​Vie de la Nation : Le chef de l’Etat à l’écoute de la classe politique

3

Afin d’échanger sur la vie de la Nation, le président de la Transition, le colonel Assimi a eu une série de rencontres avec les acteurs politiques ce vendredi. Au menu des discussions, les questions d’actualité, les défis auxquels notre pays fait face et les Assises nationales de la Refondation.

La première délégation reçue par le colonel Assimi est le Cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie. Conduits par Dr Youssouf Diawara, les membres de cette délégation ont pu entendrela vision et la lecture du chef de l’Etat sur ces questions. En retour, le colonel Assimi Goïtaa pris connaissance de la position de ce regroupement politique sur les questions abordées.

Selon DrDiawara, le gouvernement a voulu, sur instruction du chef de l’Etat, inscrire cette transition dans une logique de neutralité, d’inclusivité et de consensus.

Cependant pour lui, force est de constater que ces trois principes ne sont pas réunis et ne permettent pas d’avoir un climat de confiance pour aborder ces questions dans le calme et la sérénité. C’est pourquoi, Dr Youssouf Diawara dira que le président de la Transition doit prendre les choses en main pour rassurer les uns et les autres.

Le chef de la délégation a indiqué queson regroupement politique ne va pas participer aux Assises à l’étape actuelle des choses. Toutefois, il promet que les membres de ce cadre vont travailler pour harmoniser leur position et voir dans quelle disposition ils pourrontaider notre pays à avancer.

… suite de l’article sur L’Essor

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Si on peut tenir les ANR dans toutes les communes du Mali dans l’insécurité alors pourquoi pas les élections ?
    Sachez que de 1960 à nos jours, ce sont les militaires qui ont le plus règne. Pour quel résultat ? Renonçons à la démocratie et laissons les militaires gérer jusqu’en 2050, chaque année ils vont s’entretuer pour les délices du pouvoir en nous réveillant avec des bruits de bottes

  2. Ces hommes politiques sont en contradiction avec eux-mêmes.
    Ils disent que ” Les deux tiers du pays échappent au contrôle des autorités.” tout en réclamant des élections sur l’ensemble du territoire ! Quelle malhonnêteté !

    Alors que ces hommes politiques nous donnent leur recette!

    Ces hommes politiques n’ont toujours pas compris que l’époque d’IBK révolue ; quand on organisait des élections truquées sur moins de 20% du territoire; quand on se réclamait président élu avec moins de 10% des suffrages exprimés; conséquence des contestations à rallonge.

    Soyez rassurés qu’aucun homme politique ne posera ses valises à Koulouba tant que la confiance entre la politique et les populations n’est pas rétablie.

  3. La vision de la classe politique est connue, partir aux élections et après un coup d’Etat.
    Moi comme à peu près la totalité de la population avons perdu la confiance à la classe politique.
    Ils doivent (les politiciens) s’interroger depuis combien de temps le pouvoir est à leur main. Ce sont eux qui nous ont amené là où nous sommes aujourd’hui.
    Donc ils se forment en mieux à la matière afin de l’adapter à société Malienne.
    Merci
    !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here