Qui sont les pères fondateurs de l’Adéma-PASJ ? De la maturation à la naissance

0

Le 25 Octobre 1990 : Naissance de l’Adéma

(Alliance pour la Démocratie au Mali).

L’Adéma-Pasj, comme tous les partis politiques de l’ère du consensus est dans l’agonie. Et pour cause, Restaurateurs et Rénovateurs décident à travers une plate-forme (ADP) le retour au parti unique. Mais les pères fondateurs de l’Adéma, Soumeylou Boubèye Maïga, Abdoulaye Frédéric Traoré, n’entendent pas se laisser faire. Boubèye, à travers l’ASMA et Convergence 2007, pense pouvoir récupérer l’abeille.

            L’Adema-Association a été créée le 25 Octobre, suite à une demande expresse du FNDP, cette demande elle-même procédant de la nécessité des partis clandestins d’avoir une façade légale sous la forme d’associations démocratiques. Des études avaient été faites sur les procédures de sortie de la clandestinité et des documents avaient fait l’objet de discussions au sein des différentes instances. Ainsi, deux noms étaient en compétition : (Ligue Démocratique du Mali (LIDEM) ou Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA). Après de longues discussions, c’est la dénomination ADEMA qui fut approuvée. Des statuts et un règlement intérieur furent rédigés. L’US -RDA, le PMT et le PMDR désignèrent chacun des personnes qui devaient participer à l’Assemblée constitutive de l’organisation. Cette Assemblée eut lieu chez Famady SISSOKO à Korofina. Elle a regroupé 32 personnes dont la liste ci-dessous : Soumeylou Boubèye MAÏGA , Mamadou Lamine TRAORE, Habibou DIALLO, Abdramane Baba TOURE, Kounandy TRAORE, Issiaka TIMBINE, Cheick Mohamed Chérif CISSE, Bakary Konimba TRAORE, Mohamedoun DICKO, Mamadou DIARRA, Halidou TOURE, Bengoro COULIBALY, Ousmane SY, Moussa SANGARE, Ali Nouhoum DIALLO, Issiaka BAGAYOGO, Mme SY Kadiatou SOW, Modibo Kane CISSE, Hamidou DOUCOURE, Ibrahima N’DIAYE, Dioncounda TRAORE, Mahamadou Yacouba MAÏGA, Mme Konaré Adam BA, Mme DIAKITE Sanamba SISSOKO, Abdoulaye BARRY.

            L’émergence de l’Alliance a été rendue possible grâce à l’adhésion de patriotes à l’idée de l’unité d’action des forces démocratiques. Au sein de l’Alliance, on notait six composantes suivantes :

            L’US -RDA, l’un des vieux partis du pays dont l’influence et l’audience morale ne souffrent d’aucune ambiguïté. Ce parti, dès le lendemain du coup d’Etat, malgré sa suspension, était entré en clandestinité et n’a jamais accepté de jouer de compromis ni avec le régime militaire ni avec l’UDPM. Les principaux responsables de ce parti sont  le Dr GOLOGO, Madéira KEITA, Seydou Badian KOUYATE et Idrissa DIARRA.

Le 31 Mars 1990, la Conférence  sur la ‘’démocratie’’ au sein du parti UDPM, tenue au Stade Modibo Keita de Bamako.

            Organisée par l’UDPM en prélude à son congrès, cette conférence avait pour but de démontrer que l’UDPM était un parti ouvert, basé sur le centralisme démocratique avec des courants qui pouvaient refléter toutes les sensibilités.

A l’occasion de cette conférence, les militants et sympathisants des organisations et mouvements membres du FNDP et d’autres groupes politiques ont été chargés de porter la contradiction au parti unique sur la tribune qu’il avait lui-même offerte. Des militants du PMT, Kadari BAMBA, Mme SY Kadiatou SOW, Soumeylou Boubeye MAÏGA, Ali Nouhoum DIALLO et du PMRD dont Mohamed Lamine TRAORE, Issiaka TIMBINE et d’autres démocrates et responsables politiques comme Maître Hamidou DIABATE, Ibrahima N’DIAYE dit Iba N’DIAYE, Boubacar LARAB, Kaïdo SADESSY ; Bakary FOFANA sont montés au créneau pour démonter pièce par pièce l’argumentaire des idéologues de l’UDPM auto qualifié parti ‘’démocratique’’. Au total, 26 intervenants ont été enregistrés dont 17 en faveur du multipartisme, 3 pour le parti unique et six sans opinion. Suite à ce débat, après une analyse mûrie et très approfondie, le FNDP tira les conséquences en décidant de lancer un appel au peuple malien.

L’Appel au peuple malien

            Le document originel de l’appel au peuple malien fut rédigé en mai 1990 par Cheick Mouctary DIARRA, Soumeylou Boubèye MAÏGA à qui il fut adjoint Abdoulaye Frédéric TRAORE actuel président d’honneur de l’ADEMA pour le tirage et le montage. Le trac fut individuellement adressé par courrier aux responsables civils et militaires du pays et envoyé à des Maliens de l’Extérieur pour une large diffusion. A la suite de l’appel qui a eu un écho très favorable auprès de l’opinion nationale, le FNDP décida en second lieu de faire une pétition nationale sous la forme d’une lettre ouverte au Président de la République.

Le 26 Mars 1991 : la victoire du Mouvement Démocratique

            Dans la nuit du 25 au 26 Mars 1991, la fraction saine de l’armée met fin au pouvoir dictatorial du régime sanguinaire de Moussa TRAORE. Les massacres des populations innocentes les 21, 22, 23 Mars 1991 s’élevaient à plus deux cents morts. Ils rappellent la tristement célèbre fin de régime du Shah d’Iran qui avait commis le même crime pour se maintenir au pouvoir. Le 26 mars à 10 heures, à la bourse du travail, siège du Mouvement démocratique, c’était la liesse populaire. Lorsque la fraction saine de l’Armée conduite par le Lieutenant-colonel Amadou Toumani TOURE, est venue à la rencontre du Mouvement démocratique, ATT s’est adressé au nombreux public en ces termes : ‘’les militaires ne sont pas venus pour rester au pouvoir. Nous avons mis fin à une situation que notre peuple ne méritait pas. Si un militaire veut faire la politique, il doit abandonner son uniforme…’’Après le discours prononcé dans une liesse populaire, Amadou Toumani TOURE demande à Abdramane Baba TOURE, Président de l’Adema, de réunir la Coordination des Associations Démocratiques afin qu’ils puissent fixer les conditions politiques de la période transitoire.

 

Le 25.26 Mai 1991, naissance de l’ADEMA-parti

            Les 25 et 26 Mai 1991, s’est tenu à Bamako au Palais de la Culture sur le bord du fleuve Djoliba, le Congrès constitutif de l’ADEMA, Parti Africain pour la Solidarité et la Justice. Ont participé aux travaux du Congrès 800 délégués dont:

– 486 du District de Bamako
– 18 de la Région de Kayes
– 104 de la Région de Koulikoro
– 54 de la Région de Sikasso
– 21 de la Région de Ségou
– 9 de la région de Mopti
– 6 de la Région de Tombouctou
– 6 de la Région de Gao
– 2 de France
– 3 de la Guinée
– 1 du Togo

48 participants dans les différentes commissions de travail, 150 organisateurs dont 14 de la commission médicale et 90 invités. Des représentants des missions diplomatiques de l’URSS, de la Chine, de la Palestine, du Burkina Faso et de l’Algérie ont également répondu à l’invitation de comités Adema de l’étranger. Les séances étaient présidées par un présidium de 9 membres dont le président était Abdramane Baba TOURE. Le secrétariat était ténu par un groupe de camarades dirigé par le docteur Bokari TERETA.

            A l’ouverture des travaux le samedi 25 Mai 1991 à 10 heures, le discours d’ouverture fut prononcé par le président de l’ADEMA Abdramane Baba Touré. Le congrès a ensuite entendu les messages de certains partis frères et invités, suivis d’une suspension de séance. Les travaux du Congrès on commencé après la pause par l’examen des projets de programme du parti et des statuts et règlement intérieur. Suite à des débats riches et francs, les documents furent confiés à trois commissions pour étude. Ce sont : la Commission de programme, la Commission des statuts et règlement intérieur et la Commission des résolutions.

                        Le dimanche 26 Mai, les travaux du congrès ont repris pour la lecture et l’adoption du programme du parti et des statuts et règlement intérieur. Ces documents ont été rapportés respectivement par Ibrahima SIBY et Issiaka TIMBINE. Le rapport de politique générale était présenté par Ali Nouhoum DIALLO et l’Appel de l’ADEMA par Thierno DIALLO. Ensuite ce fut le rapporteur de la Commission d’investiture Soumeylou Boubeye MAIGA de présenter les résultats des travaux de sa commission au Congrès. Un bureau de 23 membres e trois présidents d’honneur, dont la liste ci-dessous fut élue par acclamation.

            La clôture du Congrès qui a lieu le même jour, a été marquée par l’allocution du nouveau président de l’ADEMA, Alpha Oumar KONARE. Aussitôt après le Congrès du parti, le nouveau comité exécutif a demandé à travers une correspondance interne à tous les délégués de prendre toutes les dispositions nécessaires pour l’élaboration d’un cadre de travail, la mise en place des structures et ancrage du parti dans le pays dans la perspective des actions à venir. C’est tout le sens de la lettre circulaire n°01/C.E.ADEMA

 

Lettre circulaire N°1/CE/ADEMA

‘’A tous les comités ADEMA, à toutes les délégations au congrès constitutif ADEMA’’

Camarades,

Quelques mois seulement nous séparent des suffrages ‘ élections municipales, législatives e présidentielles) à l’expression desquels notre parti doit concourir dans le but de jouer un rôle de premier plan. Vous comprendrez dès lors l’impérieuse nécessité de la mise en place des différentes structures du parti conformément aux dispositions statutaires adoptées lors du congrès constitutif des 25-26 Mai 1991 afin que celui-ci, dans son ensemble, se mobilise pour affronter les élections.

Vu les mouvements de personnes opérés dans nos rangs, compte tenu des choix politiques de uns et des autres liés à la naissance des partis politiques, mais aussi dans le but de s’ouvrir à d’autres rassembleurs d’hommes et de porteurs d’idées dans le strict respect des valeurs de l’ADEMA, il s’agit de préparer et de convoquer des assemblées générales constituantes des comités ADEMA du parti sur toute l’étendue du territoire national. Les modalités pratiques de remembrement des comités dans les villages et à l’intérieur des quartiers et des sous-sections dans les communes et villes sont laissées à l’appréciation de leurs coordinations respectives.

La seule recommandation du Comité exécutif à l’endroit des responsables locaux est qu’ils doivent agir dans l’intérêt exclusif du parti afin d’assurer larges masses populaires. Des délégués du comité exécutif seront chargés de superviser l’installation des comités du parti dans tout le pays ; ensuite suivront celles des sous-sections et sections. Pour le cas du district de Bamako, la mise en place des comités du parti doit être impérativement achevée au 15 juin 1991. Le comité exécutif pour sa part s’emploiera de peser sur le parti.

En espérant d’y trouver des solutions rapides et radicales, le Comité exécutif invite tous les comités de base et les membres du parti à entreprendre toutes actions utiles mais conformes aux normes prescrites par le congrès et capables d’assurer un démarrage rapide des activités. Le comité exécutif voudrait espérer que vous attacherez la plus haute importance à la teneur de la présente lettre circulaire et que vous saurez conduire avec diligence la délicate mission d’installation des comités du parti’’

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER