution un sport favori ne marchera pas tout le temps et dans ce même contexte vous voulez organiser un référendum sur l’étendue du territoire; ou bien vous pensez qu’une entente nationale remplacera la tenue du référendum. La République du Mali n’ est pas une république bananière. Stop, Stop. STOP !

  2. En ce qui concerne la prorogation du mandat des députés, cette prorogation du mandat des députés est sans doute illégale et illégitime. Par cette prorogation, je vois une tentative du Président de la République visant à préparer l’opinion nationale Malienne à accepter une éventuelle prorogation de son propre mandat pour des raisons d’insécurité.
    Est-ce qu’il est réellement impossible de tenir les élections législatives maintenant ? Si OUI pour certaines localités, alors pourquoi ne pas organiser des élections législatives partielles dans les localités où elles seraient possibles ? Nous pourrions alors trouver une formule plus légitime pour représenter les localités affectées en attendant que les élections législatives y soient possibles.
    Compte tenu de l’importance accordée à l’Assemblée Nationale dans notre constitution, serait-il envisageable que notre pays se passe de cette institution pendant une période indéterminée ?

  3. J’ignore les critères selon lesquels ces personnalités ont été sélectionnées. Mais le plus important est que les composantes de la société y soient associées.

  4. Bonjour chers maliennes et maliens,
    Juste pour vous dire que je suis convaincu que la bonne voie est décidément retrouvée maintenant, pour sauver votre pays, notre pays. Il s’agit juste de ne plus se laisser divertir par quoi que ce soit et surtout de demander l’appui de la Russie qui est sincère dans ses relations.

    Courage aux nouveaux acteurs ! Courage à tous les maliens !!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here