L’APRES-MEETING DE L’ASMA TENDU A L’UDD : Tièman, le fils de Moussa Balla Coulibaly, menacé de sanction

0

                Le meeting organisé par l’Association des Amis de Soumeylou Boubèye Maïga (ASMA) le samedi dernier au Centre International de Conférences de Bamako provoque des remous au sein de certains partis politiques. C’est le cas de l’Union pour la Démocratie et le Développement. Car son secrétaire général, Tièman Coulibaly a lu le discours introductif du meeting. Ce comportement étant perçu comme un acte d’indiscipline par l’UDD, la direction nationale de ce part menace de prendre des sanctions contre le fils du président fondateur Moussa Balla Coulibaly devenu subitement un fantassin de Soumeylou.

                Le moins qu’on puisse dire, c’est que Tièman Coulibaly est, on ne peut plus turbulent à l’UDD. Pressenti pour succéder à son père à la tête du parti quand celui-ci décida de se rétirer volontairement de la scène politique (une façon de fonder la dynastie des Coulibaly à l’UDD ?), le jeune Tièman Coulibaly a du mal à émerger.

Pourtant, en poussant vers la sortie, Younouss Hamèye Dicko (qui fut obligé d’aller créer le RDS), des observateurs avaient vite conclu que Moussa Balla Coulibaly préparait le chemin pour l’ascension de son fils. Car l’élection de Me Hassane Barry, président du parti était perçue comme une mise en scène. Puisqu’ils étaient nombreux à dire que l’avocat serait manipulable, taillable et corvéable à merci par le jeune Coulibaly.

                Malheureusement, les ambitions de Tièman Coulibaly sont loin de se réaliser. Tous les coups fourrés tentés dans ce sens sont soldés pour le moment par des échecs. Or, avec le retrait de son père, il devrait être investi de la mission de contrôler, redynamiser l’UDD pour qu’il reste un outil capable de sauvegarder les intérêts politiques du président fondateur sous le règne d’ATT.

                En tout cas, cela ne paraît pas surprenant pour qui connaît le rôle joué par Moussa Balla Coulibaly sous Alpha Oumar Konaré. N’est-ce pas qu’il est en train de profiter des dividendes de cette collaboration politique à la présidence du Conseil Economique, Social et Culturel, un poste qu’il doit à Konaré ?

                Mais, comme Tièman Coulibaly a du mal à s’affirmer à l’UDD, il donne l’impression de vouloir changer de fusil d’épaule, en allant militer dans une association, mais pas n’importe laquelle, car il est un responsable actif de l’ASMA. A croire qu’il y a une connexion entre le parrain de cette association et le fils du vieux renard politique de l’ère démocratique au Mali. En tout cas, le rôle joué par Tièman lors du meeting du samedi dernier peut en dire long sur une telle possibilité. 

                Sinon, lors du meeting des Amis de Soumeylou Boubèye Maïga, 1er vice-président de l’ADEMA-PASJ, les observateurs ont été surpris de constater que c’est Tièman Coulibaly, secrétaire général de l’UDD qui était chargé de lire le discours introductif. Un rôle qu’il a bien joué en harenguant la foule. A peine si le secrétaire général de l’UDD n’a pas été plus applaudi que Soumeylou. Comme s’il avait envie de ravir la vedette à ce dernier alors qu’il est son fantassin.

                Ce qui est sûr, le fils de Moussa Balla Coulibaly a séduit avec son réquisitoire contre le pouvoir. Ces propos ont frôlé l’indiscipline lorsqu’il dit: “Devant un tel rassemblement, à l’apparence hétéroclite, mais en réalité homogène, sachez que les mots me viennent facilement dans la mesure où ce que je dirai ne sera ni plus ni moins que ce que nous pensons tous et que chacun voudrait dire à l’autre. Venant d’horizons divers, appartenant souvent à des formations politiques différentes, nous nous retrouvons autour d’idées simples qui ont pour nom : la Liberté, la Solidarité, et l’Unité. Ayant connu des parcours différents, ayant mené chacun à son niveau et en sa qualité nos combats, nous partageons des soucis qui ont pour nom : l’Injustice, la Pauvreté, l’Exclusion”, avait déclaré M. Coulibaly.

                Après le meeting, les commentaires ont fusé de tous les côtés pour qualifier la prestation de Tièman. Mais, du côté de son parti, on dénonce certainement une volonté du secrétaire général de vouloir jeter le discrédit sur son parti. Pourtant, l’UDD, lors d’une réunion de sa direction nationale, avait déclaré qu’elle soutiendra ATT en 2007.  Mais, le secrétaire général est vraisemblablement déterminé à mettre en cause cette position en s’affichant derrière Soumeylou. Ce vice-président de l’ancien parti au pouvoir est soupçonné de vouloir briguer la magistrature suprême du pays en 2007, après son échec à la Convention nationale de l’ADEMA en 2002. A croire que  Tièman complique la situation de son président qui préside actuellement aux destinées de l’ARD engagée à soutenir le chef de l’Etat.

                Face à cette situation, le parti veut certainement sévir. C’est pourquoi, dimanche dernier, sa direction nationale aurait tenu une réunion marathon au cours de laquelle certains n’ont pas manqué de réagir contre le comportement du Secrétaire général tout en se prononçant en faveur d’une sanction contre lui. Pour les uns, il faut purement et simplement l’exclure du parti. Si c’était le cas, le secrétaire général serait la deuxième personne après Mme Berthé Aïssata Bengaly à écoper d’une telle sanction.

                On se rappelle que la présidente du Mouvement national des femmes UDD, devenue ministre, était accusée d’abandonner le parti au profit du Mouvement Citoyen. C’est ce qui a poussé la direction nationale de son parti à prendre la décision de l’exclure de ses rangs. Hassane Barry et camarades sont-ils en mesure de se servir de ce cas de jurisprudence pour exclure de l’UDD, Tièman, le fils du président fondateur Moussa Balla Coulibaly ?

                Pour d’autres, les amis de Soumeylou ont créé leur convergence en demandant au parrain d’être candidat. Même si celui-ci a répondu qu’il est totalement engagé avec eux, il n’est pas pour le moment officiellement candidat (c’est le cas pour tous les autres futurs prétendants à Koulouba 2007). Dans ce cas, tout ce que l’UDD peut faire, c’est de suspendre son secrétaire général pour indiscipline. D’autres encore n’entendent pas du tout parler de sanction qui serait synonyme de publicité pour Tièman.

                Il faut alors attendre de savoir si la direction nationale de l’UDD prendrait effectivement une sanction contre Tièman Coulibaly. Hassane Barry et camarades miseraient-ils sur leur prochaine réunion pour frapper fort contre le fils du président fondateur aujourd’hui à la retraite politique?

Oumar SIDIBE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER