Les 5 ans d’ATT : Un ancien ministre rompt le silence !

0

…Comment ne pas être irrité par le spectacle affligeant qu’offre aujourd’hui l’ORTM aux téléspectateurs ! L’essentiel du contenu du journal parlé est régulièrement consacré au candidat ATT et à ses partisans, à leurs moindres faits et gestes. Même les traditionnelles émissions « Top Etoiles », « Samedi Loisirs » et En toutes Lettres » n’échappent pas à cette « ATTmania ». L’ORTM changerait aujourd’hui son fameux slogan « La passion du service public » en « La passion de ATT « que personne n’ y verra aucune différence !…

Mesdames, messieurs les membres du Comité Directeur,

Mesdames, Messieurs les invités,

Camarades militants,

Je me réjouis particulièrement de la décision du Parti de présenter un candidat à l’élection présidentielle de cette année. Une telle décision est naturellement celle à laquelle on s’attendait d’un parti sérieux et crédible tel que le nôtre. Je ne suis pas non plus surpris par le choix porté sur le Président Tiébilé Dramé. Il est l’homme de la situation, le président dont le Mali a aujourd’hui besoin : intelligent, droit, intègre, combatif, rigoureux, loyal.

On ne peut plus rêver à meilleur dirigeant pour le Mali d’aujourd’hui.

Le Mali d’aujourd’hui, c’est le Mali de toutes les incertitudes, le Mali d’aujourd’hui, c’est le Mali des occasions ratées, le Mali d’aujourd’hui, c’est le Mali des espoirs déçus.

Mesdames, Messieurs,

La situation actuelle de notre pays est périlleuse :

· Jamais dans notre pays, la pauvreté n’a atteint une telle proportion !

· Jamais dans notre pays, la jeunesse ne s’est sentie aussi désorientée, sans réelle perspective d’avenir, nonobstant tout le tintamarre et le folklore orchestrés autour de la question cruciale de l’emploi. La réalité, la dure réalité est tout autre car vécue par les jeunes dans leurs chairs. Des milieux de jeunes n’ont plus d’autres choix que de tenter l’aventure vers d’autres horizons à travers le Sahara ou sur la mer dans des embarcations de fortune.

· Jamais dans notre pays, la corruption, la délinquance financière, la dilapidation des deniers publics, le trafic d’influence n’ont atteint un tel degré.

Là aussi, la volonté proclamée par les autorités actuelles de lutter contre ces maux qui gangrènent notre économie, ne dépasse guère le discours et les rares tentatives, déclenchées (pour les besoins de la cause) sont menées de façon sélective. Les rapports de vérification et de contrôle sont traités selon la tête du client (qu’il soit membre ou proche du mouvement citoyen ou d’un autre bord que le prince).

Ainsi, il n’est pas rare de voir nombreux dirigeants d’entreprises d’Etat ou de structures administratives responsables de gestion indélicate de deniers publics, se révéler être militants du mouvement citoyen ou promoteurs zélés de clubs et autres comités de soutien à ATT. Là, c’est l’impunité assurée.

Pendant ce temps, d’honnêtes cadres dont le seul crime est le refus sans concession de faire la courbette, de cirer les bottes du prince, sont objets de toutes sortes de cabales, d’acharnement, de tentatives d’humiliation et de chantage. Mon cher ami Tiébilé, mon Dieu qu’ils ne te connaissent pas, sinon ils se rendraient compte que n’est pas encore né celui qui te ferait plier l’échine ! Au Parena, nous sommes des gens humbles mais avec un sens aigu de l’honneur, de la dignité et de la loyauté. Pour nous au Parena, il y a de la morale en politique. Fort heureusement.

· Oui, mesdames, messieurs, jamais dans notre pays, les cadres n’ont été autant marginalisés, discriminés, folklorisés, soumis à de vifs chantages ; le critère essentiel de promotion semblant être, encore là, l’appartenance au mouvement citoyen ou le parrainage de l’entourage familial du Président de la république. Au détriment de la compétence et de l’intégrité morale.

· Jamais dans notre pays, l’autorité de l’Etat n’a été autant bafouée.

· Que dire de la situation de l’école !

Honorables invités,

Mesdames, Messieurs,

Comment ne pas être irrité par le spectacle affligeant qu’offre aujourd’hui l’ORTM aux téléspectateurs ! L’essentiel du contenu du journal parlé est régulièrement consacré au candidat ATT et à ses partisans, à leurs moindres faits et gestes. Même les traditionnelles émissions « Top Etoiles », « Samedi Loisirs » et En toutes Lettres » n’échappent pas à cette « ATTmania ». L’ORTM changerait aujourd’hui son fameux slogan « La passion du service public » en « La passion de ATT « que personne n’ y verra aucune différence !

Ce service public, notre bien à tous, dont l’ensemble du personnel, du Directeur Général au dernier agent, sont payés par l’argent public, apparaît aujourd’hui comme une vulgaire officine de propagande au service exclusif du prince du jour, de sa famille, de son entourage, de laudateurs dont la principale motivation est de pouvoir entrer ou rester dans les graces du régime.

L’ortm est aujourd’hui, de par sa gestion inéquitable de l’information et de son parti pris flagrant, une menace certaine pour la démocratie, la cohésion nationale et la paix sociale. Cette situation n’est pas acceptable et ne sera pas acceptée.

C’est pourquoi les dirigeants de l’ORTM doivent corriger le tir en se départant du zèle, du parti pris, sinon ils courent le risque de se voir couvrir d’opprobre, de mépris par les maliens.

Mesdames, messieurs,

Face à ce tableau sombre :

– des hommes et des femmes debout,
– des hommes et des femmes déterminés,
– des hommes et des femmes qui aiment le mali et ont souci de son devenir et de l’avenir de ses enfants,
– des hommes et des femmes qui ont dédié leur vie au mali.

Ces hommes et ces femmes là, ont décidé de se battre pour faire renaître l’espoir, faire en sorte que notre pays aille mieux qu’aujourd’hui, soit mieux géré.

Ils se sont battus, en son temps, pour l’avènement de la démocratie dans notre pays. N’en déplaise aux thuriféraires qui tentent de faire passer un homme comme le seul acteur de l’avènement de cette démocratie. Nous aussi, nous sommes des acteurs majeurs. Nous le revendiquons sans aucun complexe avec d’autres du mouvement démocratique, de la société civile et des syndicats de travailleurs et d’élèves et étudiants.

Tous ceux qui sont déçus par la situation actuelle, et qui pensent que le mali mérite mieux, sont les bienvenus en nos rangs pour assurer l’alternance cette année.

Oui, mes chers camarades et chers amis !*

Je voudrais terminer mes propos par un appel pressant aux jeunes, à mes chers camarades jeunes : prenons notre destin en main.

Je vous remercie.

* Le discours est suivi de l’hymne du Parena en Bambara

Commentaires via Facebook :

PARTAGER