BUDGET D’ETAT : Qui détourne notre argent ?

0

De mémoire de Malien, notre pays n’a jamais reçu autant d’argent que sous la démocratie. Mais hélas ! Il sert à construire des villas, des immeubles, des hôtels, des écoles privées, à acheter des voitures de luxe, à aménager des fermes rurales et vergers. Il permet aussi  de créer des entreprises ou sociétés de transport ou d’agences de voyage et de préparer un exil pour nos dirigeants.

Dans un pays où le déficit budgétaire est devenu un phénomène structurel (Budget d’Etat 2007 : 903.544.817.000F CFA), où l’aide internationale représente 20% ( 310, 6 milliards par an) du PIB depuis au moins deux décennies et où près de 64% de la population vivent dans la misère, ou la dette extérieure avoisine 1719, 9 milliards, il est temps que le président de la République et ses ministres se ressaisissent pour mettre fin au détournement de deniers publics. Les marmites des Maliens de l’intérieur chauffent grâce à l’apport financier de ceux de l’extérieur, dont la contribution financière représente 36% dans le budget national.rn

Au Mali, l’argent de l’Etat et celui du président de la République sont confondus et la plupart de nos présidents, ministres ont le comportement de nos grands commerçants qui dépensent l’argent de leur commerce sans tenir une comptabilité. Le budget d’Etat, reparti entre les différents départements ministériels et les institutions de la République, une fois entre les mains des directions administratives et financières, sert d’argent de poche pour nos autorités. La règle n’est pas compliquée. Il faut bien connaître et maîtriser le B.A.B.A des finances publiques, spéculer sur les chapitres comptables.

rn

 Dans les pays d’Afrique, la référence identitaire n’est pas la nation mais la famille, le clan ou l’ethnie. La réalité du pouvoir est  entre les mains des princes du jour. Les finances publiques et celles des plus hautes autorités se confondent allègrement. Une rumeur publique assure que la fortune personnelle d’un ancien président du Mali est égale au budget de l’Etat malien.

rn

La faiblesse des régimes politiques pousse les dirigeants à accumuler le plus vite possible, et par tous les moyens, une fortune qu’ils s’empressent de mettre en sécurité à l’extérieur. Selon le Point, un journal français : les pays en voie de développement ont placé 250 milliards de dollars en Occident entre 1975 et 1985 dont 150 milliards pour la grosse tirelire de leurs dirigeants.

rn

Dans l’Essor du 19 Avril 1991, quelques chiffres ont été avancés.

rn

  l’ancien ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale a reconnu avoir détourné 165 millions en provenance des fonds de l’OMS.

rn

  le Général Sékou Ly reconnu avoir défalqué 500 millions sur le projet de  construction d’un marché moderne.

rn

 Docteur vétérinaire, ancien ministre des Affaires étrangères, aurait sur sa conscience 3 milliards de F CFA.

rn

  L’ex gouverneur du District de Bamako aurait placé 40 millions de francs CFA à Dakar.

rn

La France dispose d’un système de TRACFIN pour traquer les transactions douteuses.  Il s’agit d’un service du ministère des Finances qui incite les banques à faire des déclarations de soupçon’’ c”est-à-dire à déclarer aux finances  les dépôts, versements ou autres mouvements qui leur paraissent suspects. L’ancien ministre de la transition Abdoulaye Camara aurait détourné plus d’un milliard de Francs CFA en France. Il a été dénoncé par sa banque.

rn

Selon toujours les mêmes sources, la période transitoire aurait été ponctuée de scandales financiers : l’affaire du trésor avec un montant de 6 milliards partis dans les poches des commerçants et cadres de l’administration.

rn

Elle aurait fait des propriétaires fonciers et son lot de petits milliardaires. On raconte, hormis le président de la République, son Premier ministre et la ministre du Développement Rural du gouvernement de la transition, tous les autres membres auraient un appartement à l’extérieur du Mali.

rn

            Outre les Français, les Américains disposent d’un moyen de contrôle très efficace pour traquer les Kleptocrates. On se rappelle d’un rapport, intitulé les lignes de travail dans la lutte contre la corruption, qui a épinglé 21 milliardaires de la démocratie dans lequel figuraient le nom de l’ex président de la République et les barons de son parti. Pendant cette période, les placements de fonds dans les banques étrangères s’élèveraient à 200 milliards (à peu près l’équivalent du budget de l’Education Nationale). Un trésor amassé sur la sueur des Maliens, constitue aujourd’hui une menace sur la démocratie.

rn

            Le militaire ATT président de la République la ‘’bouffe de l’argent de l’Etat’’ continue son chemin avec des tournures inquiétantes qui défrayent la chronique. Le Mali occupe le 174e rang sur 177 pays classés par le PNUD en matière de développement.

rn

De la Voyoucratie à la Kleptocratie

rn

Les régimes africains sont calqués sur le modèle politique du pays colonisateur. Or l’héritage légué par la France au Mali n’est pas le meilleur à exploiter. Et pour cause il n’existe pas une tradition Etatique. C’est en 1960 que fut institué le conseil des ministres. En fait l’Administration malienne est calquée sur celle des Etat occidentaux où le pouvoir est entre les mains des princes. Si on se réfère aux dires de Jean Ziegler ‘’ L’occident a installé des Etats voyous en Afrique avec à la clé des régimes kleptocratiques. Celui du Général Amadou Toumani Touré n’échappe pas au vol,  aux détournements directs ou indirects de fonds publics.

rn

D’après le livre ATT-cratie de 2002 à 2005, le Mali  a 15 nouveaux milliardaires.

rn

Le nouveau riche

rn

A quelques encablures de l’élection présidentielle d’Avril 2007, le président de la République égrène son chapelet de marabout (puisqu’il est Touré !) partout où il passe c’est pour inaugurer des infrastructures. Et cela à coup de milliards. L’ultime question qui revient sur  la bouche c’est la provenance de ses milliards. Pourtant ATT dans sa déclaration de biens n’avait pas dans son compte 1 milliard de F CFA. Le budget de la présidence de la République s’élève à 11.244.452.000 F CFA pour l’année 2007 comprend 40 volets.

rn

Cependant nulle part dans le budget de la présidence, il n’est pris en compte  le financement des nouvelles infrastructures : l’hôpital de Sikasso dont le montant est estimer à 6 milliards de nos francs. Le délai d’exécution des travaux est effectué par une entreprise chinoise.

rn

La construction du tronçon San-Tominian, long de 12,5Km, est financé par la Banque Islamique de Développement (BID) de même que les périmètres irriguées de Maninkoura d’un coût total de 5,8 milliards de la BID et 12 millions de nos Francs.

rn

Le Mali est l’un des pays les plus pauvres du monde mais aussi un des pays où les cadres sont riches.

rn

 Les routes sont mauvaises ou inexistantes, l’eau potable est une denrée rare. Chez ATT, un enfant sur trois meurt avant l’âge de cinq ans. Un diplômé des écoles supérieures ne sait pas rédiger une phrase correcte.

rnAmy Sanogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER