Discours de monsieur Hamed Diane Semega, a l’occasion de l’assemblée générale constitutive du parti pour le développement économique et la solidarité

0

 

Mesdames et messieurs les représentants  des partis politiques;

Mesdames et messieurs  les membres du comité exécutif national du mouvement citoyen;

Mesdames et messieurs en vos titres, rangs et qualités;

Chers invités;

Je voudrais, avant de prononcer mon discours, vous demander de bien vouloir avec moi, observer une minute de silence à la mémoire de tous nos amis qui nous ont quittés. Je pense tout particulièrement aux jeunes du Mouvement citoyen morts le 23 septembre 2006 au retour de Gao où ils avaient assisté aux côtés du président de la République à la cérémonie d’inauguration du pont de Wbaria.

Je vous remercie.

Mesdames et messieurs;

Je rends grâce à Dieu le Tout-Puissant et miséricordieux qui nous a permis de nous retrouver en ce jour historique de cette année historique de célébration du Cinquantenaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. «Le plus long voyage commence par un pas», dit l’adage. Nous sommes réunis en ce lieu pour poser le premier pas qui donne le départ vers un nouvel horizon politique. Aujourd’hui, une belle aventure commence pour répondre à l’appel du Mali. Georges Clemenceau, célèbre homme d’Etat français disait avec justesse : «Il faut savoir ce que l’on veut, quand on le sait, il faut avoir le courage de le faire». Oui ! Nous nous engageons à traduire concrètement notre credo : tous pour le Mali, retrouvons ce qui nous unit.

Ainsi, nous voilà réunis ce matin pour célébrer l’avènement  du PDES, ce parti dont chacun d’entre nous ressentait de plus en plus la pertinence et la nécessité. Que de débats, que d’échanges, que de concertations engagés pour aboutir au choix de créer un parti politique, pour aller au delà des formules d’organisations associatives certes efficaces, mais manifestement inaptes à pérenniser et à structurer efficacement le puissant mouvement de sympathie et de soutien né autour de la candidature du général Amadou Toumani Touré et autour de l’action salvatrice de construction qu’il mène à la tête du Mali depuis 2002 !

Avant tout, je veux rendre un vibrant hommage au président Amadou Toumani Touré, lui dont la vision politique nous inspire et nous guide, lui par qui avec l’aide de Dieu et le combat du mouvement démocratique a permis que germe et grandisse au Mali l’arbre de la démocratie qui, tous les jours, étend ses racines et se renforce.

Au moment où nous commençons cette nouvelle étape, je voudrais jeter un regard rétrospectif sur notre itérative commun et rendre un hommage mérité et appuyé aux hommes et femmes qui avant 2002 et après, au sein des associations de soutien ou en dehors ont soutenu sans relâche avec constance et détermination d’abord le candidat ATT et ensuite le président ATT.

Quel meilleur hommage peut être rendu à ces hommes et femmes que celui que leur a rendu avec beaucoup de chaleur et d’estime le président Touré le 8 Juin dernier au cours de la conférence de presse qu’il a animée à Koulouba !

Je veux également rendre ici et maintenant hommage à tous nos partenaires politiques réunis dans l’ADP qui ont soutenu et soutiennent l’action du président. Je veux donner l’assurance à ces partis que pour nous, ce partenariat est important et nous nous engageons à le renforcer.

Qu’il me soit permis de remercier très sincèrement toutes les femmes et tous les hommes provenant d’autres horizons politiques qui ont pris une part active et décisive au processus de réflexion et d’action ayant conduit à la création du parti pour le développement économique et la solidarité.

Mesdames et messieurs;

Chers amis;

Le PDES dont nous lançons ce matin le processus de création s’inscrit dans la droite ligne de la poursuite de la mission du Mouvement citoyen à savoir soutenir, amplifier, consolider et pérenniser la vision politique d’ATT. Pourquoi créer un parti politique nous demande certains et surtout pourquoi maintenant ? Interrogation fondées auxquelles nous donnons cette réponse : pour nous, le maître mot en politique, c’est l’engagement dans la constance.

A nos yeux, c’est maintenant, plus que jamais, que nous devons donner plus de visibilité et de cohérente à notre soutien au président de la république pour lui permettre de dérouler avec sérénité les étapes décisives du projet pour le développement économiques et social. En décidant de porter le PDES sur les fonds baptismaux, nous poursuivons un double objectif : préserver les acquis obtenus de haute lutte par le peuple malien sous la direction éclairée du président de la République et œuvrer à pérenniser dans l’intérêt des générations futures les idéaux et valeurs qui fondent la vision politique de cet homme d’exception.

Dans cet ordre d’idées, je fais mienne, cette affirmation : «L’homme d’Etat, c’est celui qui a les yeux fixés sur les prochaines générations». L’action structurante du président de la république qui a fixé le cap ne se focalise pas sur des échéances  électorales aussi importantes soient-elles. Comme je l’ai souvent rappelé, pour nous, le bilan du Projet pour le développement économique et social constitue le socle de stabilité sur lequel nous construisons l’avenir politique du PDES.

Mesdames et messieurs;

Oui ! Nous sommes les portes drapeaux du projet pour le développement économique et social et notre action politique inspirée et confrontée par la vision d’ATT qui doit être pérennisée et sauvegardée. Ainsi, le Parti pour le développement économique et la solidarité a pour ambition de fédérer en ce moment crucial toutes les synergies d’actions autour du projet pour le développement économique et social, ce programme politique novateur qui transforme le visage du Mali. Oui ! Le Mali qui gagne, on le voit n’est plus un slogan de campagne, c’est aujourd’hui une réalité tangible qui matérialise l’ambition du  président pour le Mali.

Préserver les acquis, c’est pour nous soutenir le gouvernement afin qu’il maintienne le cap des politiques publiques menés dans le cadre de l’accès à l’électricité, à l’eau potable aux soins de santé, aux services sociaux de base, à l’éducation surtout au logement pour tous les maliens etc. C’est pour cette raison que nous devons nous dire chers amis, en ce jour, et ici, au moment où nous commençons cette grande et belle aventure, nous devons donner le meilleur de nous-mêmes pour être à hauteur de mission. En un mot, nous devons tout donner.

Oui ! Comme le dit fièrement notre credo tout pour le Mali. Tout pour ce pays qui mérite tout. Ce pays debout parmi les autres, cité en Afrique et dans le monde pour l’exemplarité de ses valeurs culturelles multiséculaires et sa démocratie jeune mais solide et dynamique. Oui ! Chers amis, c’est pour le Mali que nous créons le PDES car nous sommes le Mali.

Le mali des champs et des usines!

Le Mali des écoles !

Le Mali qui bouge et qui gagne malgré les difficultés de tous ordres !

Mesdames et messieurs ;

J’ai la ferme convection que nous relevons tous les défis avec sucées en faisant du PDES un rempart solide contre toutes les tentatives de remise en cause de ses acquis précieux et en demeurant des sentinelles vigilantes et sourcilleuses pour tout ce qui concerne la défense de l’intérêt général.

Mesdames et messieurs ;

L’autre objectif que nous poursuivons, avons-nous dit, c’est la pérennisation des idéaux et valeurs politiques du président de la République, pour l’avenir de notre pays et pour en faire un référentiel en matière de gouvernance démocratique. Le PDES nous semble précisément être un instrument idoine pour continuer à rassembler et à agir autour de ces valeurs, idéaux qui ont pour noms solidarité, équité, proximité avec les citoyens, choix de l’action concrète, volontarisme pour surmonter les épreuves, humanisme, tolérance et ouverture d’esprit.

A n’en pas douter, chacun d’entre nous a retrouvé en l’action politique du chef de l’Etat, ses valeurs et idéaux qui nous unissent.

A partir d’aujourd’hui, chaque jour qui passe est un teste de la capacité du PDES pour ancrer durablement dans le paysage politique notre pays de ce courant de pensée, et faire en sorte que sur le plan institutionnel, il soit dignement représenté. Vous ayant vus à l’œuvre tant au sein du Mouvement citoyen qu’au sein d’autres formations et organisations politiques, je suis convaincu que vous saurez relever cet autre défi aux différents niveaux de responsabilité qui sont désormais les vôtres au sein du PDES.

Je sais également que par votre engagement quotidien et par l’exemple que vous projetterez, vous aurez à cœur de donner à la politique sa réelle légitimité, sa valeur, sa dignité.

En effet, cette tâche relève d’abord et avant tout des leaders et militants que nous sommes et nous devons la mener en ayant conscience que c’est à ce prix seulement que le PDES pourra se forger rapidement une place au soleil, malgré sa jeunesse en devenant à l’horizon 2012 l’une des tout première force politique de notre pays. Au regard du potentiel humaine dont notre parti recèle, de l’expérience acquise par ses principaux animateurs sur le terrain, et de la force de notre engagement commun, je peux simplement dire ceci : «Il n’y a pas de vent contraire pour celui qui sait là où il va».

«Nous avons les moyens de réaliser cette ambition. Nous pouvons la réaliser».

Estimant que l’émiettement  des forces politiques contribue dangereusement à faiblir la démocratie, à discréditer le jeu politique, et à porter atteinte à la capacité de proposition et action des partis, nous saisissons l’opportunité qu’offre cette cérémonie pour lancer un appel fraternel à tous les parti politiques de la place, à initier avec nous toute forme de partenariat mutuellement avantagé, et pourquoi pas envisager avec nous toute forme d’union organique ou d’action.

Enfin, je ne saurai terminé, avant de renvoyer les nouveaux membres du comité exécutif national de PDES à l’exercice de leurs fonctions respectives, sans exprimer ma profonde gratitude aux délégations des partis amis, et en particulier, celles venus de l’extérieur, et mes chaleureuses félicitation a tous ceux qui ont participés à l’organisation de cette cérémonie.

Je vous remercie de votre attention.

Fait à Bamako,le 17 juillet 2010

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER