Présidentielle 2007 : Purge à l’Adéma-Pasj: Soumeylou Boubèye Maïga et ses affidés renvoyés comme des malpropres

0

Comme nous l’annoncions dans « Le Sphinx » N° 94 du 2 août 2005, le quatrième clash qui pointait à l’horizon chez les Abeilles a fini par se produire d’une manière fracassante. Soumeylou Boubèye Maïga, le 1er vice-président et membre fondateur du parti, 4 membres du CE et 24 de ses inconditionnels ont été exclus du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice comme des malpropres lors de la 8ème Conférence nationale tenue à Bamako les 24 et 25 février derniers. (Voir liste)

L’exclusion est la suite logique de la suspension décidée par la Commission centrale de discipline du parti depuis novembre dernier à la suite du meeting de lancement de Convergence 2007 de Boubèye et de ses thuriféraires, tous hostiles au soutien de l’Adéma-PASJ à une éventuelle candidature de l’actuel président de la République Amadou Toumani Touré.

De la chute du Pr. Mamadou Lamine Traoré à celle d’IBK en passant par le départ de Soumaïla Cissé, la main de SBM, comme l’appellent les membres de son fan-club est passée partout. Toujours avec un seul objectif, prendre les rênes du parti ; en devenir le tout puissant Président. Une présidence qu’il n’aura plus jamais dans sa vie. D’où toute son amertume, sa rancœur, son ire, toute sa bile déversée lors de l’interview qu’il a accordée à notre confrère Info-Matin.

SBM, le plus grand diviseur commun de l’Adéma

Juin 92 Konaré est élu président de la République, Boubèye pense à la présidence de l’Adéma-PASJ, quand le titulaire du poste, Feu Abdourakhmane Baba Touré est élu Président de la Cour Constitutionnelle. Son rêve se brise puisque, c’est plutôt le Pr. Mamadou Lamine Traoré, le 1er vice-président du Parti qui est désigné par ses camarades pour assurer l’intérim jusqu’au congrès de 94. Boubèye rogne son frein mais prépare en coulisses son fameux coup d’Etat contre le Président intérimaire. Par presse interposée, il vilipende toutes les actions du bouillant professeur de philosophie. Le congrès sera infiltré par 35 agents de la Sécurité d’Etat qu’il dirigeait à l’époque.

Ce sont ces agents qui feront sortir de la salle le Pr. Traoré. Boubèye croit avoir réussi son hold-up sur l’Adéma-PASJ, mais c’est mal connaître Alpha Oumar Konaré ! Ce dernier envoie deux de ses fidèles amis quérir IBK pour qu’il ne vienne pas encore en retard parce qu’il a décidé de lui confier les rênes du Parti. Boubèye tombe des nues. Il continuera à rogner son frein durant six longues années. Il s’allie avec les membres du clan CMDT, tous exclus des postes décisionnels du parti par notre Mobutu en miniature, pour former le clan des « rénovateurs ». Le même plan machiavélique est mis en place, les frasques et les cabrioles d’IBK sont dénoncées dans « Les Echos » et par les nombreux journaux à la solde de SBM. Nous sommes à l’orée de l’an 2000. En octobre de la même année, le Président Konaré lâche son Premier ministre IBK qui, comme un château de cartes qui s”écroule, tombe aussi, de la tête du parti qu”il dirigeait depuis six ans. En huit petits mois, IBK perd et le gouvernement et le Parti.

La main de SBM est passée par là. Cette main ne lui sera cependant d”aucune utilité contre son « complice» Soumaïla Cissé dit « Soumi». Pour le contrôle de l”ADEMA, les deux homony¬mes vont se livrer une bataille épique en allant à un congrès extraordinaire en novembre 2000. D”aucuns disent que le Président Konaré s”est fait conseiller par le Président Blaise Compaoré (en visite au Mali à la veille de ce congrès) pour former la tête du nouveau Bureau politique de l”ADEMA : Président, le consensuel Dioncounda Traoré, 1er Vice-président SBM (pour légitimité histo¬rique) et 2ème Vice-président, Soumaila Cissé.

Ce dernier, apparemment, a perdu une bataille. Il attend sa revanche pour gagner la guerre de la Convention devant élire le porte-drapeau de l”ADEMA à l”élection prési¬dentielle de 2002. Les deux hommes, complices à cette époque jusqu”à porter le même accoutrement (boubou blanc immaculé), ne se font aucun cadeau lors des élec¬tions primaires. Quand le staff de "Soumi" fait étalage de ses larges moyens avec une cam¬pagne à l”américaine, le Clan Boubèye brille dans un tract faisant cas des faux billets fabriqués par son concurrent et un de ses parents « homme de droit». Le Clan précise qu’ils se sont d”ailleurs fait plumer par un obscur contre- façonneur.

Dure, dure a été cette campagne pour le peuple Adéma. En lançant la sienne, le clan Boubèye organise une conférence de presse. Au cours de laquelle le célèbre Youssou Valisi a, inconsciemment, révélé un trait de caractère caché de SBM. Dans son hilarant bamanan de Ségou, le ventripotent animateur radio dit qu’il connaissait depuis longtemps Boubèye. Ce dernier était un friand du « café, pain au beurre et foie grillé ». Ensemble, selon Youssou Valisi, dans les années 80, ils en prenaient comme petit déjeuner, le plus souvent à crédit, avec un vendeur « Maïga » installé au bord du « goudron » passant entre les locaux de l’Essor et le siège de la BDM.

La déculottée de Soumeylou

Après une tournée des deux candidats à l”intérieur du pays à la rencontre des Sections, l”ADEMA tient sa Convention le 6 janvier 2002. Dans un Palais des congrès bondé comme un œuf, le Super-rninistre de l”Equipement, de l”Environnement et de la Construction et de l”Habitat bat à plate couture le ministre des Forces armées et des Anciens Combattants, Soumaïla défait Soumeylou. Un mythe est tombé. Une réalité est là. Le très sarcastique SBM ne représente pas grand-chose à l’Adéma s’il n’a pas l’appareil d’Etat à sa dévotion. Il a aussi un handicap criard : son sang ne circule pas, il ne flashe pas comme on le dit à Barbès.

Soumeylou accepte sa dérouillée et de sa voix nouée avec des lar¬mes de crocodile aux yeux, félicite le vainqueur en lui donnant l”accolade devant les participants à la Convention. Son accolade est plutôt une « Boubèyebise » (Ndlr ; Tous nos droits sont réservés pour ce néologisme), un bai¬ser de Judas! En réalité, ses félicitations sont de façade. Au nom du Parti, SBM fait bon cœur contre mauvaise for¬tune. Publiquement, il soutient la candidature de "Soumi". Ce dernier n”est pas dupe. Il accepte son frère sans lui faire entièrement confiance. Il a raison: avec le recul, on s”est rendu compte que pendant les moments forts de la campagne présidentielle, SBM s”affiche le jour en boubou blanc avec le candidat de l”ADEMA. La nuit, en tenue saharienne noire, (genre Trois Poches), SBM rejoint le candidat ATT. Devinez la suite…

Malgré cet « apport» à ATT, Soumeylou tombe dans la retraite» de l”appareil d”Etat. Il vise la primature après Ies législatives de 2002. Son espoir est ruiné avec la décision de la Cour Constitutionnelle qui sanctionne l”ADEMA en invalidant certaines de ses candidatures puis en annulant les résultats qui étaient favorables à la Ruche. La réaction du Clan Boubèye est vigoureuse dans la presse. Le juge consti¬tutionnel est traité de tous les noms d”oiseaux. Le plus doux : « la Cour Constitutionnelle s”est transformée en bureau d”électeur du 3èrne tour élec¬toral. »

L”os de l”échec de ces législatives reste longtemps en travers de la gorge de SBM.

Tout organe secrète des déchets

Pour dégager cet os, Boubèye comptait sur ATT. Bien que toujours sur la liste des ministrables de l”ADEMA, il n”est jamais nommé dans les gou¬vernements successifs de Ag Hamani puis de Ousmane Issoufi Maïga. Même quand Il eut l”outrecuidance de mettre son CV à la place de celui Sékou Diakité dit Diaki, ATT le met de côté Depuis, l”homme est devenu acariâtre, instable, haineux et rancunier contre le Président ATT. S”il y avait pire à faire contre le chef de l”Etat, SBM le ferait pourvu que ATT tombe. Le pamphlet de mal¬heurs « ATT-cratie» n”est pas une œuvre suffisante pour lui. Il faut d”autres coups plus durs pour déstabiliser ATT et le Mali.

Imaginez, un tant soit peu, la colère de Boubèye quand avec une écrasante majorité, l’Adéma-Pasj décida de soutenir une éventuelle candidature d’ATT.

Soumeylou qui se prenait pour le nombril du monde n’avait jamais imaginé qu’en réalité il ne représentait pas grand chose au sein de l’Adéma-Pasj ; qu’il pouvait être exclu avec sa femme, son frères et ses affidés de l’Adéma-PASJ. La déculottée est grande et prouve, si besoin en était encore que Soumeylou n’était en réalité qu’un tigre en papier faisait beaucoup de bruits pour rien ! L’Adéma-Pasj, comme tout organe, secrète des déchets, elle a hésité pendant longtemps à les éliminer. Cette purge est plus que salutaire. Mieux vaut tard que jamais.

Adama Dramé

LISTE DES EXLUS

Les membres du Comité Exécutif Soumeylou Boubèye Maïga (1er vice-président); Ibrahim Abba Kantao (1er Secrétaire à l”organisation); Issa Diarra (secrétaire chargé des relations avec le monde rural) Kolokani; Mme Maïga Binta Yattassaye (Secrétaire chargée de la promotion féminine); Oumar Ag Elmehidi (secrétaire chargé des relations avec les Maliens de l”Extérieur) Les membres de sections et de sous-sections A Gao; 9 exclus dont 1 député: Ibrahim Kantao (section); Abdrahamane Ibrahim Maïga, (section); Abdou Izetiegouma, (section); Arboncana Boubèye Maïga, député, (section); Maïmouna Elmeymoune. (Section); Yacouba Maïga. (sous¬-section); Issiaka B Touré, (sous-section); Mahamoudou Shalhou (sous-section); Djibrila Boubèye Samaké (sous-section); Hachime Mahamadi (sous-section) A Kangaba ; 8 exclus: Mahamed Ben Touré (section); Korotoumou Keïta (section); Souleymune Keïta (section); Fodé Fabou Keïta (section); Daouda Fofana (sous-section); Sedina Camam (sous section); Bidy Sidi Daou (section); Téfé Cissé (section) A KOUTIALA ; 5 exclus : N”Famara Coulibaly (section); Mme Timbo Hawa Traoré (section); Issa Diarra (section); Famora Coulibaly (section); Assama Poudiougou (section). En Commune IV ; 1 exclus: Mody Samaké (section) Toumani Touré (ATT) pour tm second mandat à la tête du Mali dans le cadre de l”Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP). Les résolutions et recommandations de la 8ème conférence nationale de l”ADEMA préviennent que d”autres militants et responsables indisciplinés vis-à-vis des textes du parti seraient tous sanctionnés.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER