L’ORTM : La BÊTE Sacrificielle des Candidats DÉCLARÉS

0

Le sport favori des candidats déclarés aux élections présidentielles maliennes est sans nul doute la « chasse à l’ORTM ». En plus du fait que certains soient mal fondés pour pousser le hallali,  l’on est bien tenté de savoir ce qu’ils reprochent concrètement et  véritablement à ce media d’Etat.  rn

Ils sont deux candidats déclarés, Ibrahim Boubacar Keïta et Tiéblé Dramé.  Et  chacun a décidé d’en découdre avec l’Office des Radios Télévisions du Mali (ORTM). Les raisons évoquées sont loin d’être convaincantes quand bien même, cet Office ne soit pas exempt de reproches sur un tout autre plan. Les critiques acerbes de ces candidats sont toutes focalisées sur  la couverture médiatique des activités du président de la République, présumé candidat à sa propre succession.  Ceci expliquera cela. En effet, les détracteurs n’auraient rien trouvé à dire si ATT n’était pas candidat. L’ORTM aurait alors fait de la fixation sur le couple présidentiel, ils auraient acquiescé le coup. Mais voilà : ces relations d’amour entre Koulouba et Bozola n’ont pas commencé aujourd’hui. Elles remontent très loin dans le temps et ne constituent pas l’apanage d’un seul régime. Passons pour les autres, c’est celui de ATT qui est aujourd’hui incriminé. 

rn

Depuis le 08 juin 2002, il  ne se passe un seul jour sans que Amadou Toumani Touré, n’apparaisse sur le petit écran inaugurant un site  par ci, posant une première pierre par là. C’est dire que la démarche n’a pas commencé maintenant,à quelques encablures des joutes électorales. Las de ce qu’ils considèrent comme une fixation,  certains humoristes parmi les  détracteurs disent alors qu’il suffit de construire un petit pan de mur pour qu’ATT, avec Sidiki Konaté à ses côtés viennent pour la cérémonie d’inauguration. L’histoire fait sourire les Bamakois, seulement ceux-là qui n’ont aucun repère dans les terroirs à l’intérieur du pays. Quant aux ressortissants de ces localités qui accueillent le chef de l’Etat sous l’oeil vigilent des caméras de l’ORTM,  ils sont plutôt ravis. Ces ressortissants vivent souvent au pays ou à l’extérieur.

rn

Quel bonheur pour eux de voir leur terroir au centre des intérêts de tout le pays !  Toute chose qui réconforte leur sentiment d’appartenance à cette terre où qu’ils soient. Ceci est d’autant plus évident qu’il existe des contrées qui n’ont jamais accueilli un chef d’Etat ou même d’Institution de la République. Si l’inauguration d’un centre de santé, d’une école, d’un puits, etc, doit servir de prétexte aux hautes autorités du pays pour réconforter ces populations, alors pourquoi pas ! L’ORTM est, en ce moment obligé d’accompagner le visiteur ne serait-ce que pour les besoins  d’archives pour la mémoire du pays. Mais c’est avant tout, l’actualité puisqu’il se passe quelque chose là.

rn

Peut-être, pour les besoins de la cause, toutes les visites présidentielles sont accompagnées par des cérémonies d’inauguration ou de lancement d’activités favorables aux populations locales. Ces dernières ont bien droit à se faire voir et entendre par le reste du pays. M Tiéblé Dramé n’est-il pas ravi quand l’ORTM montre Nioro du Sahel, l’une des grandes villes spirituelles de son pays ? Ibrahim Boubacar Keïta ne le sera –t-il pas si l’on parlait de son terroir ? N’est-ce pas de l’actualité l’inauguration de la route Banamba, le lancement de la centrale électrique de Kangaba, etc?

rn

L’ORTM serait, par eux, blâmables s’il s’est, une seule fois, abstenu de couvrir une activité qu’ils auraient eux aussi organisée. Hélas ! Ils n’ont nullement besoin  d’être aux commandes de l’appareil d’Etat pour présider des cérémonies d’inauguration ou de lancement d’une quelconque activité. Et l’on verra ensuite si Sidiki Konaté réfuse de faire couvrir l’événement.

rn B.S. Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER