CAMES : le Mali fête son premier agrégé en Droit privé

6

Pr . Ibrahim Kamena, premier agrégé en droit privé au Mali a été solennellement accueilli  ce jeudi 31 décembre sur la “Colline du savoir”. Une cérémonie a été organisée par les jeunes enseignants de l’université en son honneur. Cérémonie qui a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur, Me Mountaga Tall. C’était en présence de tous les recteurs des universités du Mali.

Selon le recteur de l’Université des sciences juridiques et politiques du Mali, Abdoulaye Diarra, l’agrégation est une étape obligée pour se faire connaître et se faire respecter partout. Un agrégé en droit privé au Mali, dit-il, est un fait historique qui mérite d’être fêté. Selon lui, le Mali était extrêmement en retard en la matière sur le plan national et sous-régional. Mais l’espoir est désormais permis.

Avec cet agrégat, le Mali a désormais deux agrégés en droit dont un en droit public (Pr Bakary Camara). Toutes choses qui permettront au Mali d’être désormais présent dans toutes les rencontres scientifiques de droit au CAMES. Le Mali prendra également part aux évaluations des concours du CAMES. C’est dire que cette agrégation sera un exemple pour tous les Maliens qui désirent prendre le chemin de l’agrégation.

Pour le recteur de l’USJP, le professeur Kamena en tant que pionnier a désormais, la lourde tâche de mener à bon port le bateau de l’enseignement supérieur du Mali.

Le porte-parole des enseignants, Dr. Mamadou Guissé, a indiqué que Kamena est désormais “une icône, une sommité, une référence, une étoile” autour de laquelle graviteront les étudiants, les jeunes enseignants, l’Université et l’école malienne tout entière. Les jeunes enseignants lui demandent, à cet effet, d’être disponible, accessible, d’être à l’écoute et d’avoir le sens du partage du savoir.

Les enseignants ont demandé au ministre de tutelle de créer les conditions nécessaires pour que le Mali ait beaucoup de Kamena dans les universités. Toutes choses qui sont difficile sans la création d’une bibliothèque universitaire. Une bibliothèque, dit-il, est nécessaire, voire incontournable dans une université.

Le ministre Mountaga Tall dit avoir bien perçu le message. Selon lui, l’objectif du gouvernement est d’avoir une masse critique d’enseignants chercheurs et la création d’une bibliothèque est la condition sine qua non pour atteindre cet objectif.

Me Tall a expliqué que la réussite de Kamena au concours du CAMES est dû au courage et l’abnégation de l’homme lui-même, mais aussi au soutien, à tous les niveaux, du gouvernement et des personnes privées. Le gouvernement, a-t-il assuré, est prêt à faire de même pour ceux qui entendent emboîter le pas  à Kamena.

Il a rappelé que sur 12 candidats maliens au concours de l’agrégation du CAMES, c’est lbrahim Kamena qui a eu la chance. Il a exhorté les autres à ne pas baisser les bras, à redoubler d’efforts pour permettre à l’école malienne de retrouver son lustre d’antan.

La rencontre a été marquée par de vibrants témoignages dont celui d’Abdoulaye Danioko, directeur général du Centre d’enseignement supérieur de Kalanbancoro où Pr. Kamena enseigne le droit privé général. “Ibrahim Kamena m’a enseigné à l’Université. C’est un homme de générosité pétri de connaissances. Ses rapports avec les étudiants de notre centre sont meilleurs et ses cours sont très suivis par les étudiants qu’il aide beaucoup. Je demande aux jeunes enseignants de nos universités de prendre l’exemple sur lui”, a affirmé le directeur du Centre d’enseignement supérieur de Kalabancoro.

Le professeur Kamena a reconnu et a salué la forte implication et le soutien du gouvernement lors de la préparation du concours de l’agrégation. Il a salué tous ceux qui l’ont soutenu. Le nouvel agrégé a indiqué que sa réussite à ce concours est celle de l’Université du Mali, au service de laquelle, il entend rester. “Je n’ai aucune ambition de me mettre au-dessus de mes collègues. Je demande leur soutien, leurs conseils, leurs bénédictions et leur collaboration. L’Université a besoin de tous”, a-t-il affirmé. Avant d’encourager les jeunes enseignants à tenter l’aventure du CAMES.

B . B.

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. C’est pas surprenant, pour qui connait l’homme, il ne manque pas de qualités intellectuelles morales et spirituelles pour etre là ou il est. Merci Mesché Kamena et bon vent.

  2. Ce type est un corrompu de la pire espece, il est passé dans les mines il n a laissé que desolation avec son mediocre ministre du cnid, le cni va mourrir de sa belle mort c est le composit de faux cadres qui v etre essouflés dans peu de temps.
    SADIO

  3. Pour ceux qui connaissent le parcours de Mr Kamena, Cela ne leurs surprendra guère surtout les Ségoviens de sa Génération. il a toujours été meilleurs depuis l’école Soninkoura, en passant par le Lycée de Ségou (actuel LAKCC), jusqu’en Russie où il a fait ses études supérieurs en décrochant un DEA en droit. on a apprit de source sûre aussi qu’il avait impressionné les Russes de par sa connaissance et son sens élevé de s’adapter facile à la langue russe. A son retour de la Russie il a eu à enseigner à l’ENA certains de ses camarades de promotion du primaire et du secondaire. Chef de file des 18 premiers boursiers du concours d’excellence au temps du Président Konaré, qui l’a conduit en France pour un doctorat (3ècycle )en droit des affaires. je m’arrête là. Félicitation Mamy Kamena digne fils de Ségou quartier Bougoufiè.

  4. C’est lui même qui a pris mon dossier d’inscription au service de scolarité de la FSJP en 1996-1997, le voilà placer la barre encore très haut !
    Il est aussi une chance pour le Mali qui est d’ailleurs très fier de lui.
    Félicitations Monsieur…….

  5. Bravo bravo bravo M. Kamena vous venez d’honorer tout le Mali par votre courage et abnégation. Que le bon Dieu vous soutienne et vous assiste dans l’accomplissement de votre tache Amen

Comments are closed.