Le président de la CPM, le Pr. Dialla Konaté… : A bas les «rassemblements de voleurs»!

0

" Nous ne luttons pas contre les partis politiques. Nous voulons combattre les rassemblements de voleurs, les sanctuaires pour gredins et cupides. Le développement du Mali est une ambition au cœur de nos préoccupations ". C’est en ces termes que le président de la Coalition Patriotique pour le Mali (CPM), le Pr Dialla Konaté vient de signer un manifeste au nom de cette association politique.

Parlant de l’avenir sociopolitique du Mali, le président de la CPM, le Pr. Dialla Konaté disait que " notre responsabilité historique consiste à partir de nos propres valeurs pour inventer un chemin éclairé menant vers la justice sociale et l’équité. Nous attendons tout des autres, pour nous plaindre ensuite. Les autres nous avaient dit ce que nous devrions faire et nous avaient apporté des recettes, des ingrédients". Ce sont l’ajustement structurel, le multipartisme, la bonne gouvernance, le micro-crédit.

Et le président de la CPM de s’interroger sur ce que nous avons fait de ces concepts. Avant de répondre : "Nous en avons fait un prétexte pour détruire l’avenir de notre Mali, donner de la promotion au maître d’école qui ne respecte pas la déontologie et l’éthique du métier d’enseignant, briser l’ambition des jeunes talents qui aspiraient servir leur pays, humilier et décourager le travailleur honnête, voire l’obliger à se résigner ou à abandonner son travail pour s’exiler vers d’autres cieux, élire des hommes politiques dont beaucoup se sont révélés être sans éthique et inaptes à représenter un peuple qu’ils se sont efforcés de diviser en clans et qu’ils essaient de transformer en courtisans… ".

Pour le Pr. Dialla Konaté et ses collaborateurs de la CPM, le Pr. Issa N’Diaye et le juriste Mohamed Aly Bathily, le peuple malien a récolté des souffrances inouïes, des injustices et frustrations, des renoncements et des tares qui rendent aujourd’hui la société malienne méconnaissable, sans fondement moral et sans avenir identifiable.

 "Nous ne luttons pas contre les institutions de la République. Nous voulons bâtir une République du Mali une et indivisible, un Etat malien impartial et juste, un Gouvernement qui représente la majorité de notre population et travaille pour servir l’intérêt national", ont-ils déclaré. Ils ont ajouté que la Coalition Patriotique pour le Mali, qui va bientôt évoluer comme un parti politique, ne lutte pas contre les autres formations politiques du microcosme malien. il veut combattre «les rassemblements de voleurs, les sanctuaires pour gredins et les cupides» de tout acabit. Ils ont affirmé leur foi dans la lutte politique patriotique et démocratique, dans des élections (qu’ils espèrent) propres et impartiales, en des élus authentiques et légitimes pour une vie meilleure et digne d’une nation malienne unifiée dans l’efficacité économique, la justice sociale et la liberté.

«Personne ne recevra des billets de banques craquants, du thé ou du sucre pour sa participation, mais chacun sera assuré de devenir citoyen d’un pays où l’Etat soutient la création efficace de richesses économiques. Personne ne recevra, en échange de sa participation, une place et des privilèges, mais chacun sera conforté dans sa contribution à bâtir un pays juste qui sert tous les citoyens de façon égale, les reconnaît et les récompense selon leur mérite», ont conclu les rédacteurs du manifeste.

                      

Bruno D SEGBEDJI

 

Commentaires via Facebook :