Présidentielle de 2007 : Les conjurations d’Alpha Oumar Konaré

0

Lors des élections présidentielles de 2002, les Maliennes et Maliens  ont découvert leur Président sortant, adepte de Machiavel anéantir les candidats de sa propre famille politique au profit d’un candidat  indépendant en occurrence Amadou Toumani Touré.

Que voulait notre expert en politique à l’époque ?

Propulser le candidat indépendant et le contraindre  plus tard à assurer ses arrières. Etant entendu que ses amis politiques  ne lui inspiraient que peu de confiance. Ils étaient susceptibles à ses yeux, de l’interpeller, une fois aux affaires, sur les nombreux dossiers sulfureux dont  lui seul est responsable.
Ne disait-il pas à haute et intelligible voix que les candidats qui émergent, notamment Ibrahim Boubacar Kéïta, Sou-maïla Cissé, Sou-meylou Boubèye Maïga étaient des « bons à rien », préoccupés plus par la recherche de leurs intérêts égoïstes que des intérêts du peuple malien ». Il n’avait pas totalement tort.

A ceux de l’opposition, il disait qu’ils étaient faibles et peu sérieux, donc ne pouvant assumer la responsabilité de chef de l’Etat d’un pays comme le Mali.. un très gros risque que lui Alpha ne pouvait prendre face à l’Histoire.

L’idée de miser sur ATT n’est venue qu’après que Konaré eut soupesé les chances de son vrai candidat qui n’était autre que son ancien Premier Ministre, Mandé Sidibé, certes sérieux et honnête mais ne disposant hélas pas de base électorale . Toujours dans les intrigues et magouilles  dont il a seul le secret, il suscita des candidatures dans son propre parti, l’Adéma-Pasj, pour affaiblir le candidat investi qu’était Soumaïla Cissé. Son homme lige qu’est El Madani Diallo n’hésita point, sous la contrainte d’Alpha à trahir son meilleur ainsi que fut Soumaïla Cissé, celui avec lequel il partageait les mêmes idéaux et le même mentor :Feu Sada Sy.

Au même moment, Konaré éliminait depuis les primaires de l’Adéma, celui qui s’est toujours considéré et autoproclamé son dauphin, Soumeylou Boubèye Maïga qu’il a de tout temps qualifié de « voleur de grand chemin » qui n’a de conviction que ses intérêts personnels. » Il travailla ensuite pour la descente aux enfers de Mandé Sidibé puis de Soumaïla Cissé.

C’est par le même Alpha que la formule « Tout sauf IBK » connut le jour. «  IBK : assoiffé de Pouvoir, IBK, Fainéant, IBK : Jouisseur, IBK Budgétivore, tous ces qualificatifs sont du même Alpha. Là aussi il n’avait pas, hélas,  tout à fait tort..

Alpha O. Konaré avait-il besoin de tant de chausse-trapes, dés lors que le peuple malien, fatigué de ses dix ans de pouvoir avait décidé de porter à la Magistrature suprême un homme de changement. Un homme ne faisant pas partie de la horde de fripons qui pilla ses maigres deniers. Cet homme, il le  peuple malien  le trouva en celui qui le libéra au matin d’un certain 26 Mars 1991. : Amadou Toumani Touré. Celui-ci n’avait rien de commun avec les quelques intellectuels assoiffés de pouvoir qui, avant l’avènement du 26 Mars n’étaient que de simples miséreux qui, gagnés par un certain fatalisme ne pouvaient regagner que la « Pègre », parce que n’ayant point d’avenir devant eux. Ceux-là, grâce à ATT ont pu être physiquement, psychologiquement et financièrement en selle.

Par le peuple et pour le peuple, ATT est investi le 8 juin 2002 en lieu et place d’Alpha O. Konaré. Ce dernier n’ayant pas pu manipuler son successeur comme il le souhaitait, veut aujourd’hui revenir à la charge à l’approche des élections pour changer le cours de l’Histoiredu Mali en jetant comme une meute de chiens ses hommes qu’il  accusait naguère de tous les maux d’Israël aux trousses de son bienfaiteur.

Lors d’une conférence de presse, son épouse, Adam Ba Konaré ne disait-elle pas que ceux qui ne connaissent pas son mari seront surpris car il rebondira sous peu. Puisque ce n’est pas à l’Union Africaine, c’est forcément au Mali. Quel mépris pour notre peuple !
Konaré veut effectivement rebondir. La semaine prochaine nous dirons avec qui et avec quels stratagèmes.

B. Mariko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER