Gouvernance du pays : L’option qui s’offre à IBK pour sauver la République !

12

Environ un million de personnes ont répondu, le vendredi 05 juin 2020, ‘’oui’’ à l’appel de l’imam Mahmoud Dicko et alliés au monument de l’Indépendance. La réussite de ce rassemblement pourtant controversé s’explique, au-delà du poids de mobilisation de ses organisateurs, par la colère de la plupart des Maliens envers le pouvoir en place qui peine à respecter ses promesses de campagne. La passion est sur le point de dominer la raison de pas mal de citoyens qui ne voient comme solution que « la démission » du président de la République. Faut-il négliger le combat de ces citoyens ? Non. Une seule solution s’impose à IBK pour sauver son régime et la République en même temps : écouter le cri de cœur des Maliens et changer la façon de gouverner le pays.

Le Mali est malade et se trouve d’ailleurs dans un état critique. La colère des citoyens se sent partout, dans les mots comme dans les pratiques. Les secteurs clés du pays : Éducation, Santé, Sécurité… sont paralysées. La corruption, la mauvaise gouvernance, l’extravagance dans laquelle vivent certains proches du régime, le chômage, les difficultés d’accès à l’eau et à l’électricité, l’insécurité alimentaire… grossissent chaque jour le lot des révolutionnaires circonstanciels. Les enseignants, victimes de la violation de l’article 39 de leur statut particulier, et les frustrés des élections législatives dernières aussi. Chacun de ces mécontents ne veut plus d’IBK et de son régime.

L’union des forces entre la CMAS, le FSD et l’EMK, un coup dur pour le régime IBK !

Si après la démission forcée de l’ancien premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga et la formation du Gouvernement Boubou Cissé, le régime IBK a été renforcé, car ayant récupéré certains opposants radicaux, il vient d’être fragilisé. Oui, l’union des forces entre la CMAS de Mahmoud Dicko, un mouvement politico-religieux qui bénéficie, de nos jours, de la confiance de bon nombre de Maliens ; le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie qui regroupe la plupart des partis politiques de l’opposition, dont l’URD de Soumaila Cissé ; et le mouvement Espoir Mali Kura regroupant des formations politiques et associations de la société civile, jouera, sans nul doute, sur le régime IBK.

En effet, chacun de ces mouvements a des capacités de mobilisation inestimables. Mieux, ils dénoncent tous les mêmes maux : la gestion « catastrophique » de la crise multidimensionnelle ; les atteintes à la souveraineté et à l’intégrité du territoire du pays ; la généralisation de l’insécurité partout dans le pays ; la corruption, la mal gouvernance, le gâchis financier au détriment des paysans et secteurs privés ; la destruction des services sociaux de base (éducation, santé l’électricité, l’eau, les infrastructures) ; l’appauvrissement croissant des populations ; les atteintes aux valeurs et principes de la République ; le péril des droits et libertés individuels et collectifs des citoyens ; l’impasse d’une voie électorale hypothéquée. Tous ces maux sont une réalité aujourd’hui. Ils ont donc facilement l’adhésion des Maliens à leur combat. Tous les autres frustrés, ceux qui ont des comptes à régler avec IBK ou son régime, ont vite rejoint le bateau de ces trois organisations.

Le vendredi dernier, ils ont pu mobiliser des dizaines de milliers de personnes venues de partout à travers le pays. Certains ont même passé la nuit au monument de l’Indépendance. Tous les opposants se sont retrouvés et même certains soutiens d’IBK sont entrés dans la danse.

Aujourd’hui, que l’on veuille ou pas, ces organisateurs du rassemblement du 5 juin 2020 peuvent faire trembler le régime. Ils le font d’ailleurs.

IBK condamné d’écouter tout le monde

Le président de la République doit, après le rassemblement du vendredi, reconnaitre la force de ces trois organisations. Ses proches doivent lui dire cette vérité. La première erreur qu’IBK doit éviter, c’est de négliger ces mouvements, leurs réclamations comme certains de ses soutiens le font d’ailleurs. Nul ne peut nier le malaise social aujourd’hui. Il doit tout faire pour sauver son régime, mais aussi la République qui est en danger. Pour cela, il est contraint, malgré son pouvoir, d’écouter tout le monde, les acteurs du rassemblement du 05 juin surtout. S’il faut un autre dialogue différent du DNI, pourquoi ne pas le faire ? Qu’IBK n’écoute aucun de ses proches opportunistes qui le déconseille de dialoguer avec Dicko et alliés. Aussi, il est important qu’il cherche à changer sa façon de gérer le pays : le clanisme, la corruption, le laisser-aller…

Avec les enseignants et d’autres travailleurs victimes de la violation de loi, que l’État engage le dialogue. C’est uniquement dans ces conditions qu’IBK pourra non seulement sauver son régime, mais aussi la République.

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Ce n‘est pas les manifestations du peuple qui dérangent car le droit de marche est normal mais ce qui est dérangeant c est que ce soient eux qui sont en tête à vouloir se servir de ce peule qui les suit aveuglément alors qu’ils les manipulent
    C est cela qui est dommage !

  2. Vous le dites vous même Soumeylou Boubeye était la bête noire de ces opportunistes car représentant un frein à leurs intérêts et pour la paix la stabilité le pouvoir a accepté leurs doléances mais c était une erreur monumentale
    Pour apaiser le pays il a aussi formé un gouvernement d ‘union nationale en faisant entrer des membres de l ´opposition mais évidemment ça ne les suffit car leurs souhaits c est qu ‘eux, ceux là même qui appellent à la démission du président rentrent dans le gouvernement.
    Et tant que ce ne sera pas le cas ils n arrêteront pas de souffler le chaud quitte à amener le Mali vers le Chaos
    C est avéré quand tu donnes la
    Main on veut te prendre par l épaule
    Regardez seulement la composition des personnes à la tête de ces manifestations
    Aigris parcequ ils ne font plus partie du gouvernement mais quand ils y étaient ils n ont rien dit car tout allait bien pour eux
    Mahmoudou Dicko qui en son temps a aussi bien jouit des largesses à travers son statut et la similitude chez eux tous c est qu ils commencent tous à vociférer quand leurs sauces se versent
    Qu’on m ‘ explique comment un imam a de quartier Badalabougou peut aujourd’hui être à l ‘aise dans des voitures de luxes et j en passe
    Il a acquis ses biens comment

    Bathily
    Ex ministre gouvernement Ibk
    Moutaga tall ex ministre Ibk
    Choguel MAIGA
    Et j en passe tellement la liste est longue
    Pensez un peu au Mali Pitié

  3. Je ne sais pas d’où sort ce journaliste ce chiffre énorme d’un million de personnes ayant manifesté.

    Numériquement, je crois que les manifestants n’ont pas dépassé le nombre de quelques milliers.

    Politiquement, je crois que la manifestation, dans les conditions dans lesquelles elle a été organisée, est un échec.

    On en saura plus dans les prochains jours.

    • L incompétent et le plus ridicule de tout les présidents maliens malmené par des gamins, acculé par ceux l impose aux maliens. ils sème la terreur aux pauvres innocents avec sa police politique. Si le ridicule ne tue!

  4. Proposition de sortie de crise politique au Mali

    La crise politique qui grandit à bamako est l’épilogue de la manifestation d’une hydre qui a élu domicile au pays de Modibo Keita depuis 2012.

    Elle englobe une crise sécessionniste touareg au nord plus une crise trafico-djihadistes au nord et au centre et une crise de confiance populaire à l’égard des régimes politiques dans tout le pays.

    A l’issue d’un dialogue national qui se voyait « inclusif » les élections législatives qui devraient remettre la légitimité au service du pays ont échoué à cause de l’immixtion grave de la cour constitutionnelle dans la qualification des résultats des urnes et ont encore sapé la confiance des masses populaires au régime d’IBK en place.

    Dans cette situation seul le retour de la confiance à la chose politique peut résoudre simultanément ces 3 composantes de la crise malienne.

    Les forces étrangères dans le pays ne sont pas inutiles à court terme mais seule une vraie solution politique entre maliens peut réellement stabiliser le pays du nord au sud en passant par le centre.

    Au vu de la défiance envers le pouvoir d’IBK incarnée par la manifestation géante du 5 juin 2020 à Bamako, je propose ce qui suit:

    1. Concertation entre tous les partisans de la démission du président IBK pour chercher une solution constitutionnelle à la double démission du président IBK et de président Moussa Timbiné et d’en informer la communauté internationale à travers le conseil de sécurité de l’ONU et obtenir de manière concertée ces deux démissions auprès des deux personnes concernées.
    2. Cette double démission d’IBK et Moussa Timbiné, consacrera un vide constitutionnel inédit qui permettra de rendre caduque la constitution de février 1992 dans sa version actuelle.
    3. Après constatation par acte d’huissiers de justice de ce vide constitutionnel, il faut que le gouvernement de Boubou Cissé en accord avec toutes les forces vives de la nation (de Kayes à Kidal) convoque une CONFÉRENCE NATIONALE pour statuer sur des AMENDEMENTS de la constitution de 1992 à soumettre par référendum aux maliens et se serra l’occasion pour corriger la mainmise constitutionnelle de la cour constitutionnelle sur les processus électoraux au Mali, de trancher la question de Kidal et des régions nord du pays, de constitutionnaliser la gestion de l’armée, de constitutionnaliser la lutte contre la corruption; d’inscrire dans la constitution comme « crime imprescriptible contre la nation malienne » la corruption des présidents de la république, des juges, des hauts fonctionnaires, et des membres du gouvernement et des députés du pays; de qualifier de droits inaliénables du peuple malien: l’éducation, la santé et la sécurité.
    4. Pendant le vide constitutionnel, laisser le gouvernement de Boubou Cissé, et l’assemblée nationale actuelle sans Moussa Timbiné, gérer les affaires courantes jusqu’à aux élections référendaires pour les amendements de la constitution du Mali (pas de nouvelle république ni de nouvelle constitution mais une constitution amendée comme aux USA) et aux élections présidentielles anticipées et législatives anticipées pour tous les députés actuels dont l’élection est due à une modification sans raison valable des résultats des urnes d’avril et mai 2020 présentés par le ministère de l’administration territoriale par la cour constitutionnelle de Manassa.
    5. Mais ce n’est pas un blanc seing pour Boubou Cissé car son gouvernement serait contrôlé jour et nuit par un pool de juristes et d’auditeurs qu’il faut constituer auprès du bureau du vérificateur général pour contrôler et vérifier tout contrat, tout matériel public, tout marché public, toute dépense publique, et toute recette publique, signé, octroyé et géré par le gouvernement de Boubou Cissé avant l’élection du nouveau président.
    6. En procédant ainsi, personne ne pourra parler de coup d’état au Mali car le régime IBK aura continué mais sans IBK et son Moussa Timbiné dans la transition du Mali vers une constitution de 1992 amendée qui corrigera les faiblesses de celle de 1992 d’origine et le Mali n’aura pas à subir de sanctions internationales ni de blocus des pays de la CEDEAO ni de suspension des aides des bailleurs de fonds, ni de suspension de la coopération internationale ou bilatérale militaire ou autre, ni de coupure dans la chaîne de commandement de l’armée aux fronts nord et centre du pays.

    Salute

    Sdssdfghjkk
    Mmvvhjfdss
    Ghhhgghhghhjkk

  5. je reflechis a une seule chose, les maliens ont voter a 2 reprises pour donner a ibk la fonction supreme car ils ont confiances en lui. pourquoi ne pas respectez ce choix simple? c’est la democratie c’est tout idiot

  6. ARRETEZ AVEC VOS RIDICULES TENTEATIVES DE TERREUR ! LE PEUPLE LE VRAI IL SOUTIENS LE GOUVERNEMEMT. LE VRAI PEUPLE NE SOUTIENS PAS DICKO L’IDIOT UTILE AMIS DES CORROMPUS

  7. Une seule solution s’impose au mali pour sauver notre pays et et la République en même temps : écouter les maliens, les maliens soutiennent de tout coeur notre president

    • L incompétent et le plus ridicule de tout les présidents maliens malmené par des gamins, acculé par ceux l impose aux maliens. ils sème la terreur aux pauvres innocents avec sa police politique. Si le ridicule ne tue!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here