Le RPM sans IBK ?

11
Sans IBK, que deviendra le RPM ?

Le Rassemblement pour le Mali (Rpm) et l’Union pour la République et la démocratie (Urd) sont tous issus de l’Adéma-Pasj, Parti africain pour la solidarité et la justice. Le Rpm et l’Urd sont dirigés par deux personnalités charismatiques, à savoir, Ibrahim Boubacar Kéita et Soumaïla Cissé, respectivement premier et second à l’élection présidentielle de 2103. Ces deux hommes sont aussi ce qu’on appelle des candidats naturels au sein de leurs partis. Au Rpm, personne n’a encore songé à ravir la place d’IBK. A l’Urd, Oumar Ibrahim Touré, qui montait progressivement en grade au sein de ce parti, était encouragé par une mouvance pour remplacer Soumaïla Cissé. Pour stopper net ses velléités de progression, il a été exclu de l’Urd pour travail fractionnel. Après le limogeage de Bocari Tréta, au gouvernement et la grogne de certains secrétaires généraux de sections Rpm, que va-t-il se passer chez les Tisserands ? Pour l’instant, la hache de guerre est enterrée, mais rien ne prouve qu’il n’y aura pas d’ébullition, malgré les fracassantes déclarations. Attendons de voir !

A l’Adéma-Pasj, il est difficile de parler de candidat naturel, d’ailleurs, c’est ce qui avait poussé les Abeilles à aller au congrès extraordinaire en 2000, obligeant IBK à quitter ce parti. Pour éviter la forte personnalisation des candidats, le principe des primaires a été retenu dans la Ruche. Par contre, au Rpm, IBK, jusqu’à preuve du contraire, reste toujours le candidat naturel et gare à celui qui dira le contraire ! C’est pourquoi il n’y a pas de guerre entre IBK et le Rassemblement pour le Mali.

Fatoma Ballo

 

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Les candidats naturels sont plus généralement des candidats qui ont été l'un des pères fondateurs du parti politique donc il tous à fait normal que l'un des père fondateurs soit le président de son parti politique.

  2. Le RPM et l’Urd sont les partis détenteurs de records de suffrages, actuellement, en se référant aux résultats des élections passées. Cela de 2013 à aujourd’hui. C’est normal que ces deux hommes soient les candidats naturels de leurs partis politiques.

  3. Le président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta et l’ex-ministre du développement rural, Bocari Treta sont comme le fleuve et ses affluents. Rien ne peut les séparer. Dans ces derniers jours, la presse locale faisait état d’une guerre entre ces deux choses inséparables l’une de l’autre. Arrêtez avec vos articles d’incitations au malheur.

  4. Le RPM sans IBK se transformera en une sorte d’association d’hommes politiques moins influents sur la scène politique malienne. Donc je ne pense pas que la séparation soit profitable aux militants de ce parti.

  5. Il n’y a pas de guerre entre le chef de l’Etat et son parti, le RPM. La seule éviction de Bocrai Treta ne peut pas être utilisée pour dire qu’il y a divorce entre le président et le RPM. Parce que Treta n’est pas le seul militant de ce parti.

  6. Tout compte fait, que cette histoire de séparation entre le chef de l’Etat et son parti soit vraie ou fausse, Ibrahim Boubacar Keïta a intérêt à trouver une solution à tous les opportunistes qui sont au sein de son parti.

  7. Je me demande ce que deviendra le rassemblement pour le Mali (RPM) sans son excellence Ibrahim Boubacar Keïta, chef de l’État? Une question qui mérite d’être posée à ceux qui pensent que le RPM peut fonctionner sous la conduite du ministre évincé, Bocari Treta.

  8. Qu’adviendrait du RPM sans son puissant président et non moins président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta? L’ex-ministre du développement rural n’est pas encore mûr politiquement pour faire du RPM l’un des partis les plus enviés du pays.

  9. Le RPM sans le président de la république est comme un arbre sans ses racines. Sans Ibrahim Boubacar Keïta, il n’y a pas de RPM. Comme sans Soumaïla Cissé, il n’y a pas d’Urd. C’est aussi valable pour le Parena de Tièbilé Dramé. 👿 👿 😆 😆

  10. Les partis politiques ne sont pas forcément les mêmes. S'il n'y a pas de candidat naturel dans les autres partis et que cela existe au sein de certains partis comme le RPM et l'Urd, je ne vois pas de problèmes en cela. Ces deux hommes, IBK et Soumaïla, là où nous sommes, seront des candidats naturels partout où ils seront.

  11. L’Urd et le RPM sont actuellement les partis les plus influents et les plus puissants de ce pays. Donc que ce soit dans leur parti respectif ou dans un autre parti, Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé seront des candidats naturels. Que cela vous plaise ou non.

Comments are closed.