En 20 jours, Salif Kéita dit ‘’Tchou’’ et fait …tcha’’!

0

La nouvelle est tombée en début de semaine : Salif Kéita (pas le footballeur, mais l’autre) est devenu le coordinateur des différentes sections du Parti citoyen pour le renouveau (Pcr) dans la région du Mandé. Oui, sans blague : il s’agit bien du même qui faisait la grande gueule, pas plus tard que le 9 février 2007 (Mœurs n° 065 du 15 février) lors d’une conférence de presse au Moffou, son espace culturel !rn

rn

En effet, aux journalistes qu’il avait conviés pour des précisions sur la tournée qu’il s’apprête à effectuer sur l’ensemble du territoire malien, l’artiste avait laissé entendre qu’il commencerait son périple après le premier tour de la présidentielle, pour éviter toute récupération politique. Pour l’opinion généralement bien avisée, il n’y avait pas de doute possible que ce monument de la musique voulait s’élever au-dessus de la mêlée politique. Erreur d’appréciation !

rn

rn

Car moins de 20 jours après cette tonitruante déclaration, revoilà le même Salif à la télé, en compagnie des militants du Pcr dont il coordonnerait même les différentes sections dans la région du Mandé. Qui avait dit que la langue avait de l’os pour ne pas dire ‘’tchou…tcha’’ ?

rn

rn

Binta Gadiaga

rn

rn

 

rn

rn

La couleur du caméléon

rn

rn

Les politiciens sans conviction ressemblent drôlement aux caméléons, c’est-à-dire qu’ils n’ont aucune couleur sinon celle de leur environnement, au gré de leur intérêt immédiat. Un seul exemple, pour ne pas dire le dernier parmi une kyrielle d’autres : le Mplus /Ramata, dont le Comité directeur national vient lui aussi de se faire coudre l’uniforme. Mettant du coup un terme à ses anciennes amours avec Modibo Kane Kida, son porte-étendard au premier tour de l’élection présidentielle 2002. Et, il a, lui aussi, ses arguments – Ah, il faut bien…

rn

rn

En effet, pour expliquer son soutien à ATT devenu adversaire fiscal de Kida, le Mplus/ Ramata est allé jusqu’à renier ce dernier au cours de son 2ème congrès ordinaire, tenu samedi dernier au Centre international des conférences. Le choix de Modibo Kane Kida, traité de catastrophique, a été amèrement regretté.

rn

rn

 Il a même fallu rédiger un article des statuts qui dispose : «Le candidat du parti à la magistrature suprême doit satisfaire notamment aux critères de moralité et de santé exemplaires. Il doit être patriote, compétent, de grande moralité et d’une expérience avérée dans la gestion des affaires de l’Etat.» Même s’il n’avait pas de différend avec son ex, le Mplus/Ramata sait qu’il ne peut soutenir l’ennemi de son ami et rester crédible. L’on sait que Kida et ATT ne soufflent pas dans la même trompette. Donc, opportunément, le parti a arboré les couleurs susceptibles de lui garantir les dividendes. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’ATT est avisé sur la personnalité controversée des hommes de son environnement immédiat.  Les Mouftis enseignent que c’est parmi ses proches qu’on recense ses pires ennemis. César, médusé, a déclaré à Brutus qui le poignardait : « Toi aussi, mon fils ! »

rn

rn

Le pire, c’est que le parti ne s’est pas limité au reniement de Kida, il a reconnu la synergie entre son projet de société et le programme du président ATT. Or, l’organe de campagne électoral d’ATT en 2002, « Le Choix», mentionnait dans un de ses éditoriaux que les nombreux projets de sociétés ne pouvaient contenir autant de nuances et autant de différences. Les amis d’ATT sont-ils donc prêts aujourd’hui, à croire au programme de celui qui avait soutenu M. Kida au premier tour avant de venir battre pavillon pour lui ? 

rn

rn

En effet, c’est en déclarant qu’il a le même programme qu’ATT que le Mplus /Ramata rend au président le pire des services. Ce projet de société, qui n’a pas été modifié depuis 2002, est celui dont les résolutions ont justifié le soutien de M. Kida. Curieux environnement de couleurs changeantes qui n’a pas épargné le Tamani d’or, Salif Kéita qui a fini par rejoindre le Pcr, après avoir clamé son indépendance ! Tout naturellement, la star a, lui aussi, trouvé que la musique c’est comme la politique. ATT veut-il réellement diriger le pays avec les amis et les ennemis du peuple ?

rn

rn

Baba Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER