Vers un retour d’Alpha Oumar Konaré sur le trône de Koulouba ?

0

La question mérite d’être posée. Surtout, après l’appel lancé, le week–end dernier sur les antennes d’une Radio de la place, par ses partisans ; mais aussi, en raison d’une pétition, circulant sous les boubous, qui aurait enregistré, déjà, des centaines de signatures.

 

En effet, samedi dernier, peu après 21 heures, un communiqué appelant les Maliens a soutenir la candidature d’Alpha Oumar Konaré, au présidentielles de 2012, avait été lu sur les antennes de Radio Djekafo par son chroniqueur sportif de renom : Bourama Pélé. Le même communiqué fait état d’une pétition en circulation, sous les manteaux, dans ce sens.

 

En clair, avec ou sans l’Adema, le parti le mieux implanté dans notre pays dont il est le fondateur, Alpha Oumar Konaré serait pressenti pour reconquérir le trône de Koulouba qu’il a occupé de 1992 à 2002. Avant de passer le témoin à son successeur et non moins ancien élève à l’Ecole Normale Secondaire de Badalabougou : A.T.T.

 

Pour les analystes de la scène « pourritique » national, cet appel est loin d’être innocent. Il intervient à environ, 15 mois des présidentielles.

Mais surtout, à la veille des consultations au sein de l’Adema pour la désignation du candidat du parti aux futures présidentielles. D’ores et déjà, une commission de centralisation des candidatures et une commission de bons offices viennent d’être mises en place. Le dépôt des candidatures à la … candidature devrait avoir lieu du 14 au 31 janvier 2011.

 

Désormais, une seule question sur toutes les lèvres : la candidature d’Alpha Oumar Konaré sera t –elle du lot ? Autrement dit, la multiplication des appels à la candidature de Konaré pourrait –elle pousser le « loup à sortir du bois », dans lequel il s’est retiré depuis, bientôt, une décennie ?

Ou, encore, Alpha Konaré pourra t –il bénéficier du soutien de l’Adema, après que ce dernier ait rejeté, en 2001, sa proposition de modifier la constitution en vue de se maintenir au pouvoir ?

 

En politique, il ne faut jurer de rien. Surtout en cette période où, l’Adema manque de candidat consensuel pour porter les couleurs du parti en 2012.

Pour les « souteneurs » de la candidature d’Alpha Oumar Konaré aux futures présidentielles, ceci peut expliquer cela. Même si l’article 30 de la constitution limite, à deux sans possibilité de renouvellement, le mandat présidentiel.

« Si cette disposition de la loi fondamentale interdit un troisième mandat, il offrirait à celui qui aura, déjà, fait deux mandats successifs à la tête de l’Etat, la possibilité de revenir au pouvoir. Surtout, dix ans après », nous confie un analyste politique. Avant d’ajouter, le sourire aux lèvres : « La constitution ne l’interdit pas expressément. Les partisans du retour de Konaré au pouvoir peuvent bien exploiter cet article de la constitution, qui risque de faire jurisprudence ».

 A ce propos, l’Ex- locataire du « Palais Louveau » (entendez le Palais de Koulouba) aurait une longueur d’avance sur les adversaires. De bonnes sources, il aurait consulté, il y a deux ans, des constitutionnalistes de renom ; lesquels lui auraient élaboré des dizaines de rapports, dont les conclusions se recoupent : tel qu’il est formulé, l’article 30 de notre constitution, limitant le mandat présidentiel à deux, offrirait à Alpha Oumar Konaré la possibilité de faire acte de candidature. Surtout dix ans, après avoir passé le témoin à son successeur.

 

En attendant la pétition, qui aurait enregistré des centaines de signatures, continue de circuler sous les boubous. Mieux, les clubs de soutien se multiplient à la vitesse de l’éclair. Tant dans notre capitale, qu’à l’intérieur du pays.

Oumar Babi

 

Commentaires via Facebook :