HÔPITAL GABRIEL TOURÉ : ATT, Pinochet, la Ministre Zeïnab Mint Youba et Sinè Bayo prisonniers d’un ascenseur 20 minutes durant

0

La cérémonie d’inauguration du bloc flambant neuf du Centre Hospitalier Universitaire ‘Gabriel Touré’ a sans doute tourné court, avant-hier samedi, après que le chef de l’Etat ait versé des sueurs froides en même temps que son chef du Gouvernement, son ministre de la Santé et le directeur général des lieux. Les quatre personnalités partagent en effet la misère et la frayeur d’être demeurées pendant près d’une vingtaine de minutes dans le nouvel ascenseur sans doute activé pour présenter le bâtiment inauguré dans la plénitude de sa splendeur et de ses fonctions.

Amadou Toumani Touré, Ousmane Issoufi Maïga, Zeïnab Mint Youba et Siné Bayo ne durent finalement leur salut qu’à l’agilité et à la solidarité d’une partie des  éléments de la police et de la garde nationale mobilisés pour la circonstance. Massivement présents sur les lieux, ceux-ci n’avaient visiblement d’autres solutions que d’enfoncer la porte de l’ascenseur pour y extraire les prisonniers temporaires. Le blocage est survenu précisément au niveau le plus inférieur de l’édifice, le sous-sol. Délivrés d’un si dur labeur, le président de la République et les deux représentants de l’Exécutif durent finalement bouder un buffet où les attendaient une nuée d’invités secondaires qui, las d’attendre, se régalaient déjà d’un rafraîchissement offert à l’occasion. Ils se sont en clair précipités vers la sortie, laissant derrière eux une scène inhabituelle de démêlées pour situer les responsabilités.

 Le Directeur général de l’Hôpital, Siné Bayo, dut par exemple user de toute sa diplomatie pour empêcher la sécurité présidentielle d’embarquer hic et nunc un agent de l’hôpital pris pour responsable d’indisponibilité suspecte de la clef manuelle de l’ascenseur. Certainement averties dans la diligence requise, la base sécuritaire de Koulouba débarque à son tour sur les lieux pour tirer au clair un incident auquel  les circonstances politiques actuelles confèrent une autre dimension. En effet, le directeur général de l’Hôpital Gabriel Touré est en même un responsable très actif du RPM où son militantisme lui a valu d’être promu vice-président du parti, à l’issue du très récent congrès des Tisserands.

Aussi Siné Bayo devait-il de longues explications, à la sécurité présidentielle, sur une panne électrique juste au moment où les plus hautes autorités de la République empruntaient un ascenseur de son hôpital. Mais vérification auprès de qui de droit, il semble que la coupure d’électricité n’y était pour rien dans le malheur de ses invités de marque. L’incident, à en croire la même source, est la conséquence d’un maniement par inadvertance de la Garde présidentielle. Au moment d’emprunter l’ascenseur, explique-t-on, celle-ci faisait des pieds et des mains pour ne pas laisser le Chef de l’Etat embarquer sans la compagnie de sa protection rapprochée. Un garde du corps dut ainsi user de ses mains pour empêcher les battants de se refermer sur les quatre personnalités. C’est le maniement qui a déprogrammé le système, donnant du même coup un arrière-goût amer à une fête commencée dans la joie et la fierté de satisfaire aux besoins socio – sanitaires des concitoyens.

Abdrahamane Keïta

Commentaires via Facebook :

PARTAGER