Qui sont les nouveaux ministres ? (2)

0

Ibrahim Ikassa Maïga, ministre de la refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions

Né le 5 février 1971 à Tondibi dans le cercle de Bourem-Foghass, Ibrahim Ikassa Maïga fait son enfance à Sévaré dans la Région de Mopti où s’installe sa famille. Il y effectue ses études fondamentales et secondaires et obtient le Bac en langues et littérature en 1991.

Orienté à l’Ecole Nationale d’Administration de Bamako – Promotion « Feu Tiémoko Diatigui Diarra », il obtient sa maîtrise en sciences juridiques en juin 1996, puis un diplôme de 3e cycle en Droit économique international obtenu à la Faculté de droit et sciences politiques de l’Université de Ouagadougou au Burkina Faso.

De retour au Mali, il commence immédiatement par une carrière d’enseignant dans son établissement supérieur d’origine au Mali, érigé entre-temps en Faculté de sciences juridiques et économiques de l’Université de Bamako, et dans plusieurs autres établissements d’enseignement privés de la capitale.

Parallèlement, Ibrahim Ikassa Maïga travaille pour la présidence de la République du Mali en qualité de chargé de mission au cabinet du conseiller chargé de l’Analyse, de la Synthèse et de la Prospective juridiques, politico-administratives et économiques (DAS), puis de juriste à la BNDA-Mali et de responsable juridique à Ecobank-Mali, et enfin comme coordonnateur de la gestion des ressources humaines pour le Groupe sud-africain BME-OMNIA pour la Zone Afrique de l’Ouest.

Très actif dans le domaine associatif depuis sa tendre jeunesse, Ibrahim Ikassa entre plus tard en politique et milite à l’Union pour la République et la Démocratie (URD) où il siège au Secrétariat chargé de la Justice et des Institutions au sein du Bureau Exécutif National dudit Parti.

Elu au Conseil municipal de la Commune de Taboye (Bourem/Gao) depuis 2016, il se porte candidat au scrutin législatif de la circonscription de Bourem de mars 2020, où il perd l’élection.

Dans la foulée, il participe à la création du mouvement Espoir Mali Koura (EMK) et du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), où il siège au sein du Comité stratégique comme Coordinateur national et porte-parole.

Marié, père de sept enfants (trois garçons et quatre filles), Ibrahim Ikassa Maïga communément appelé Ikassa, du prénom de feu son père, parle parfaitement le français, le songhay et le bambara et moyennement l’anglais avec des rudiments de peulh et d’arabe.

Il aime la lecture, la télévision, le cinéma, la musique, la marche et le voyage.

Mme Wadidié Founè Coulibaly, ministre de la promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille

Détentrice d’un master en gestion des entreprises et administration, Founé Wadidié travaillait, jusqu’à sa nomination à ce poste, à la Canam en tant qu’inspecteur de sécurité sociale. Connue pour ses qualités d’activiste, la désormais ministre en charge de la promotion féminine militait aussi au sein du comité syndical de la Caisse nationale d’assurance maladie, au poste de secrétaire aux relations extérieures. Elle était également membre de la section SAG Syntagme, en qualité de Secrétaire chargée des relations féminines.

Auparavant, avant d’intégrer la Canam, Founè Wadidié a servi, de 2010 à 2011, à WAMACOM Équipement SARL, où elle était employée comme gestionnaire administrative et financière, chargée, entre autres, de coordonner » les achats fournisseurs, les suivis-produit « et la satisfaction de la clientèle. Elle a aussi travaillé comme bénévole à la Croix-Rouge Internationale, à Paris, en 2009, et également à la mairie de Paris, auprès du Secrétaire à la Jeunesse comme stagiaire. Elle fera valoir ses compétences aussi à l’Auberge Notre Dame de Paris, en qualité de gestionnaire administrative et financière, de 2008 jusqu’en 2010, année au cours de laquelle elle va effectuer une formation au centre d’analyse stratégique de Toulouse sur l’orientation de l’aide au développement en Afrique.

Aussi, Mme Wadidié Founè Coulibaly a aussi pris part, en août 2019, à la formation sur la pratique de l’audit et du bilan social, procédures de description des postes et de gestion prévisionnelle des emplois et des carrières, au compte de la Canam, à la formation sur les dispositions pratiques lors des passations de marchés, de contrats et de recrutement de personnel.

Rappelons que Mme WADIDIE Founè Coulibaly est un membre actif du mouvement « Trop c’est trop », porte-parole du mouvement « Debout sur les remparts » et de « On a tout compris ».

Elle est également membre du mouvement » Antè abana « et du comité directeur du Mouvement Démocratique Populaire (MDP). Assistante du Directeur de campagne de l’URD, lors de l’élection présidentielle de 2018, Mme Coulibaly a aussi pris part, en tant que candidate, aux législatives de 2020, en Commune V.

Modibo Koné, ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable

Né à Markala le 17 septembre 1958, Modibo Koné est diplômé de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs (ENI) de Bamako. Outre ce diplôme d’ingénieur des sciences appliquées obtenu en 1983, le ministre de l’environnement a  entre autres un diplôme d’études approfondies (DEA) en Hydraulique Agricole de l’Ecole Inter-Etats d’Ingénieurs et d’Equipement Rural de Ouagadougou, un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en gestion des entreprises, spécialité management des projets de développement du CESAG de Dakar et un certificat en évaluation de projets d’infrastructures de la célèbre Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris.

De 1985 à février 1995, il sert à l’Office du Niger avant d’intégrer la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD).

De 1995 à 2015, il est entre autres responsable-superviseur de 25 projets, au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Togo ; chargé de suivi des projets à la division des infrastructures et de l’énergie ; Chef de la Mission Résidente de la BOAD au Sénégal et en Guinée Bissau, Directeur du développement rural et des infrastructures puis Directeur des opérations de la BOAD.

Spécialiste financier et Expert en Développement Rural, il prend en 2015 les commandes de la Compagnies de développement du textile (CMDT) avant de retourner à la BOAD.

En 2018, Modibo Koné fonde le Mouvement Mali Kanu et se porte candidat à l’élection du Président de la République. Arrivé 7ème sur 24 candidat avec 72 941 voix soit 2,29%, il appelle à voter pour le président IBK au second tour. Par la suite, le Mouvement Mali Kanu devient une formation politique. Et Modibo Koné s’engage au sein du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces patriotiques (M5-RFP).

 

Mme Diawara Aoua Paul Diallo, ministre du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue social

Mme Diawara Aoua Paul Diallo est une brillante administratrice en développement économique et social.

Elle titulaire d’une maîtrise en Administration Publique à l’École Nationale d’Administration du Mali, ENA en 1978.  En 1984 Mme Diawara Aoua Paul Diawara obtient un Certificat en « Séminaire Francophone en Management du Développement » à l’Université de Pittsburgh, USA. Puis 1985 en « Management Communication for Development », à Washington DC, USA.

Et 1986 sur base de sélection dans le cadre du financement USAID du programme ‘Leadership Development Training Programme elle eut un Master en affaires publique et internationales option Développement Économique et Social à l’Université de Pittsburgh, Pennsylvania, USA.

Pour parfaire sa formation Professionnelle Mme Diawara Participe à plusieurs formations entre 2002 et 2009 dont les plus importantes sont :

– Un atelier sur les compétences de Coordination et de leadership de l’Équipe Pays des Nations Unies, à Turin, en Italie ;

– Des réunions Régionales de Management, avec des sessions de développement de capacités

Elle développe également ses Compétences en Management de Programme de Développement, Négociation et Conversations Difficiles

– Genre et VIH sont des notions qui sont pas en reste chez Mme Diawara;

– Et pour « Writing Effectively for UNAIDS », en 2003 en ligne avec COL University, New York, USA, sanctionné par un Certificat en élaboration de rapport en anglais (report Writing).

Atelier de formation des « Learning Manager » dans le cadre de « UNDP change programme », en 2002 à Kuala Lumpur en Malaisie. Pour ne citer que celles-là.

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

Mme Diawara Aoua Paul Diallo dispose d’une large gamme d’expériences dans l’élaboration de politiques, la planification, programmation, l’organisation, la direction, la coordination, le suivi-évaluation portant sur les secteurs sociaux (gouvernance sociale) y compris les expériences des pays en crise et post-crise (Mauritanie dans les années 90, Congo Brazzaville avant et après la crise, Côte d’Ivoire et d’autres pays dans le cadre des initiatives sous régionales.

Membre du Security Management Team des Nations Unies dans les deux pays, qui est l’espace où sont discutées les questions de sécurité ; mais également membre du COMITE INTER-AGENCES DE COORDINATION HUMANITAIRE, l’espace pour discuter et apporter une réponse aux problèmes humanitaires occasionnés par la crise.

Fonctionnaire de l’État De 1978 à 1983 elle occupe le poste de Chef du Personnel/gestion des ressources humaines au Ministère de l’Industrie sis Direction Nationale de la Géologie et des Mines. De 1986 à 1992 Mme Diawara Aoua Paul est Fonctionnaire national de l’OMS.

De 1992 à 1994 elle est administrateur Technique International du Programme National de Lutte contre le SIDA, Organisation Mondiale de la Santé, Mauritanie. De Février 1996 à septembre 2002 Analyste de Programme au PNUD/Mali chargée de la Gouvernance Sociale (Éducation, Santé, VIH/SIDA, etc.)

Administrateur Technique International au Bureau Régional de l’Organisation Mondiale de la Santé de 1994 à 1995, Brazzaville, Mme Diawara était Coordonnateur ONUSIDA d’Octobre 2002 à Septembre 2005 toujours pour la République du Congo. D’Octobre 2005 à Décembre 2009, elle fut Coordonnateur ONUSIDA en Côte d’Ivoire. De Janvier 2010 à Mars 2011, elle est Chef D’Équipe, de l’Unité de Coordination Pays, à Genève. Et enfin depuis 2011 à nos jours elle est restée Consultante et Promotrice d’école.

Mme Diawara Aoua Paul Diallo est une pépite en matière de compétences professionnelles. Elle s’y connaît en Gouvernance sociale, en Management des programmes des secteurs sociaux (Éducation, santé, VIH/sida) ; en Planification, formulation/élaboration et suivi et évaluation : elle a notamment participé à l’élaboration de politiques et programmes, planification stratégique et élaboration de plans régionaux/ou départementaux et sectoriels, et des projets conjoints d’appui des partenaires techniques et financiers à la mise en œuvre du programme national ; intégration du volet VIH dans les instruments humanitaires ;

Mme Diawara est une mine dans le domaine de Suivi et évaluation de la mise en œuvre des plans stratégiques, des programmes et projets ; facilitation des revues participatives régulières (annuelle), des revues à mi-parcours, des revues externes et d’évaluation finale ;

Mais également en Coordination des différents intervenants et interventions en vue d’une maximisation des appuis et une utilisation efficiente et efficace des ressources techniques, financières et matérielles ; facilitation du travail d’équipe.

Le Développement institutionnel, mobilisation des ressources ainsi que la Participation à l’élaboration de programme de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion des anciens combattants en Côte d’Ivoire : volet VIH, n’ont aucun secret pour Mme Diawara Aoua Paul. Tant de compétences parmi d’autres.

À 68 ans, Mme Diawara Aoua Paul Diallo s’exprime parfaitement en Bambara, Français, et en Anglais

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here